Édition internationale
Radio les français dans le monde
--:--
--:--
  • 0
  • 1

L’ambassadeur de France à Abidjan rappelé pour un comportement sexiste

Ambassadeur France Abidjan rappelé propos gestes sexistesAmbassadeur France Abidjan rappelé propos gestes sexistes
Écrit par Aurélie Billecard
Publié le 21 septembre 2020, mis à jour le 21 septembre 2020

L’ambassadeur de France en Côte d’Ivoire, Gilles Huberson, est rappelé à Paris par le ministère des Affaires étrangères. Une enquête administrative est en cours suite à des accusations de violences sexuelles et sexistes par au moins cinq femmes.

 

Gilles Huberson, l’ambassadeur de France en Côte d’Ivoire, a été rappelé à Paris par le ministère des Affaires étrangères. La porte-parole du Quai d’Orsay, Agnès von der Mühll, a déclaré le samedi 19 septembre qu’il « a été rappelé à Paris dans le cadre d’une enquête administrative en cours », et a confirmé quelques informations de presse accusant le représentant français de comportements sexistes.

Ancien élève de l’école militaire de Saint-Cyr, Gilles Huberson a été responsable du Centre de crise du Quai d’Orsay de 2005 à 2007. En 2013, il a été nommé chef de la mission interministérielle Mali-Sahel, et ensuite ambassadeur au Mali (2013 - 2016), à Maurice (2016 - 2017), avant d’être nommé à Abidjan.

 

« Ce rappel n’est pas politique »

Selon le site Mediapart, Gilles Huberson est accusé de violences sexuelles et sexistes par au moins cinq femmes qui ont témoigné auprès du déontologue du Quai d’Orsay. Cependant, une source proche du dossier assure que « ce rappel n’est pas politique », et confirme les informations de Mediapart sur des « propos et gestes sexistes ».

Une autre source proche du dossier souligne que « le ministre a demandé une enquête administrative sur des signalements multiples ». Il a décidé de son rappel le lundi 14 septembre, avant que la porte-parole ne l’annonce publiquement le samedi 19 septembre.

 

En 2018, Jean-Yves Le Drian a mis en place une cellule d’écoute pour les personnels du Quai d’Orsay, victimes de violences sexuelles et sexistes. Cette cellule, appelée « Tolérance Zéro », a recueilli les témoignages des cinq femmes disant être victimes de Gilles Huberson.

Flash infos