TEST: 2238

DIPLOMATIE – La contrefaçon plombe la relance des relations américano-thaïlandaises

Par Lepetitjournal Bangkok | Publié le 29/04/2008 à 01:00 | Mis à jour le 23/10/2018 à 12:29
Photo : Pantip Plazza, temple de l'informatique à Bangkok, est également connu comme un haut lieu de la contrefaçon (Photo Jean-Louis Duzert). 
contrefacon relations americano thailandaise

La Thaïlande et les Etats-Unis ont promis hier de dynamiser leurs relations après le retour de la démocratie dans le royaume en fin d'année. Mais un différent sur les droits de propriété intellectuelle assombrit quelque peu le dialogue

Les Etats-Unis sont le premier partenaire commercial de la Thaïlande, mais le coup d'Etat en septembre 2006 avait emmené les américains à cesser le dialogue sur les accords bilatéraux de libre échange.
Christopher Padilla, Sous-secrétaire américain au commerce international, qui était à Bangkok à l'occasion du 175e anniversaire des relations Américano-thaïlandaises avait salué les élections de décembre dernier les qualifiant "d'événement bienvenu."
"L'Amérique reconnaît votre gouvernement élu. L'Amérique entend raviver et approfondir nos liens économiques. Le business américain est de retour et est ici pour rester? a-t-il lancé dans une réunion d'affaires.
Le Premier ministre Thaïlandais, Samak Sundaravej, a tenu à assurer les dirigeants de firmes américaines que son nouveau gouvernement s'affairait à améliorer le climat économique affirmant qu'il n'avait aucunement l'intention d'imposer des restrictions aux sociétés étrangères.
Aucune des deux parties n'a mentionné les accords de libre échange, mais la Thaïlande a néanmoins exprimé son mécontentement vis-à-vis du maintien du pays sur la liste noire des pays stigmatisés par les Etats-Unis pour avoir failli au respect des brevets et droits d'auteur.
"La Thaïlande est dévouée à la règle du droit et des obligations internationales,"a rappelé le Ministre des affaires étrangères Noppadon Pattama. "Nous nous sommes engagés dans la protection des droits de propriété intellectuelle et ? si je puis ajouter ? nous devrions être élevés à la liste de surveillance au lieu d'être maintenus dans la liste de surveillance prioritaire."
La Thaïlande a fait son entrée dans la liste américaine de surveillance prioritaire en 2007 aux côtés de douze pays. Dans le rapport annuel 2008 diffusé la semaine dernière, elle figure parmi 9 pays dont la Chine et la Russie. Le rapport pointe comme points sensibles en Thaïlande la violation des droits d'auteur sur les livres, logiciels informatiques, DVD et télévision câblée.
Mais les relations américano-thaïlandaises souffrent également du programme de suspension de certains brevets pharmaceutiques, mis en place par le gouvernement issu du coup d'Etat pour autoriser la mise sur le marché de médicaments génériques.
Ce programme de médicaments génériques, que l'actuel gouvernement a finalement décidé de poursuivre, avait scandalisé les sociétés américaines et européennes qui estiment leurs droits de propriété intellectuelles violés.
Les désaccords autour des produits pharmaceutiques avaient été l'un des principaux obstacles lors des discussions précédentes sur les accords de libre échange entre la Thaïlande et les Etats-Unis.
Christopher Padilla a indiqué que les Etats-Unis reconnaissaient les efforts de la Thaïlande pour combattre la contrefaçon, mais a répété qu'ils prenaient l'affaire au sérieux.
"Je propose que nos deux gouvernements établissent un dialogue bilatéral formel sur les droits de propriété intellectuelle et qu'ils développent un plan d'action conjointe, a-t-il dit, ainsi, la Thaïlande pourrait être retirée de la liste de surveillance prioritaire".
(www.lepetitjournal.com/bangkok.html avec AFP) mardi 29 avril 2008

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale