TEST: 2238

ECOLOGIE – Les ailerons de requins interdits de vol sur la Thai après une campagne

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec AFP | Publié le 30/07/2014 à 22:00 | Mis à jour le 24/12/2018 à 09:07

Thai Airways a déclaré mercredi la fin du transport d'ailerons de requins à bord de ses appareils, conséquence d'une campagne en ligne contre ce commerce.

La compagnie aérienne thaïlandaise Thai Aiways a annoncé mercredi avoir banni de ses avions les ailerons de requin, à la suite d'une campagne mondiale contre ce met très apprécié en Asie.

"En tant que membre de la communauté mondiale, préoccupés la protection des espèces en danger et de l'environnement, Thai Airways International a mis en place un embargo sur le transport d'ailerons de requins et des produits dérivés", a déclaré la compagnie dans un communiqué.

Cette décision fait suite à une campagne internet lancée via une pétition rédigée par un lycéen thaïlandais, Ob Saiyavath et relayée par la Fondation Freeland et la Société de préservation des océans. Cette dernière avait appelé à protester devant tous les comptoirs de Thai Airways à travers le monde le 10 août, mais la compagnie n'a pas attendu cette échéance pour annoncer son initiative. Thai Airways a officiellement arrêté de transporter des ailerons de requins depuis le 15 juillet mais évitait déjà de le faire depuis un an, d'après le communiqué.

Cette décision rejoint celle de beaucoup d'autres compagnies aériennes asiatiques comme Philippine Airlines, Air New Zealand, Korean Air, Asiana et Cathay's Pacific, qui s'opposent à la consommation d'ailerons de requins, très prisés dans la région, en particulier à Hong Kong et en Chine, où ils sont communément servis en soupe lors des repas de mariages et des fêtes d'entreprises.

Les défenseurs de l'environnement alertent sur la forte hausse de la demande d'ailerons qui a mis une pression considérable sur la population mondiale de requins, et réclament des mesures de restriction de leur commerce.

M.C. avec AFP jeudi 31 juillet 2014

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale