Mardi 28 septembre 2021
TEST: 2237

Deuxième étape de leur voyage France - Nouvelle-Zélande en voilier

Par Lara Saliège | Publié le 04/07/2021 à 08:31 | Mis à jour le 06/07/2021 à 09:24
Voilier en mer

Voici la suite des aventures de Raphaël et Aurélie, qui ont décidé de rentrer en France en voilier depuis la Nouvelle-Zélande.

‌Seul au monde aux Fidji

Après avoir reçu le drapeau "Blue lane”, nous autorisant à naviguer aux Fidji en période de COVID, nous avons pu aller découvrir les îles paradisiaques de la côte Est. Habituellement habituées à accueillir les jeunes couples en lune de miel, ce sont des petites îles désertes que nous avons découvertes. Plages désertes, hôtels fermés, personne… Incroyable de pouvoir découvrir les Fidji de cette manière. Un tourisme 2.0 !

Les fonds marins nous ont régalés ! Pas besoin d’aller chercher le spot le plus prisé de snorkelling des Fidjis pour pouvoir nager avec des poissons colorés. Les poissons sont nombreux et diversifiés, c’est magique !

 

Fidji
Fidji

 

Après quelques jours à nous amuser autour des îles de Malolo et Navini, entre snorkelling, planche à voile et paddle, nous avons décidé de remettre les voiles direction la deuxième plus grosse île du Pays Vanua Levu, pas encore confiné comme Viti Levu.

Seulement, un événement météorologique connu des Fidji, le Bogi Walu (littéralement 8 nuits en Fidjiens), une tempête de 8 jours, nous aura contraint de nous arrêter pendant 6 jours au milieu de la passe nord, afin de nous mettre à l’abri.

Après cette mésaventure, nous arrivons enfin sur l’île de Vanua Levu, où nous avons pu découvrir une autre image des Fidji, loin des clichés que l’on peut trouver sur Google Image, mais pas moins intéressante. Une île plus montagneuse, tropicale, où l'on peut découvrir davantage la culture locale. L’agitation de la petite ville de Savusavu les jours de marché, les plantations de palmiers, les femmes qui vont à la pêche à la nuit tombée sur leur radeau de bambou….

 

forêt tropicale
Forêt de palmiers

 

Cette escale aux Fidji ne pouvait pas durer éternellement et le 26 juin, nous avons dû partir pour notre deuxième traversée jusqu'à notre prochaine escale Tahiti.

Notre deuxième traversée Fidji -Tahiti

16 jours 1h, 1850 miles, vitesse moyenne 5 nœuds, vitesse max 11.8 nœuds.

Voilà, on aura passé 16 jours en mer pour rejoindre Tahiti, deux fois plus que la première traversée et un record pour nous et le bateau ! On aura moins souffert du mal de mer que pour la précédente, il faut croire que nous commençons vraiment à nous amariner. Moins de souffrance physique donc, mais plus de baisses de moral. La météo nous aura joué des tours dans cette zone du pacifique qui semble très instable méthodologiquement parlant. En effet, les fichiers météos que nous recevions tous les jours pour décider de notre trajectoire se sont avérés tous faux, tout au long de la traversée. Impossible pour eux de nous prédire la météo, ou même de nous dire la bonne météo à l’instant T.

Ainsi, nous nous sommes retrouvés plus d’une fois dans des vents forts alors que le fichier indiquait une météo très calme, voir sans vent. Nous avons également fait des détours pour aller chercher des zones de vents qui en réalité n'existaient pas… Ces incertitudes sont stressantes au quotidien et créent une navigation totalement imprévisible qui nécessite d’être tout le temps sur nos gardes. Mais on y est arrivé, ce jeudi 10 juin au matin, nous sommes arrivés devant l’île de Moorea, magnifique au lever du jour, qui nous a rappelé que tout ça en valait la peine !

(Vous pouvez retrouver notre trace Iridium Go sur le site de Raphaël Censier, tracker GPS, actualisation du point toutes les heures pendant toute la durée de notre voyage. On y met un mot tous les jours pendant les navigations.)

Aurélie et Raphaël nous partageront leur journal de bord au fil de leur voyage. N'hésitez pas à vous abonner à la newsletter ou à nous suivre sur notre Facebook / Instagram pour ne pas manquer leurs aventures.

 

 

lara redac web

Lara Saliège

Expatriée à Auckland depuis 2020, j'ai auparavant habité dans divers pays en Europe et aux États-Unis. Venant du secteur du tourisme, je suis passionnée par la culture et les voyages.
0 Commentaire (s) Réagir