Mardi 20 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

La brève histoire du mouton en Nouvelle-Zélande

Par Axelle Martin | Publié le 03/07/2018 à 05:06 | Mis à jour le 03/07/2018 à 11:00
Photo : Photo by Sam Carter on Unsplash
mouton Nouvelle Zélande

La population de moutons en Nouvelle-Zélande est certainement l'un des sujets de blague stéréotypée les plus répandus mais pas que. L'histoire d'amour des Kiwis avec leurs côtelettes d'agneau n'est pas chose à prendre à la légère. Introduit par les premiers colons européens, le mouton est devenu un emblème national et en Nouvelle-Zélande tout est bon dans le mouton ! 

 

L'élevage du mouton en Nouvelle-Zélande

La rencontre entre cette créature laineuse et la Nouvelle-Zélande date de 1773. Lors de son second voyage vers cette terre lointaine, James Cook amène une brebis et un bélier. De manière assez surprenante, les deux animaux ont survécu au voyage et posent les pieds à terre. Malgré cet exploit, les deux bovidés ne survivront que quelques jours. L'histoire n'a cependant pas retenu la cause du décès de ces explorateurs à la toison épaisse.

L'élevage de moutons ne débute vraiment que dans les années 1850. Assez rapidement, l'industrie de la laine devient l'une des premières sources de revenus du pays. L'introduction du procédé de congélation en 1882 est un tournant majeur dans la construction de l'économie balbutiante du pays. Et voilà, le mouton devient l'un des symboles nationaux de la colonie anglaise.

Bien que le mouton mérinos soit la vedette de la laine néo-zélandaise, le cheptel est principalement constitué de Romney. Cette race d'origine anglaise est plutôt rustique et capable de s'adapter au climat "compliqué" du pays. Le mouton Romney est connu tant pour la qualité de sa laine que pour le gout de sa viande. L'industrie du mouton connaît son apogée en 1972. À l'époque, on en dénombre 70 millions. Aujourd'hui le nombre moutons est tombé à 28 millions (2016), soit à peine sept moutons par habitant.

 

tonte de moutons
Photo by Ardiss Hutaff on Unsplash

 

Le roast lamb, un plat national

Rappelons que la Nouvelle-Zélande n'est pas vraiment connue pour son gibier.  À défaut de rôti ou autres viandes à plume, le mouton semble une bonne alternative. 

Que ce soit en gigot ou côtelette, cette viande à une place de choix dans l'assiette des Néo-Zélandais. Le pays célèbre tous les ans cette créature aussi mignonne qu'appétissante lors du Lamb day (24 mai). Traditionnellement servie pour le repas dominical, la viande est accompagnée de légumes bouillis dont des pommes de terre, des kumaras ou encore des petits pois. 

Bien que ce repas soit tombé en désuétude, le mouton demeure l'un des mets favoris des viandards néo-zélandais. Aujourd'hui ce plat est généralement servi avec des légumes rôtis et assaisonnés de feuilles de thym. 

 

cotelette mouton nouvelle zelande

 

Rien ne se perd et que tout se transforme

Sachez qu'en Nouvelle-Zélande, l'ensemble du mouton est utilisé, y compris pour des cosmétiques. Ainsi, il existe des crèmes à base de lanoline. Cette substance, sécrétée par les moutons, leur permet de rendre imperméable leur laine. Cet élément naturel est connu pour ses vertus hydratantes. Des crèmes ou produits pour cheveux sont réalisés à partir de la lanoline. Toutefois, il est fortement recommandé de prendre des produits bios. En effet, la lanoline étant produite par une glande, cette partie du mouton a tendance à stocker les résidus de pesticides. Bref, tout est bon dans le mouton.

Nous vous recommandons

Axelle Martin

Axelle Martin

Avec un sens de l'humour aussi pointu que douteux, Axelle est fraîchement diplômée de l'université de Bordeaux. Toutes les formules capillotractées que vous lisez dans les articles sont sûrement d'elle . Elle dit "chocolatine" mais on l'aime quand même !
0 Commentaire (s)Réagir

Que faire à Auckland ?

IDÉE SORTIE

Baguette & Co : les artisans du sandwich

Exit les sandwichs industriels et (surtout) insipides, Le Petit Journal Auckland vous réconcilie avec cette tradition français grâce à Baguette&Co : ”les artisans du sandwich”.

Sur le même sujet