Mardi 4 août 2020

Astuces et conseils pour trouver un emploi en Thaïlande

Par Catherine Vanesse | Publié le 29/01/2020 à 00:00 | Mis à jour le 13/07/2020 à 15:13
Photo : Courtoisie Delphine Henrot, Directrice des ressources humaines à la Chambre de Commerce Franco-Thaïe (CCFT)
Emploi-Thailande-Delphine-Henrot

Postuler pour un emploi en Thaïlande n’est pas tout à fait la même chose qu’en France, pour éviter les faux-pas et optimiser ses chances, la Chambre de Commerce Franco-Thai donne quelques astuces qui peuvent faire la différence. 

“On ne rédige pas un Curriculum Vitae pour la Thaïlande comme en France mais, en même temps, les entreprises ici n’attendent pas de la part des étrangers de fournir un CV à la thaïlandaise” souligne d’emblée Delphine Henrot, directrice des ressources humaines à la Chambre de Commerce Franco-Thai (FTCC). 

En poste dans les relations humaines en France pendant  dix ans, Delphine est arrivée à Bangkok en 2015 et a rejoint la FTCC en 2018. Comme pour beaucoup d'expatriés en Thaïlande, Delphine a dû passer par les différentes étapes nécessaires pour décrocher un emploi : réseautage, CV, lettre de motivation et entretiens d’embauche, pour Lepetitjournal.com elle partage autant son expérience personnelle que professionnelle dans le secteur des ressources humaines et revient sur certains des points qu’elle aborde lors des “Journées emploi” organisées tous les mois par la FTCC. 

Existe-t-il des différences dans la rédaction d’un Curriculum Vitae en France et en Thaïlande ? 

La construction d’un CV est à peu près la même dans les deux pays. Il est important de mettre en avant les expériences professionnelles, la ou les formations, les compétences… Un bon CV est un CV où l’on trouve tout de suite les renseignements nécessaires et surtout, il est en anglais!

Les différences se situent plutôt sur la partie concernant les informations personnelles, sans pour autant envoyer un CV de 17 pages comme peuvent le faire les Thaïlandais! On mettra donc toutes les données interdites en France : votre âge, votre genre, le statut marital, si vous avez des enfants ou pas, vous pouvez même mentionner que vous avez une nounou pour vous en occuper! Ce genre d’indication, ce n’est pas de la discrimination, mais cela intéresse votre interlocuteur, cela montre aussi que vous connaissez la culture thaïlandaise. 

Après, les Thaïlandais vont dans un niveau de détail sur leur état civil qui n’est pas attendu d’un étranger, qui n’est pas demandé et où je ne suis pas sûr que ce soit apprécié : la religion, l’orientation sexuelle, la taille, le poids, s’il est sportif ou non…

Les entreprises thaïlandaises reçoivent autant de candidatures qu’en France, si pas plus, car le marché de l’emploi est très actif et ça tourne beaucoup. Donc à un moment donné, il faut faire des choix. En Thaïlande, on ne se dit pas ‘je n’embauche pas parce que c’est une femme’, on va justement l’engager parce que c’est une femme. Même sur les annonces, c’est très précis : ‘femme entre 24 et 35 ans’. Si vous êtes un homme ou une femme de plus de 36 ans, cela ne sert à rien de postuler. La notion de discrimination, c’est un tri et en Thaïlande, ils font une sélection dès le départ. Le recruteur, il connaît son équipe et il ne va pas en faire démissionner trois pour embaucher une personne. En France, nous faisons ce tri aussi, sauf qu’il est fait plus tard lorsque nous avons le candidat en face de nous donc nous perdons un peu plus de temps. 

Je conseille également de préciser la nationalité pour des raisons pratiques concernant les règles de l’immigration. Ceux qui le souhaitent peuvent indiquer le type de visa qu’ils ont pour le moment, par exemple s’il s’agit d’un visa O, un visa d’accompagnant, cela veut dire qu’on a suivi un conjoint et qu’on est là pour 2 ou 3 ans. Par contre, je déconseille d’écrire que vous êtes en visa touriste parce que cela fait “touriste” et certains employeurs peuvent l’interpréter comme “encore un qui a vu les cocotiers à Koh Samet et qui veut rester travailler en Thaïlande”!

