Le coronavirus a provoqué une recrudescence des déchets aux Îles Cook

Par Madeleine Goujon | Publié le 28/04/2020 à 12:12 | Mis à jour le 29/04/2020 à 08:24
Photo : Des déchets de canettes, bouteilles et emballages plastiques auraient augmenté sur les îles Cook (photo Hans Braxmeier, Pixabay)
Cook islands

Les Îles Cook, en libre association avec la Nouvelle-Zélande, seraient le premier État au monde à ne plus recenser de personnes contaminées par le coronavirus. Cette bonne nouvelle en cache une plus amère : avec la pandémie, le nombre colossal de déchets dans le pays insulaire aurait encore augmenté.

L’île principale Rarotonga, qui rassemble la majorité de la population du pays, est aussi le lieu qui abrite la décharge, ou plutôt le « monstre de déchets solides en pleine croissance », selon les dires de la secrétaire de l’Infrastructure Cook Islands (ICI), Diane Charlie-Puna.

Le problème de la gestion des déchets dans les îles du Pacifique sud ne date pas d’hier. Les habitudes de consommation des États insulaires ont fortement été modifiées avec l’ouverture aux importations de biens étrangers, additionnée à l’accroissement de la population et au tourisme. Affectant le type de déchets produits, cela a également eu un impact sur la gestion des déchets de ces îles.

Pourtant, avec leur installation de traitement des déchets, leur stratégie nationale de gestion des déchets solides et leur politique de promotion de la responsabilité partagée de la gestion des déchets, les Îles Cook semblaient œuvrer pour régler le problème. L’arrivée de la pandémie a changé la donne. Moins de touristes mais pas moins de déchets.

L’équipe travaillant dans la décharge aurait annoncé à la secrétaire Diane Charlie-Puna l’augmentation du nombre de matières recyclables. Selon le média Cook Islands News, face aux restrictions liées au COVID-19 demandant aux habitants de rester chez eux, les emballages auraient augmenté et les efforts pour réduire ou recycler les déchets auraient été abandonnés.

 

 

Le problème de l’absence, ou du mauvais recyclage ne se limite pas aux îles. La France avec le coronavirus a même décidé de fermer des centres de tri pour assurer la sécurité des employés, en particulier face à l’augmentation de déchets dans les poubelles de tri sélectif qui n’auraient rien à y faire (notamment gants et masques usagés).

 

Madeleine Goujon

Madeleine Goujon

Éprise de problématiques environnementales et culturelles, j’ai une double formation en droit et en journalisme. Pour le moment en télétravail depuis la France, j’espère rejoindre la Nouvelle-Zélande au plus vite.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Auckland !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Nicolas Roger

Rédacteur en chef de l'édition Auckland.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale