TEST: 2237

« Hospos » : Pernod Ricard vous offre des bons pour un repas gratuit

Par Madeleine Goujon | Publié le 14/05/2020 à 17:19 | Mis à jour le 28/05/2020 à 10:08
Photo : Le groupe français Pernod Ricard, numéro 2 mondial du vin et des spiritueux, a participé ou lancé plusieurs initiatives pour soutenir la communauté dans la lutte contre le COVID-19 à travers le monde (Photo Unsplash)
meals for mates

Avec la pandémie du COVID-19, beaucoup de personnes travaillant dans la restauration ont perdu leur emploi ou vu leurs heures de travail réduites. Histoire de « montrer un peu de compassion » , le groupe français Pernod Ricard a lancé en Australie et en Nouvelle-Zélande l’initiative Meals for Mates offrant aux "hospos" des bons pour des repas gratuits.

 

 

Après avoir lancé l’initiative Meals for Mates en Australie, le groupe numéro 2 mondial du vin et des spiritueux, Pernod Ricard, a annoncé le 12 mai lancer cette initiative en Nouvelle-Zélande. Mille travailleurs dans le secteur de la restauration pourront ainsi bénéficier de deux bons d’une valeur de trente dollars pour acheter des repas dans les restaurants partenaires : Urban Gourmet à Auckland, the Catering Studio à Wellington ou Eaton Drink Co à Christchurch.

 

 

Meals for Mates ou des « repas pour les copains » a été créé pour soutenir l’industrie de la restauration face à la pandémie du COVID-19. Pour Eric Thomson, directeur marketing de Pernod Ricard Winemakers, cette initiative permet d’encourager « la communauté, dans la mesure du possible, à continuer de soutenir leurs entreprises de restauration locales afin que le plus grand nombre possible reste ouvert ».

 

 

Si vous souhaitez bénéficier de cet avantage, envoyez simplement un e-mail à l’adresse mealsformatesnz@pernod-Ricard.com, accompagné d’une preuve attestant que vous travaillez dans la restauration (1000 personnes maximum ; 30 NZD par bon).

 

Madeleine Goujon

Madeleine Goujon

Éprise de problématiques environnementales et culturelles, j’ai une double formation en droit et en journalisme. Pour le moment en télétravail depuis la France, j’espère rejoindre la Nouvelle-Zélande au plus vite.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Auckland !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Nicolas Roger

Rédacteur en chef de l'éditon Auckland.

À lire sur votre édition locale