Vendredi 22 janvier 2021

TRIATHLON - Un club thaïlandais né de la passion de trois Français

Par Lepetitjournal Bangkok | Publié le 05/04/2016 à 22:00 | Mis à jour le 08/02/2018 à 14:02

Créé par trois Français passionnés de triathlon, le Thailand Triathlon & Cycling Team regroupe des sportifs qui aiment varier les plaisirs à travers la nage, la course à pied et le cyclisme et s'attache à démocratiser ce sport en Thaïlande. Rencontre avec Laurent Opportune, l’un des fondateurs de cette équipe alors que le triathlon ne cesse de gagner en popularité en Thaïlande.

Créé en 2010 par Laurent Opportune, Seigfried Pittet et Erwann Mahé, le Thailand Triathlon & Cycling Team regroupe des sportifs amateurs et professionnels du triathlon en Thaïlande. Un club dont l’histoire remonte à la qualification du Français Patrice Robustelli aux Championnats du monde de Chine.

Commence alors la préparation et l'entraînement, des aspects qui ne s'improvisent pas, que ce soit d'un point de vue logistique -comme de prévoir une voiture-balai- mais aussi physique en ayant des entraîneurs professionnels.

Pour soutenir Patrice Robustelli dans son entraînement, les futurs fondateurs du club se tournent dans un premier temps vers la fédération de triathlon de Thaïlande qui ne peut malheureusement pas les aider. Ils se sont dès lors débrouillés de leur côté.

"Le fait que Patrice Robustelli ait pu participer aux Championnats du monde en Chine nous a motivés à monter un club de triathlon, une façon de partager notre expertise et savoir-faire après cette expérience", raconte Laurent Opportune.

Dès le début en 2010, le club compte 25 membres. Aujourd’hui, ils sont une cinquantaine d’affiliés, un club avec des gens de tous les âges, hommes et femmes, sept ou huit nationalités différentes dont près de 30% de Français et 30% de Thaïlandais.

En même temps que le cyclisme en tant que sport est de plus en plus populaire à travers le royaume, le triathlon, qui combine vélo, natation et course à pied, rencontre un succès grandissant comme le raconte Vijitr Sitinawin, président de la Fédération de Thaïlande de Triathlon au journal The Nation. “La première compétition de triathlon a été organisée à Pattaya il y a 20 ans, à l’époque, la majorité des participants étaient étrangers. Aujourd’hui, il y a à peu près autant de concurrents étrangers que Thaïlandais”.

Une tendance que confirme Laurent Opportune : “à la création du club, il y avait peut-être 10 ou 12 courses organisées [par an, ndlr] en Thaïlande, maintenant c’est plutôt 2 ou 3 par mois". En 2015, le Thailand Triathlon & Cycling Team a participé à 53 courses et l'un de ses fondateurs, Seigfried Pittet, vient de se qualifier pour les prochains championnats du monde de triathlon.

Pour Laurent, le succès du triathlon en Thaïlande va de pair avec l'évolution du pays : "C'est un sport qui nécessite d'avoir de l'argent, qui coûte cher au niveau matériel. Une des raisons qui explique que la majorité des membres ont plutôt entre 35 et 40 ans. Ce sont des cadres moyens ou supérieurs, installés dans leur vie familiale et professionnelle qui ont envie de nouveaux défis, d’évoluer dans le sport. Pour les plus jeunes ce qui les attirent c’est qu’ils gagnent souvent et facilement. Le niveau en Thaïlande est moins bon que dans les pays occidentaux, ça leur permet de vite grimper dans le classement et donc ils sont encore plus motivés”.

La cotisation annuelle des membres est de 22.000 bahts la première année, ensuite elle n’est plus que de 16.000 bahts.

Le tarif reste accessible grâce aux sponsors que le club a trouvés au fur et à mesure, une façon également d’aider ceux qui ne peuvent payer la cotisation, le matériel ou les frais liés aux compétitions. Bikezone, par exemple, leur donne chaque année entre 5 et 7 cadres de vélos ce qui permet de prêter du matériel à certains athlètes.

C'est ainsi qu'un électricien thaïlandais de 52 ans roule aujourd'hui avec un vélo de près de 150.000 bahts. Avant de faire partie du club, cet homme de condition modeste roulait avec un vieux vélo Peugeot qu'il avait payé 1.000 bahts, ce qui ne l'empêchait pas de garder une vitesse moyenne de 32 km/h sur un tour de 23 km.

"J'ai recruté ce Thaïlandais, il y a deux ans à force de le voir tous les jours faire du vélo. Je lui ai demandé s'il courait aussi. Il me répond qu'il n’est pas très bon, qu’il clôture un marathon en seulement 3 heures et 15 minutes! A 52 ans, c’est vraiment bon. Il ajoute qu’il nage un peu. Je lui propose d’intégrer le club et la première course à laquelle il participe, il finit 3ème! Aujourd’hui, il est champion de Thaïlande des plus de 50 ans. Quand tu vois ce gars sur son vélo, il a la banane” conclut Laurent.

Voir aussi la page Facebook du club https://www.facebook.com/ttctteam/

Catherine VANESSE () mercredi 6 avril 2016
{loadposition 728-2_bangkok-article}

0 Commentaire (s)Réagir