TEST: 2238

DROITS DE L’HOMME – La Thaïlande va rejeter des recommandations de l’ONU

Par Lepetitjournal Bangkok | Publié le 15/03/2012 à 00:00 | Mis à jour le 23/10/2018 à 12:37

La Thaïlande devrait refuser de se soumettre à 40 recommandations de l'ONU en matière des droits de l'homme lors d'une audience prévue aujourd'hui devant le Conseil des Droits de l'Homme des Nations Unies. D'après le Bangkok Post, le royaume va notamment rejeter la demande de l'ONU de revoir la législation qui punit le crime de lèse-majesté de 15 ans de prison pour chaque infraction, une peine sévère qui fait débat dans le pays mais aussi au sein de la communauté internationale. L'abolition des dispositions de la loi martiale et de l'article 17 du décret d'urgence, qui accordent l'immunité des officiels face à des poursuites pénales et civiles, ne sera également pas acceptée. La Thaïlande a également décidé de rester en dehors de nombreux accords internationaux tel le Traité de Rome, dont la ratification par un pays équivaut à une reconnaissance de l'autorité de la Cour Pénale Internationale. La Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille, et celles relatives au statut des réfugiés, ne seront pas non plus adoptées par la Thaïlande. "Nous n'ignorons pas les appels de l'ONU mais nous avons besoin de temps pour réfléchir et voir ce que nous pouvons faire et comme nous pouvons le faire", a expliqué Thanin Katethong, expert au Conseil national de sécurité de Thaïlande (NSC). Le Conseil des Droits de l'Homme des Nations Unies a appelé en 2011 le royaume à suivre un total de 172 recommandations pour améliorer la situation des droits de l'Homme dans le pays. La Thaïlande devrait en suivre 132, portant notamment sur la réconciliation nationale, les inégalités sociales, la situation dans le Sud, et en rejeter 40 autres.
Y.F. (http://www.lepetitjournal.com/bangkok.html) jeudi 15 mars 2012

Lire aussi :

Notre article du 24 janvier 2012 – La situation a empiré en 2011 selon Human Rights Watch

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale