TEST: 2238

THAILANDE AUX JO – Sukanya décroche l’or 5 ans après une suspension pour dopage

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec AFP | Publié le 09/08/2016 à 22:00 | Mis à jour le 28/07/2021 à 06:04
Sukanya-2016

Après avoir été suspendue pendant 2 ans pour dopage entre 2011 et 2013, Sukanya Srisurat a offert lundi à la Thaïlande sa deuxième médaille d'or aux JO de Rio en montant sur la première marche du podium en haltérophilie. L'athlète de 21 ans originaire de ChonBuri détient ainsi un nouveau record olympique avec une charge de 110 kg, soit deux kilos de mieux que la chinoise Li Xueying aux JO de Londres il y a quatre ans.

Le même jour, l'athlète Pimsiri Sirikaew a pris la deuxième place du podium. La Thaïlande se classe ainsi en tête de la compétition d'haltérophilie en ayant remporté jusque-là deux médailles d'or, une d'argent et une de bronze.

Samedi, Sopita Tanasan avait remporté la médaille d'or dans la catégorie moins de 48kg femme, et dimanche, Sinphet Kruaithong avait remporté le bronze dans la catégorie hommes de moins 56kg.

Une victoire hautement symbolique

Au-delà de la performance sportive, la valeur symbolique de cette victoire est forte. En effet, Sukanya Srisurat avait été suspendue par la Fédération internationale d'haltérophilie de mai 2011 à mai 2013 car l'athlète, alors âgée de 16 ans, avait été contrôlée positive à un stéroïde anabolisant. Elle faisait alors partie d'un groupe de sept athlètes thaïlandais à avoir violé les lois anti-dopage lors des championnats junior d'haltérophilie, il y a cinq ans.  

D'après le Bangkok Post, Srisurat a qualifié de "rédemption" cette victoire aux JO. Elle a expliqué : "J'étais vraiment triste d'avoir été suspendue, mais je n'ai jamais rien lâché pour revenir, et maintenant, j'ai payé ma dette".

L'athlète a confié à la presse : "Je n'ai pas choisi d'en prendre. Notre association n'a jamais choisi de faire ça. Il y a du avoir une erreur".

Une récompense pour la Thaïlande et pour le sport féminin

Si Sukanya a expliqué : "J'ai travaillé tellement dur. Ce sont mes premiers Jeux Olympiques et je suis vraiment ravie", elle a aussi fait de sa performance personnelle une victoire collective. Elle a ainsi expliqué au Bangkok Post : "Je suis vraiment contente d'en faire partie (les médaillés), parce que nous représentons les Thaïlandais et la Thaïlande. Il y a 60 millions d'habitants (en Thaïlande). Nous sommes heureux de contribuer au bonheur des Thaïlandais".

Pimsiri Sirikaew, deuxième de la compétition, a soutenu sa compatriote, en s'exprimant avec fair-play : "Bravo à elle. On travaille en équipe pour faire plaisir à la Thaïlande. On est comme une famille, donc je suis contente d'avoir fini deuxième".   

Grâce à cette performance, Sukanya devient la 5èmehaltérophile de Thaïlande à avoir remporté une médaille d'or olympique.  Udomporn Polsak et Pawina Thongsuk avaient été les deux premières Thaïlandaises à remporter l'or à Athènes, et Prapawadee Jaroenrattanatarakoon avait pris la première place du podium aux jeux de Pékin.

Il y a cinq haltérophiles masculins à Rio, mais aucun ne semble pouvoir espérer obtenir l'or estime le Bangkok Post.

Interrogée sur les raisons de cette disparité entre les hommes et les femmes, la présidente de l'association thaïlandaise d'haltérophiles amateurs, Mme Boossaba Yodbangtoey estime que "c'est parce que les hommes sont comme des adolescents [?] ils veulent sortir et on doit faire appel à la sécurité pour les surveiller au centre de formation? La plupart des femmes viennent de familles pauvres et elles travaillent toutes dur."

Grâce à cette victoire, Sukanya va recevoir 10 millions de bahts de la part du National Sports Development Fund", alors que la médaillée d'argent Pimsirisera rémunérée à hauteur de 6 millions de bahts. De généreux sponsors et des acteurs du secteur privé devraient aussi offrir aux athlètes une importante somme d'argent.

S.D-L avec AFP  mercredi 10 août 2016
 

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale