Dimanche 22 septembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

MANIF – Les rouges bloquent le centre de Bangkok, la police prête à intervenir

Par Lepetitjournal Bangkok | Publié le 04/04/2010 à 00:00 | Mis à jour le 15/04/2010 à 10:28

Les Chemises rouges ont décidé hier de s'installer pour au moins trois jours dans le centre touristique et commerçant de Bangkok afin d'obtenir la dissolution du Parlement. Des dizaines de milliers de manifestants se sont rassemblés sur le carrefour de Ratchaprasong, obligeant la fermeture de plusieurs centres commerciaux dont Siam Paragon et Central World. Les autorités se sont dites prêtes à disperser la manifestation aujourd'hui

Les Chemises rouges se sont rassemblés hier sous une chaleur accablante au carrefour de Ratchaprasong devant le centre commercial Central World (Photo Quentin WEINSANTO)

Les manifestants anti-gouvernementaux des "Chemises rouges" ont créé la surprise hier matin, en paralysant le centre touristique et commercial de Bangkok, depuis le centre commercial Siam Discovery jusqu'à la station BTS skytrain de Chitlom. Dans l'espoir de pousser le gouvernement à la faute, près de 60.000 manifestants, selon les chiffres de la police, se sont réunis sous un soleil de plomb pour demander la dissolution immédiate du Parlement. Central World, Siam Paragon et tous les commerces environnants ont ainsi dû fermer leurs portes dans l'après-midi, tandis que de nombreux touristes se sont retrouvés, médusés, au milieu d'une foule carnavalesque, malgré une tension perceptible. De plus, près de 200 motos et voitures ont bloqué dans l'après-midi l'entrée de la voie rapide de Vibhavadi Rangsit, en face du siège de la Royal Thai Air Force. Sur la même route, d'autres Chemises rouges ont protesté devant le siège de la chaîne de télévision NBT, causant plus de 10 kilomètres de bouchons. Vers 16 heures, deux contingents de police ont été déployés à Ratchaprasong en face de l'hôtel Intercontinental et de l'Amari, avant de se faire huer et chahuter par les manifestants en colère qui les ont forcés à se retrancher à l'intérieur des bâtiments pour éviter des échauffourées.

Le gouvernement demande l'évacuation
En réaction à la paralysie de l'un des centres névralgiques de la capitale, le Centre des opérations de maintien de la paix (CAPO) a décrété que les manifestants devraient quitter Ratchaprasong avant 21h, sans quoi des poursuites légales seraient engagées contre les manifestants, pouvant aller jusqu'à un an de prison. Un ultimatum que le Front Uni pour la Démocratie et contre la Dictature (UDD) n'a pas respecté, arguant qu'il était trop compliqué de déplacer autant de manifestants à une heure aussi tardive, et qu'ils étaient de toute façon prêts à se battre jusqu'à la mort. "Je défie le gouvernement de renforcer le décret (d'urgence). Si le gouvernement laisse les soldats venir à nous, nous les affronterons", a ajouté Jatuporn Prompan, un des leaders des Chemises rouges, dans un discours qui se veut de plus en plus dur depuis le début des manifestations, le 12 mars dernier. Un autre des principaux dirigeants du mouvement, Natthawut Saikua, a quant à lui appelé les partisans de l'UDD à former des guérillas et à se préparer à toute attaque. "Si les autorités utilisent la force contre les gens, les unités de guérillas pourront répliquer comme elles le souhaite", a-t-il précisé. Mais le gouvernement d'Abhisit Vejjajiva n'en reste pas là, et le Vice-premier ministre Suthep Thuagsuban a émis à 23h15 une ordonnance officielle autorisant les autorités à évacuer les manifestants.

Néanmoins, la police a annoncé deux heures plus tôt qu'elle souhaitait aujourd'hui entamer une nouvelle tentative de dialogue avec l'UDD. En cas de refus, des policiers pourraient être déployés en début d'après-midi pour disperser les manifestants, a expliqué le Chef adjoint de police, Panupong Singhrra. L'UDD a annoncé qu'ils étaient prêts à rester au moins trois jours à Ratchaprasong. Les pertes commerciales sont pour l'instant estimées à 300 millions de bahts (6,9 millions d'euros).
Quentin WEINSANTO (http://www.lepetitjournal.com/bangkok.html avec AFP) dimanche 4 avril 2010

Voir aussi nos documents vidéo des manifestations dans la rubrique Actu en images

Lire aussi notre article du 31 mars 2010, Les Rouges abandonnent les négociations, nouvelles actions prévues ce week-end
Lire aussi notre article du 30 mars 2010, Les Rouges rejettent l'offre d'Abhisit, possible poursuite des discussions jeudi
Lire aussi notre article du 29 mars 2010, Echec du premier round de négociations entre Abhisit et les Rouges
Lire aussi notre article du 28 mars 2010, Après avoir fait bouger les soldats, les Rouges sous les fenêtres d'Abhisit
Lire aussi notre article du 21 mars 2010 (article et vidéos), Les Rouges satisfaits de leur tour de ville, la situation toujours bloquée
Lire aussi notre article du 20 mars 2010, Plusieurs milliers de Rouges attendus sur les artères de Bangkok aujourd'hui
Lire aussi notre article du 18 mars 2010, Les autorités tendent la main aux rouges pour isoler Thaksin
Lire aussi notre article du 17 mars 2010 (article et vidéos), Le peuple déverse son sang pour dénoncer l'injustice des élites
Lire aussi notre article du 16 mars 2010, Les Rouges remerciés jouent un va-tout morbide
Lire aussi notre article du 14 mars 2010, Près de 100.000 chemises rouges prêts à se déployer dans Bangkok
Lire aussi notre article du 12 mars 2010 (17h20), Les rouges se dispersent après une journée relativement calme
Lire aussi notre article du 12 mars 2010 (14h30), Défilés sporadiques des chemises rouges de Bangkok
Lire aussi notre article du 12 mars 2010, Bangkok privé de carburant jusqu'à nouvel ordre, 50.000 hommes déployés
Lire aussi notre article du 11 mars 2010, Thaksin appelle au rassemblement, les principaux axes routiers protégés

{jcomments off}

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Munich Appercu
TRADITIONS

INSOLITE - Les petits secrets de l'Oktoberfest

L'Oktoberfest est connue dans le monde entier. Certes. Mais certains chiffres et certaines anecdotes sont pourtant passés sous silence ou tombés dans l'oubli. En voici un florilège.

Sur le même sujet