Le jazz fait swinguer la Pologne depuis presque 100 ans !

Par Lepetitjournal.com Varsovie | Publié le 03/08/2022 à 22:00 | Mis à jour le 03/08/2022 à 22:00
Jazz polonais

Le 1er groupe de Jazz polonais a vu le jour en 1923. L'histoire de ce style musical est unique et profondément ancré dans la culture traditionnelle polonaise... Découvrez le jazz polonais, au travers de notre petit guide chronologique. De Orkiestra Karasińskiego i Kataszka à la sortie de l'album de Stanisław Aleksandrowicz Quintet... ça va swinguer ! 

 

Les débuts du jazz polonais : l’entre-deux-guerres

Dans la Pologne des années 20, le jazz commençait à se propager sur les pistes de danse.

 

Les années 20 ou l'assimilation du “phénomène” jazz

En 1923, le premier groupe de jazz polonais a été fondé : Orkiestra Karasińskiego i Kataszka. Malgré les critiques virulentes, en 1929, le groupe performa sur la scène de l'Exposition Générale Polonaise à Poznań. 4,5 millions de personnes y auraient pris part.

 

Les années 30 et “l’Armstrong polonais”

Après l’arrivée des nazis au pouvoir en Allemagne en 1933, de nombreux musiciens d'origine juive sont venus en Pologne, comme Ady Rosner. Son groupe a acquis une réputation internationale. Il se faisait appelé “l’Armstrong polonais”. Les places de concert montaient jusqu'à 150 zlotys, une énorme somme d'argent à l'époque. L’arrivée du cinéma sonore a aussi influencé l’explosion du jazz en Pologne. Henryk Wars composait la musique d'un tiers des films polonais de cette période. Mais 1939 finit par détruire la fièvre du jazz.

 

 

Après 1945, la période de la clandestinité

La Pologne tomba sous la domination des Soviétiques, pour qui le swing représentait un danger... Le jazz était interdit. Mais les jeunes, hermétiques aux doctrines politiques ou à la musique soviétique, l’ont redécouvert. A la fin des années 40, le jazz avait embrassé l'esprit d'indépendance et de cosmopolitisme.

 

Années 50-60, le renouveau culturel

Le jazz polonais a évolué vers trois styles : traditionnel, grand public et avant-gardiste. Voici les personnalités de l’époque.

 

Krzysztof Komeda

Fondateur du groupe légendaire Melomani créé en 1947, il est reconnu comme l'un des pionniers du style de jazz européen. Son album Astigmatic est vu comme le meilleur disque de jazz polonais. Il excellait aussi dans la composition de musiques de films, dont ceux d'Andrzej Wajda et de Roman Polański.

 

 

Tomasz Stańko

Stańko a rejoint le groupe de Komeda. Dans les années 70, il faisait des concerts de trompette dans des lieux insolites comme le Taj Mahal ! Stańko a enregistré deux albums capturant la période d'oppression sociale de la loi martiale. En 2002, il a reçu le premier European Jazz Award.

 

 

Zbigniew Seifert

Seifert est rapidement devenu une voix de jazz européenne de premier plan. Au cours de sa courte vie, il a collaboré avec les stars les plus brillantes du jazz américain et européen.

 

Zbigniew Namysłowski

Namysłowski est un maître de nombreux instruments. Dès l'âge de quatre ans, il joue du piano, il maîtrise le violoncelle à douze ans. Il joue aussi du trombone, et dans les années 60, il s'est aventuré dans le jazz moderne avec le saxophone alto.

 

 

Années 70-80, le tour du monde

Adam Makowicz

Autre génie du jazz polonais, sa brillante carrière s'étend sur des décennies et son swing est encore largement écouté de nos jours. Pianiste virtuose, son style est une combinaison de la tradition américaine créée par Gershwin et des éléments de musique européenne.

 

 

Michał Urbaniak

A cette époque, Urbaniak était le musicien de jazz polonais le plus connu dans le monde. Son groupe s'est produit dans les meilleures salles de concert des États-Unis. Il a eu la chance de jouer avec les plus grandes légendes du jazz dont le renommé Miles Davis.

 

 

 

 

Année 90, rébellion

En novembre 1990, nouveau chapitre de l'histoire du jazz polonais qui se rebelle contre tout: les autorités, les médias, le capitalisme, etc. Cette tendance a été lancée par le groupe Miłość ( plus tard Yass) en 1988. Fusion de post punk, de jazz libre, de rock moderne, de théâtre instrumental surréaliste et de poésie, ce groupe a joué un rôle déterminant dans la création d'un nouveau flux de jazz polonais.

Le club Mózg s'est aussi imposé comme le centre de ce nouvel univers rebelle.

 

 

Et 21e siècle alors ? 10 leaders incontournables du jazz polonais contemporain

De nos jours, on trouve d'un côté, des maîtres déjà largement reconnus, de l'autre, une nouvelle génération créative.

- Lado ABC : Maison de disques et le conglomérat le plus créatif de personnalités de la musique improvisée.

- Marcin Masecki : Pianiste et compositeur dont le style oscille entre jazz, musique classique et expérimentale.

- Mikrokolektyw : Un duo qui explore les limites du jazz, du post-jazz et de l'improvisation libre.

- Leszek Możdżer : Pianiste et compositeur, considéré comme la plus grande révélation du jazz polonais du 21e siècle.

- Maciej Obara : Jeune prophète du saxophone de jazz.

- Włodzimierz Pawlik : En 2014, il est devenu le premier musicien de jazz polonais à recevoir un Grammy Award.

- Pink Freud : Groupe de jazz, punk et avant-garde qui fera danser le plus calme d'entre nous.

- Tomasz Stańko : Interro surprise! Qu’a obtenu Stańko en 2002 ?

- Dominik Wania : Un pianiste de renom extrêmement créatif.

- Marcin Wasilewski Trio : Reconnu pour mêler tradition et nouveauté.

 

L'actualité du 6 mai : Stanisław Aleksandrowicz Quintet

Il y a quelques semaines à peine, le Stanisław Aleksandrowicz Quintet a sorti son premier album "Teoria względności". La première de l'album a lieu vendredi 6 mai au Studio S-3 de Polskie radio dans le cadre de l'émission : "Jazz.PL". Vous pourrez aussi suivre l'événement sur la page Facebook et la chaîne YouTube de la radio.

Le Stanisław Aleksandrowicz Quintet fait fortement référence à la tendance du free jazz, du power jazz, du jazz scandinave contemporain et du hip-hop. 

 

 

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Varsovie !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Bénédicte Mezeix

Rédactrice en chef de l'édition Varsovie.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale