Samedi 18 septembre 2021

PORTRAIT DE FEMME EN GRECE – Marianne Papalexis, Présidente de Zolotas

Par Lepetitjournal Athènes | Publié le 08/03/2013 à 00:01 | Mis à jour le 08/03/2013 à 06:02

Au premier étage de sa boutique Zolotas, Marianne Papalexis-Le Clère nous accueille dans son bureau, entre vitrines de bijoux et photos de star. Femme d'affaires moderne et passionnée, elle oeuvre, depuis 30 ans, au succès de la prestigieuse maison de luxe. Elle nous raconte son parcours et s'intéresse à la situation des femmes en Grèce.

Marianne Papalexis dans son bureau, avenue Panepistimiou (Photo DMP)

L'étudiante en Histoire de l'Art parisienne a parcouru un long chemin. Aujourd'hui, Présidente de la maison Zolotas en Grèce, elle y est entrée par la petite porte ? comme stagiaire, en 1974. Un premier stage chez Dior, suivi d'un autre chez Zolotas-Paris, lui ouvrent les portes d'un monde encore inconnu : la Grèce. Passionnée de civilisation ancienne, Marianne Papalexis est invitée par la famille Zolotas à découvrir ce pays et à y travailler. Ce premier contact est un coup de foudre et l'immersion dans cette nouvelle culture se fait en douceur. Entourée et guidée, elle apprend les différentes facettes des métiers de la maison : du commercial aux relations presse, en passant par le dessin des bijoux. "Je ne me suis jamais sentie l'étrangère, les membres de la famille Zolotas m'ont, d'emblée, fait confiance et ont partagé leur savoir-faire".

Lepetitjournal.com : Le fait d'être française a-t-il été un atout dans votre carrière en Grèce ?
Marianne Papalexis : En Grèce, il y a une "amitié historique" entre les deux peuples. Donc, oui, je pense avoir été certainement appréciée, aussi, pour mon origine. A cette époque, le français était encore comme une deuxième langue pour la plupart des Grecs et les Zolotas parlaient même français entre eux, en privé.
Mais c'est aussi mon ardeur et ma passion pour le bijou grec ancien qui a été le "déclencheur" de ce parcours.

Que pensez-vous de la place de la femme grecque aujourd'hui dans la société ?
La femme grecque a toujours joué un rôle fondamental au sein de la famille. Elle en est le pilier, la colonne vertébrale. En même temps, elle mène une vie sociale active, et cela concerne toutes les couches de la société. La femme grecque aime sortir, rencontrer ses amis.
A partir des années 80, la situation économique a poussé les femmes à travailler. Loin de les en dissuader, les maris et l'entourage (parents, grands parents) ont soutenu cette évolution. Aujourd'hui, les jeunes femmes sont de plus en plus nombreuses à réussir dans des professions diverses. Et en comparaison avec la France, elles sont plus nombreuses à parvenir à des postes à responsabilités, et sont très appréciées.
Mais je constate que, si le style de vie a profondémment changé, les mentalités, non : la femme grecque donnera toujours la priorité à sa famille. Pour elle, ce n'est pas une contrainte mais un choix.
Mais la crise n'arrange pas leur situation puisque le chômage touche d'abord les femmes et surtout les plus jeunes.

Quelle relation ont les femmes grecques avec les bijoux ? Sont ils réservés aux fêtes religieuses ou est ce un achat plaisir, malgré la crise ?
Les femmes grecques aiment les bijoux. Elles les choisissent avec beaucoup d'amour pour elles-mêmes ou pour les offrir. Le bijou fait partie de la culture depuis la Grèce antique. "Kosmema" : bijou, veut dire "faire partie de la société", "être en représentation dans le monde", du mot "Kosmos" : le monde.
La tradition joue un grand rôle ici : la naissance, le mariage, chaque étape de la vie est célébrée par un bijou, même symbolique : c'est un patrimoine familial et non un accessoire de luxe.
La crise n'a pas altéré cette mentalité, elle a simplement réduit la fréquentation et le montant des achats.
 
Quel est votre bijou/collection Zolotas préféré(e) ?
J'aime voir évoluer notre bijou Zolotas dans le temps et j'ai systématiquement des coups de c?ur pour une des pièces de la dernière collection. En ce moment, je porte la bague "kimata" de la collection New Diamond Spirit.
S'ils s'inspirent du passé et de la tradition, nos bijoux sont intemporels et Zolotas porte l'image d'un hellénisme moderne. Rien d'ethnique ou de folklorique.

D'où vient l'inspiration du bijoutier ?
En général, un bijoutier s'inspire soit d'une pierre précieuse qu'il désire mettre en valeur, soit d'un code esthétique contemporain.
Pour Zolotas, c'est différent : nos collections innovent dans le respect des valeurs et de l'esprit de la maison pour s'installer dans le temps et  créer la tradition .

Enfin, quel est votre sentiment pour votre pays d'adoption, la Grèce ?
J'aime ce pays profondément. C'est un pays de lumière où la qualité de vie, du point de vie humain, est exceptionnelle.

Propos recueillis par Delphine Millet Prifti (lepetitjournal.com/athenes) Vendredi 8 mars 2013


Journée de la femme avec Zolotas et l'UFE Athènes !

A l'occasion de la Journée de la Femme, l'UFE Grèce organise une visite guidée, en privé, de l'exposition du Musée Cycladique sur le thème des « Princesses de Méditerranée ». L'association vous invite à découvrir comment les princesses, à travers leurs histoires, ont contribué à élargir les horizons culturels de leur temps. 
L'exposition présente 24 exemples de «princesses» de Grèce, de Chypre, d'Italie du Sud, et d'Étrurie de 1000 à 500 avant JC, et plus de 500 objets.
Un guide vous accompagnera pour ce voyage dans l'histoire et une surprise de choix attendra les Femmes de l'UFE à l'arrivée !

RDV : Samedi 9 mars à 11h
Participation : 15 euros.
Contact : Françoise Deschamps, Présidente : 210 3239585, ou fdeschamps@profilvoyages.gr
Adresse : Musée d'art cycladique, Fondation Goulandris, 4 rue Nephytou Douka, Athènes

Inscrivez-vous vite ! Il est encore temps !

 

 

lepetitjournal.com Athènes

Lepetitjournal Athènes

Le Petit Journal d'Athènes est un magazine d'information gratuit, en ligne et en français sur la Grèce.
0 Commentaire (s) Réagir
Sur le même sujet