Samedi 15 mai 2021
Varsovie
Varsovie

En Pologne, il vaut mieux éviter d’insulter le président

Par Cédric Tavernier | Publié le 06/04/2021 à 13:43 | Mis à jour le 07/04/2021 à 12:39
Photo : Andrzej Duda, le président polonais
duda

En Pologne, la loi sur l’injure et la diffamation est l’une des plus strictes des États démocratiques et peut coûter jusqu’à 3 ans de prison. Les cas se sont multipliés récemment.

 

Juin 2020

En juin 2020, alors que la bataille électorale battait son plein, des lycéens du village de Sulmierzyce pendant une fête privée à l’extérieur amènent une affiche d’Andrzej Duda, candidat à sa propre réélection, la brûle et lui balancent des insultes. Présent, le fils d’un membre local du PiS, le parti dont est issu le président en avertit sa famille. Résultat : les lycéens risquent jusqu’à 3 ans de prison.

 

Mars 2021

Jakub Zulczyk, un écrivain célèbre twitte que « Duda est débile » suite au message de félicitations de ce dernier pour son homologue américain. Il sera aussi poursuivi pour injure.

 

En permanence

Récemment, les commentaires anonymes font l’objet d’enquête. Ainsi, il a été demandé à Gazeta Wyborcza, un journal d’opposition, de révéler les données de ceux qui ont critiqué le ministre de la Justice Zbigniew Ziobro.

 

Certes, le parti au pouvoir, le PiS, n’est pas le premier à utiliser cette loi, pourtant assez imprécise mais il est évident qu’il y recourt beaucoup plus que les autres.

 

 

Nous vous recommandons

cedric tavernier

Cédric Tavernier

En Pologne depuis 2003, diplôme franco-allemand en Commerce International, a dirigé des filiales de groupes français à Varsovie. Votre interlocuteur commercial pour les campagnes publicitaires en Pologne. Réalise des traductions polonais/français.
3 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

ROGER ZDZISLAW KNADE mer 07/04/2021 - 09:33

Il faut donner l'exemple à l'UE https://fra.europa.eu/sites/default/files/fra_uploads/pr-2021-rights-survey-crime_fr.pdf En France le pompier blessé qui avait insulté le président Macron-suspendu, mais J. Balibar, pas de poursuites pour ses propos: « C'est vraiment un pur schlag ce mec"? Justice bananière ? https://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/video-emmanuel-macron-une-actrice-se-lache-et-le-tacle-en-direct_441180 https://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/il-avait-insulte-emmanuel-macron-un-pompier-risque-la-revocation_441396

Répondre
Commentaire avatar

Mrk mer 07/04/2021 - 09:46

"Donner l'exemple"? On devrait pouvoir dire ce qu'on veut d'un président en démocratie. D'autant plus que les insultes pèsent bien peu face à leur pouvoir. Macron n'a jamais été condamné pour le mépris avec lequel il traite les gens et pour ses phrases insultantes: "illettrés", etc.

Répondre
Commentaire avatar

ROGER ZDZISLAW KNADE ven 09/04/2021 - 09:56

De lui dire, ce qu'on veut d'un président ? D'accord, sauf insultes. Il est vrai que le vocabulaire d'insultes francophones est très riche… France-Inter fournit un exemple de bonne pratique : « Voici 100 alternatives à "fils de p***" pour insulter les gens dans le respect » https://www.franceinter.fr/culture/voici-100-alternatives-a-fils-de-p-pour-insulter-les-gens-dans-le-respect

Répondre

Vivre à Varsovie

HISTOIRE

Lech Walesa : une icône controversée

Lech Walesa a acquis la gloire internationale dans les années 1980 pour son combat contre la dictature communiste. Le statut de héros du fondateur de Solidarność fait aujourd’hui débat.