Il ne faut pas non plus oublier d’ajouter des détails “sanook”, de parler de vos loisirs, car cela peut faire toute la différence, cela permet de créer du lien. 

De nos jours, est-ce que la lettre de motivation est encore pertinente ?

La lettre de motivation, quand elle est demandée, il faut la faire, mais ce n’est généralement pas lu. Les gens regardent votre CV et votre mail d’introduction, mais pas la lettre de motivation. Le courriel doit être synthétique, il ne doit pas faire plus de 20 lignes. En tant que recruteurs, nous avons l’habitude de lire en diagonale, quand nous avons 50 candidatures à éplucher, nous y passons en moyenne 7 secondes!

En Thaïlande, contrairement à la France, vous ne recevez pas de mail “si dans trois semaines vous n’avez pas eu de retour veuillez considérer que la réponse est négative”. C’est assez déstabilisant. 

Comment faut-il se préparer à un entretien d’embauche en Thaïlande ? Quels sont vos conseils ?

Chaque recruteur a sa manière de mener un entretien d’embauche. Les différences se situent plus dans la façon de répondre, de se tenir, de se préparer pour un entretien. 

Un détail tout simple, mais on vit dans un pays où il fait chaud et les Thaïlandais n’aiment pas les odeurs de transpirations, prévoyez une deuxième chemise et changez-vous dans les toilettes. Cela vous permet de vous présenter frais et pimpant, d’être sûr de ne pas mettre mal à l’aise votre interlocuteur et de vous retirer un souci de la tête. 

Lors de l’entretien, il faut pouvoir se montrer dynamique sans être pour autant agressif ou trop “punchy”. Par exemple si vous dites que vous êtes quelqu’un de dynamique, hyper orienté sur les résultats et qu’il faut que tout soit fait en temps et en heure, il va falloir mettre un peu d’eau dans votre vin. Certes, ce sont des qualités qui sont recherchées, mais je conseille plutôt de présenter les choses autrement : ‘j’aime quand il y a des procédures, je mets en œuvre un certain nombre d’étapes intermédiaires pour arriver à remettre un projet en temps et en heure’. 

De mentionner vos loisirs sur votre CV, peut aussi orienter l’entretien vers des sujets que vous maîtrisez, surtout si l’entrevue est dans une autre langue que le français. Ne pas parler de ses centres d’intérêts ou de ses loisirs augmente les chances d’être interrogé sur des aspects techniques avec un vocabulaire spécifique ou sur des questions relatives aux ressources humaines. Par exemple : “racontez-moi une expérience dont vous êtes particulièrement fier”. Il y a différentes manières de répondre, parfois c’est plus la forme qui est attendue, parfois c’est plus le fond, il faut pouvoir être prêt sur les deux niveaux. 

Est-ce que les cartes de visite sont utiles ?

Les cartes de visites, même dans la recherche d’emploi, ont un impact. Je recommande d’inscrire votre nom, le poste que vous convoitez et trois compétences. Il ne faut pas que cela soit trop chargé. Et bien sûr le numéro de téléphone, le logo Line, Whatsapp, email et le raccourci vers votre profil Linkedin. 

Line est l’application indispensable, surtout si vous êtes en France ou que vous n’avez pas encore de numéro de téléphone local. De plus, cela montre un intérêt pour le pays, que vous avez compris que c’était l’application incontournable pour communiquer ici. 
 

catherine_vanesse-LPJ-Bangkok

Catherine Vanesse

Installée en Thaïlande depuis 2013 après avoir travaillé pendant 8 ans pour RTL Belgique, Catherine a collaboré avec des médias francophones locaux avant de devenir co-rédactrice en chef pour Lepetitjournal.com Bangkok (et correspondante RTL Belgium)
0 Commentaire (s)Réagir