People of Welly : Lucas artiste peintre et salsero

Par Valérie Thomas | Publié le 17/10/2020 à 10:21 | Mis à jour le 19/10/2020 à 11:06
Photo : Wellington People of Welly Lucas artiste peintre et salsero
Lucas Antonio Robotham Larraguibel

Lucas Antonio Robotham Larraguibel, 44 ans, est originaire du Chili et était professeur d’art et infographiste à Santiago. Ce dernier est arrivé en  2005 lors d’un séjour touristique en Nouvelle Zélande et vit désormais à Wellington. Lucas est artiste peintre free lance et a peint des façades et des murs pour des particuliers ainsi que des établissements connus de la capitale tel que le  fameux  bar latino El Barrio à Te Aro. Il est aussi passionné  de salsa.

 Il a bien voulu répondre au 3 questions suivantes pour le Petit Journal Wellington :

Hola Lucas, peux tu nous décrire Wellington en une phrase ?

A Wellington, on ne sait jamais ce qui nous attend au coin de la rue.

Une anecdote à Wellington ?

J’ai été surpris de voir que les kiwis mangent des haricots blancs « beans » en boite sur des toasts. J’ai mis un certain temps à comprendre le jargon kiwi et quand vous leur posez une question la plupart du temps ils répondent « yea nah ».

Où peut-on te croiser dans Wellington ?

Havana Coffee works pour son excellent café  et son ambiance chaleureuse , Viva Mexico à Newton et Petone pour leur cuisine mexicaine authentique, Good Fortune coffee à Petone pour son café torréfié sur place. Vous me trouverez aussi dans les studios Tarrent sur Cuba Street pour mes cours de salsa cubaine avec Cuban Fusion. Gracias Lucas !

Valérie Thomas Le Petit journal Wellington

Valérie Thomas

Après avoir passé 14 ans à Hong Kong à diriger des bureaux d’achats dans le textile, je viens d’emménager à Wellington. Je m’intéresse à l’actualité, la mode, les arts et la rando et j’ai pratiqué la boxe thaï.
0 Commentaire (s) Réagir

Vivre à Wellington

Auckland Appercu
SANTÉ

Te Rongoā Māori : la médecine traditionnelle Māori

Il existe en Nouvelle-Zélande une médecine traditionnelle maori, appelée Te Rongoā Māori. Ce système existe encore de nos jours, en parallèle et/ou en complément au système conventionnel.

Sur le même sujet