Lundi 13 juillet 2020
Wellington
Wellington

Les otaries sont de retour au Cape Palliser

Par Elsa Hellemans | Publié le 27/11/2019 à 06:40 | Mis à jour le 16/02/2020 à 02:14
Photo : Au Cape Palliser les bébés otaries alternent leur journée entre jeux et siestes. Ils s'allaitent pendant 300 jours, parfois plus.
Otaries, Wellington, reproduction, Cape Palliser

Les Kekeno (en maori), ou otaries néo-zélandaises, sont de retour au Cape Palliser pour la saison des amours.

De mi-novembre à mi-janvier, pendant que les enfants s'amusent, les mâles se pavanent face aux femelles trop occupées à se dorer la pilule au soleil. Un spectacle visible au volant de sa voiture, en longeant la côte escarpée jusqu'au point le plus au sud de l'île du Nord. Les plus courageux se lanceront à l'assaut du phare, avec ses 250 marches, pour profiter d'une vue 4 étoiles sur la baie revêche, avant de repartir un parfum de poisson plein les narines !

 

Les Kekeno, nom maori, reviennent au même endroit à chaque nouvelle période de reproduction.
Les Kekeno, nom maori, reviennent au même endroit à chaque nouvelle période de reproduction.

 

 

Les bébés loutres s'allaitent pendant 300 jours, parfois plus.
Les bébés otaries s'allaitent pendant 300 jours, parfois plus.

 

Polygames, les mâles dominants de battent pour gagner du territoire
Polygames, les mâles dominants de battent pour gagner du territoire.

 

n Nouvelle-Zélande, pendant la période de reproduction de mi-novembre à mi-janvier, les colonies de loutres peuvent être observées sur les littoraux rocheux, allant de la Péninsule du Coromandel à la pointe sud du pays.
En Nouvelle-Zélande, pendant la période de reproduction de mi-novembre à mi-janvier, les colonies d'otaries peuvent être observées sur les littoraux rocheux, allant de la Péninsule du Coromandel à la pointe sud du pays.

 

La route qui conduit au Cape Palliser dévoile un escarpement rocheux et inhospitalier, auquel se sont frottés une vingtaine de navires malchanceux.
La route qui conduit au Cape Palliser dévoile un escarpement rocheux et inhospitalier, auquel se sont frottés une vingtaine de navires malchanceux.

 

Les Kekeno ont le nez plus pointu et sont plus petits que les otaries, présentes aussi en Nouvelle-Zélande.
Les Kekeno ont le nez plus pointu et sont plus petits que les phoques, présents aussi en Nouvelle-Zélande.

 

Contrairement aux phoques, les loutres ont des oreilles externes et leurs nageoires arrières leurs permettent de se déplacer facilement sur la terre.
Contrairement aux phoques, les otaries ont des oreilles externes et leurs nageoires arrières leurs permettent de se déplacer facilement sur la terre.

 

Du haut de son perchoir, le phare du Cape Palliser, construit à la fin du 19ème siècle, domine la baie avec une fierté assurée.
Du haut de son perchoir, le phare du Cape Palliser, construit à la fin du 19ème siècle, domine la baie avec une fierté assurée.

 

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

TÉMOIGNAGES

Expatrié et Ambassadeur de France malgré moi

Vivre à l’étranger revient souvent à devenir, volontairement ou non, un ambassadeur de son pays. Alors que le 14 juillet approche, nous avons recueilli les témoignages de ces Français expatriés

Sur le même sujet