SOCIETE – La loi anti-tabac sort des brumes

Par Lepetitjournal Bangkok | Publié le 13/02/2008 à 02:00 | Mis à jour le 23/11/2018 à 17:09
Photo : Le gouvernement thaïlandais ne lésine pas sur les mesures dissuasives vis-à-vis de la consommation de tabac comme ici avec la série de photos imposées depuis 2004 sur les paquets de cigarettes destinée à démontrer les risques que prennent les fumeurs ©LPJ
loi anti tabac

Depuis lundi, la nouvelle loi thaïlandaise anti-tabac est entrée en vigueur renforçant l'interdiction de fumer dans les lieux publics. Mais faute d'une communication claire de la part des autorités, beaucoup en ignorent encore l'existence ou n'en saisissent pas bien les contours. Pour mieux faire passer la pilule, une période de clémence a été accordée.

La fameuse extension de l'interdiction de fumer dans les lieux publics est entrée en vigueur comme prévu lundi dernier. Initialement, la loi anti-tabac concernait les bâtiments officiels, les gares, les hôpitaux et les parcs. Désormais, il est interdit de fumer dans les bars, restaurants, discothèques et même les marchés de plein air comme Chatuchak. Toute infraction est passible d'une amende de 2.000 bahts. Les responsables d'établissement risquent jusqu'à 20.000 bahts de contravention.

Une loi votée dans la discrétion
Néanmoins, les autorités ont accordé une période de transition de 3 mois et demi durant laquelle l'application de la loi devrait se traduire davantage par des réprimandes et des conseils que par une répression proprement dite. "Bien que l'interdiction [soit entrée] en vigueur le 11 février, nous nous attacherons davantage à sensibiliser les gens et nous adresserons des avertissements plutôt que punir les contrevenants, jusqu'au 31 mai,"a indiqué le directeur adjoint du Bureau de Contrôle des Maladies, Seri Hongyok.
Il faut dire que le Ministère de la Santé a peu communiqué sur cette interdiction approuvée en catimini le mois dernier par le gouvernement sortant, issu du coup d'état. Et de nombreux propriétaires de bars, restaurants et lieux de divertissement, ont découvert lundi avec surprise et déception cette nouvelle loi anti-tabac. "J'ai été informée par les médias,? regrette Pavornwan Koonmongkon, Présidente de l'Association des Restaurateurs de Thaïlande qui regroupe 70.000 membres, ajoutant que les autorités n'ont pas pris contact avec son collectif à propos de l'interdiction. "Je n'ai jamais entendu parler d'une nouvelle interdiction,"indiquait pour sa part samedi, Jidapa Kongchul, qui travaille au French Kiss, un bar musical de Patpong.

Public mal informé
Et même parmi ceux au courant, beaucoup ignorent les détails de la règlementation. Ainsi, le quotidien The Nation rapportait hier que des agents du Ministère de la Santé venus lundi dans un marché ouvert de Nonthaburi pour effectuer une tournée d'inspection, se sont rendus compte que la plupart des commerçants ignoraient que la loi concernait aussi les marchés.
Inutile de préciser que chez les professionnels concernés, cette nouvelle règlementation est plutôt mal reçue. Et beaucoup s'interrogent sur l'efficacité de sa mise en application. "Cela va être difficile de dire aux clients de ne pas fumer, étant donné que la plupart d'entre eux sont fumeurs,"estime Jidapa en haussant des épaules.
Les autorités se sont dites prêtes à venir conseiller les commerçants sur la façon de se conformer aux nouvelles règles et ont fait savoir qu'elles distribueraient des exemplaires du texte de loi d'ici à la fin du mois?
Pour soutenir sa position, le Ministère thaïlandais de la Santé cite en exemple l'efficacité des politiques d'interdiction mises en place en Europe et en Amérique du Nord pour réduire la consommation de tabac. Il estime que de les mesures prises devraient permettre de protéger plus de 600.000 personnes qui fréquentent les bars et les discothèques chaque jour. En Thaïlande environs 17 pour cent de la population fume, et consomme 110 millions cigarettes par jour. P.Q. (www.lepetitjournal.com Bangkok avec AFP) mercredi 13 février 2008

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale