Dimanche 16 décembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

DIRIGEANTS FRANÇAIS EN POLOGNE - Guillaume de Colonges, DG de Carrefour

Par Lepetitjournal.com Varsovie | Publié le 07/01/2015 à 23:00 | Mis à jour le 21/03/2017 à 09:56

Guillaume de Colonges a connu sa première expatriation pour Carrefour en Pologne il y a 17 ans, à l'époque où le groupe faisait figure de « pionner » dans un pays qui s'ouvrait progressivement aux capitaux étrangers. Après un passage par Istanbul, Kuala Lumpur et Taipei, il a réintégré il y a quelques mois la filiale polonaise, cette fois en tant que Directeur Général. Aujourd'hui, Carrefour Polska compte 16000 salariés, ce qui place l'entreprise parmi les plus gros employeurs français en Pologne.

Quelles activités l'entreprise Carrefour exerce-t-elle en Pologne ?
Carrefour est arrivé en Pologne en 1997 et a ouvert son premier hypermarché à Łódź. Aujourd'hui, le groupe est présent sur tout le territoire polonais à travers 96 hypermarchés, 140 supermarchés et 500 magasins de proximité en franchise. Nous exerçons également une activité de gestionnaire de galeries marchandes, représentant 220 000 m2 de commerces.
Nos supermarchés sont connus sous le nom Carrefour Market. Nous possédons également la marque RAST, une chaîne de supermarchés locale située dans la région d'Olsztyn que nous venons de racheter.

Nous avons débuté l'activité de magasins de proximité il y a 5 ans. Ce sont des commerces de 50-100 m2 environ, en centres villes ou en zone rurale, sous les enseignes Carrefour Express (logo orange ou vert) et Globi, une chaîne e de superettes installées en zones rurales.

Comment se structure le marché de la grande distribution alimentaire en Pologne ? Quelle place occupe Carrefour ?
Nous sommes sur un marché très concurrentiel, composé de beaucoup d'acteurs, principalement d'origine allemande, française ou locale. La distribution alimentaire se répartit traditionnellement entre les commerces indépendants ou les marchés d'une part et le commerce organisé d'autre part. Seul 53 % du commerce est dit « organisé » en Pologne, ce qui nous laisse de grandes marges de progression. A titre de comparaison, en France, il est de 90 à 95%, et en Italie, de 75%. Au sein du commerce organisé, le hard discount occupe une place importante et en croissance, autour de 20 % de part du marché alimentaire. Les hyper occupent 15 % et leur progression stagne, les super 16% et le cash and carry 5-10%.

Le marché polonais n'est pas très concentré, et la multitude d'acteurs qui y interviennent se livrent une guerre des prix acharnée. Pour vous donner une idée, les 10 premiers acteurs sur le marché n'occupent que 45 % de part de marché.

Notre spécificité est d'être présents sur le marché à travers 3 formats différents : les hypermarchés, les supermarchés et les magasins de proximité. Cela constitue notre grande force, mais implique également un certain nombre de défis. C'est une force car nous pouvons ainsi nous adapter aux besoins du marché et parce que nous sommes le seul acteur à intervenir sur les 3 formats à la fois. C'est un défi car nos équipes doivent êtes flexibles et diversifiées pour répondre aux enjeux spécifiques à chaque format et à chaque métier.

Quelle est votre stratégie de développement en Pologne et quels sont les principaux enjeux?
Nous sommes actuellement dans une phase d'expansion très active sur tous nos formats. En ce qui concerne le secteur du commerce de proximité, nous ouvrons en moyenne 10 magasins par mois dans tout le pays. Ceci à travers une politique de rachat d'épicerie de quartier et de développement en franchise. Beaucoup d'entrepreneurs veulent ouvrir un commerce avec nous, car ils connaissent l'enseigne et lui font confiance.

Nous venons d'ouvrir un nouvel hypermarché au nord de Poznań à Piła. Le mois dernier, nous avons également inauguré l'ouverture d'un mini hyper avec une galerie marchande de 20 magasins, à 40 km à l'ouest de Varsovie. Deux gros projets : à Poznań et à Wołomin ainsi que 2 autres à Varsovie sont en cours et devraient voir le jour dans les 2 prochaines années.

Les supermarchés représentent une activité importante sur laquelle nous nous concentrons aussi car elle offre beaucoup d'opportunités dans toutes les villes du pays.

Vous avez une stratégie de promotion de votre marque propre affirmée, depuis quelques temps. Pourquoi ce choix alors que les modes de consommation des Polonais sont assez éloignés des Français ?
Comme je vous le disais, notre objectif est d'adapter notre offre en fonction de nos formats et de nos marchés. Nous appelons cela une stratégie de « clusterisation » de notre parc pour répondre aux spécificités de la clientèle. C'est pourquoi, nous avons introduit il y a 6 mois 160 références Reflets de France dans 12 magasins hypermarchés Carrefour et Market, situés dans les plus grosses villes du pays. C'est le cas notamment à Varsovie au Sadyba Best Mall et à Złote Tarasy. Ce sont des quartiers plus riches où certes la clientèle étrangère est importante, mais cette offre s'adresse également aux Polonais qui sont de plus en plus ouverts à l'international. Nous souhaitons les accompagner dans la découverte des produits du terroir français.

En tant qu'entreprise française dirigée essentiellement par des Polonais, nous avons à cœur de conserver cette dualité. C'est ce qui fait notre force et c'est pourquoi nous sommes reconnus. Nous faisons en permanence le grand écart entre l'international et le local !

Ceci s'accompagne d'une stratégie de décentralisation qui vise à donner plus de liberté aux points de vente. Un responsable de magasin est pour 20 % responsable de l'offre de son magasin. Cette règle du 80/20 lui permet de proposer le meilleur choix adapté à sa zone de chalandise.

La grande distribution est souvent accusée de faire disparaître les producteurs locaux. Quelle est la réponse de Carrefour à cela ?
Je vous donne un chiffre : 70 % des produits alimentaires Carrefour sont fabriqués par des entreprises polonaises. Parallèlement au référencement des produits Reflets de France dont je vous ai parlé, nous menons un travail sur le régionalisme polonais, avec l'introduction de nombreuses références issues des régions polonaises.

Plus globalement, Carrefour se veut être une entreprise socialement responsable, engagée dans différents chantiers tels que la consommation d'énergie, la diversité, la santé…

Ce n'est pas votre première expatriation en Pologne puisque vous y avez habité 3 ans entre 1998 et 2001. Quelle a été votre première réaction en revenant dans ce pays 13 ans après ?
J'ai été frappé de voir combien le paysage polonais avait changé ! Les investissements polonais ont permis la création de nombreuses infrastructures, les villes se sont largement modernisées… Aujourd'hui le confort de vie à Varsovie est proche de celui des standards européens. Par contre, j'y ressens moins de dépaysement qu'avant!

Les mentalités aussi ont beaucoup évolué. Le sens du service client s'est développé, le pays s'est assaini. Je trouve les Polonais très entreprenants ; ils ont été capables de réaliser un bond en avant remarquable en 15 ans!

Propos recueillis Magali de Bienassis (Le Petit Journal/Varsovie) - Jeudi 8 janvier 2015

0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

REVUE DE PRESSE

ALIMENTATION - La Coalition pour le Bio vient d’être créée

Lundi le 26 novembre, la Coalition pour le Développement du Marché de l’Alimentation Bio, la première initiative qui associe les organisations liées par l’idée du a été créée

Sur le même sujet