Jeudi 19 septembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Fête de la Constitution : discours et défilé militaire

Par Lepetitjournal.com Varsovie | Publié le 07/05/2019 à 00:00 | Mis à jour le 07/05/2019 à 00:00
drapeau polonais

Lors de la célébration officielle du 228ème anniversaire de l’adoption de la Constitution du 3 mai, à l’époque deuxième loi fondamentale du monde après celle des Etats-Unis, le président polonais Andrzej Duda a proposé lors de son discours d’inscrire dans la Constitution l’adhésion de la Pologneà l’UE et à l’OTAN. Il s’est notamment demandé : « que pouvons-nous faire pour l’Europe ? ». Selon lui, « l’Europe a besoin de changements, de changements positifs pour que personne ne dise plus « non » à l’Europe » en donnant l’exemple du Royaume-Uni. « L’Union européenne a besoin de plus de démocratie. Cela signifie, en pratique, que le Parlement européen devrait jouer un rôle plus important, et que le Conseil européen devrait également jouer un rôle plus important, car ce sont les institutions où les États et les sociétés sont véritablement représentés, et où il existe un véritable pouvoir démocratique. A mon sens, les changements dans l'Union européenne devraient aller dans cette direction » a-t-il poursuivi.

 

De manière inhabituelle, un grand défilé militaire a été organisé pour la fête du 3 mai par le ministère de la défense nationale (MON), placé également sous le signe du 20ème anniversaire de l’entrée de la Pologne dans l’OTAN et du 15ème de celle dans l’UE. 2 000 soldats y ont participé dont des troupes étrangères, notamment américaines, britanniques et roumaines. Dans son discours d’ouverture, le ministre de la défense, Mariusz Blaszczak, a loué l’effort de modernisation des forces en insistant sur la nécessité d’acquérir du « matériel de 5ème génération ». 

 

Le troisième événement qui a attiré l’attention des médias a été le discours du président du Conseil européen, Donald Tusk, prononcé le même jour à l’Université de Varsovie. Selon les commentateurs, ce discours a été riche sur la forme mais plat dans son contenu : il y avait de nombreuses analogies historiques, ainsi que des piques à l’égard du gouvernement actuel mais sans aucune vision sur la Pologne ni de son avenir dans l’UE. Donald Tusk n’a pas fait non plus d’annonce sur son avenir politique (retour ou pas pour les élections présidentielles comme candidat potentiel). Son intervention s’est concentrée sur l’importance de la Constitution qui est « sacrée et intouchable » ainsi que sur la critique des dirigeants polonais qui bafouent régulièrement l’Etat de droit et les valeurs fondamentales européennes. « On ne saurait accepter que le pouvoir célèbre une fois par an la fête de la Constitution et contourne la même Constitution au quotidien » a dit Donald Tusk. « A quoi bon vouloir amender la constitution alors qu’on ne la respecte pas ? » s’est-il exclamé en faisant allusion aux propos du Président Duda. Le président du Conseil européen a par ailleurs insisté sur le fait que « Si nous voulons résister aux défis du XXI siècle, nous devons être unis, comme l’UE et nous devons faire tout pour maintenir la communauté transatlantique ». Dans ce contexte, il a évoqué deux grands défis : le changement climatique et la pollution. Donald Tusk a rappelé que 50 000 personnes meurent chaque année en Pologne à cause du smog. 

 

 

 

0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

Votre édition de Varsovie cherche un repreneur !

Cet été, l’équipe de Lepetitjournal.com/Varsovie va se renouveler. Suite au départ d’une de ses associées l’édition cherche à renforcer son équipe. Intéressé.e ? Contactez-nous vite. 

Vivre à Varsovie

Séoul Appercu
LEPETITJOURNAL.COM

Devenez notre correspondant en Pologne

Vous aimez écrire ? Vous voulez découvrir la Pologne autrement et faire des rencontres inoubliables ? Nous recherchons un(e) correspondant(e) pour développer notre contenu localement !

Expat Mag

Dublin Appercu

Apple met en cause le « bon sens » de l’UE devant la justice

Apple a dénoncé mardi devant la justice européenne la décision de Bruxelles lui demandant de rembourser à l’Irlande 13 milliards d’euros d’avantages fiscaux, estimant qu’elle défiait « la réalité et l