Jeudi 2 décembre 2021
TEST: 2237

De la suie datant de l'époque des premiers Māori retrouvée en Antarctique

Par Lara Saliège | Publié le 13/10/2021 à 07:04 | Mis à jour le 01/11/2021 à 00:32
Paysage d'Antarctique

De la suie a été découverte récemment dans de la glace en Antarctique. Elle serait liée à des incendies déclenchés par les premiers Māori de Nouvelle-Zélande.

Une étude scientifique menée grâce à des carottes de glace

Depuis les années 60 des "carottes" de glace sont extraites de l'Antarctique. Il s'agit de couches de neige qui s'accumulent d'année en année et se compriment au fil du temps. Cependant, elles ne sont pas composées que de glaces puisque certaines d'entre-elles renferment de la suie ou des cendres volcaniques autrefois en suspension dans l'air. Grâce à cela, les scientifiques sont en mesure de définir des événements majeurs du passé tels que des incendies ou des éruptions volcaniques.

 

 

Des particules de suie qui voyagent en Antarctique

Les scientifiques ont ainsi réalisé que les carottes prélevées sur l’île James Ross, dans le nord de la péninsule Antarctique, montraient plus de suie que ceux prélevés dans l'Antarctique continental. Afin de comprendre la raison, ils se sont tournés vers la modélisation atmosphérique et en ont déduit qu'elle provenait soit de la Tasmanie, soit du Sud de la Patagonie ou de la Nouvelle-Zélande. En précisant leur recherche, cette dernière est apparue comme le lieu de provenance évidente.

La suie daterait de 700 ans, époque à laquelle les Maoris sont venus s'installer en Nouvelle-Zélande. Ces derniers auraient utilisé le feu - comme beaucoup d'autres peuples dans le monde, à l'instar des Romains - pour défricher des terres. L'hypothèse avance qu'au vu de la quantité de feux déclenchés, des particules auraient traversé les continents.

Une recherche contestée par la Faculté des études Maoris

Le doyen par intérim de la Faculté des études Māori de l'Université de Waikato et le professeur agrégé d'études indigènes Sandy Morrison ont contesté cette découverte déclarant que l'étude était « dépourvue de contexte, compréhensions culturelles et constitue un autre exemple de ce à quoi nous sommes parvenus à attendre de la science occidentale »

Il ajoute : "Cela repose sur des mesures, la modélisation et la pensée en silo et le document, qu'il soit intentionnel ou non, présente les Maoris comme les délinquants" vilains ". Cette étude selon lui cela incrimine les Maoris au point de vue de contribution aux émissions de carbone et de destruction de l'environnement vierge des océans Austral et de l'Antarctique.

Suite à cela, un des précisé à précisé que "Cela est basé sur des observations et des preuves en Antarctique, pas sur une quelconque critique de la gestion des terres, ou quoi que ce soit d'autre par les Maoris." Il a présenté ses excuses si les conclusions de la recherche ont été interprété d'une façon dévalorisante envers les Maoris.

 

lara redac web

Lara Saliège

Expatriée à Auckland depuis 2020, j'ai auparavant habité dans divers pays en Europe et aux États-Unis. Venant du secteur du tourisme, je suis passionnée par la culture et les voyages.
0 Commentaire (s) Réagir

Expat Mag

Bangkok
COVID-19

Point sur les conditions d’entrée en Thaïlande avant les fêtes

Avec la réouverture de la Thaïlande aux touristes vaccinés, il est tentant de venir passer les fêtes de fin d’année au soleil. Néanmoins, un certain nombre de conditions demeurent en place