PORTRAIT D’ARTISTE – Marek Sulek, un artiste aux multiples talents.

Par Lepetitjournal.com Varsovie | Publié le 08/11/2017 à 00:00 | Mis à jour le 27/12/2017 à 13:30
ms portret

Grandes fenêtres, plafond haut, sculptures, peintures, matière, œuvres inachevées, tables customisées, deux vieux canapés dépareillés qui ont dû voir passer bien des élèves, tel est l'univers de Marek Sulek, un atelier d'artiste comme on se l'imagine.

Marek Sulek a toujours été artiste au fond de lui. "Enfant, je savais déjà que je serai artiste, les murs de l'école étaient couverts de mes "œuvres". C'est une chance quand vous sentez en vous ce pour quoi vous êtes fait. En même temps, le métier n'est pas toujours facile".
Et cette passion créatrice ne l'a jamais quitté. Doublement diplômé de l'Académie des arts de Varsovie et de celle d'Amsterdam, Marek Sulek a, dès le début de ses études, adopté une attitude "anti académique". Il  préfère suivre les cours de plusieurs professeurs pour  forger son expérience artistique quand le cursus polonais recommande d'étudier pendant 5 ans sous la houlette d'un seul professeur. A Amsterdam, il complète sa formation de sculpteur et peintre en travaillant sur des projets d'"art monumental" qui consistent à concevoir des mises en scènes artistiques d'envergure en extérieur. "C'est une technique d'apprentissage inhabituelle dans le domaine de l'art", nous dit-il.


Allier la nature et l'artificiel

C'est sûrement cette dernière expérience qui lui ouvre la voie de ses premières expositions. Il réfléchit au rapport complexe entre la nature et l'artificiel. S'il y a un fil conducteur à trouver dans sa démarche artistique, c'est probablement celui-ci.

Des pommes de terre (aliment de base caractéristique de la Pologne et des Pays-Bas) peintes, avec une peinture biologique, sont exposées dans les rues d'Amsterdam, puis au National Museum de la Haye.

Ce sont ensuite des arbres morts qui reviennent à la vie, peints en rouge, en bleu. L'arbre rouge au pied du Palais de la Culture, référence à la période communiste en 2000 fit sensation et beaucoup de bruit. Tout comme celui qui fut peint en bleu à Sarajevo, en pleine guerre des Balkans.

Marek arbre rouge

 

Puis les corps, photographiés ou sculptés, avec toujours cette connexion entre nature et matières artificielles. Corps recouverts de mastic, corps peints de différentes couleurs.

 

Adepte de l'art participatif
Marek Sulek exprime son art et le partage avec le public en édifiant, comme à Lodz, Gdansk et tout récemment à Varsovie, des œuvres éphémères en polystyrène que le public peut façonner, transformer, détruire (Destrukcja = Kreacja). A New-York, deux ans après le tristement célèbre 11 septembre, il réalise un bloc creux de 5 mètres de haut dans lequel on peut entrer pour avoir une fenêtre sur le ciel en plein Manhattan, sans aucune construction obstruant le champ de vision.


Utilisation de l’espace public
C’est incontestablement sa marque de fabrique. Marek s’approprie les espaces publics pour y exposer ses œuvres. Il a séduit le maire de Praga, il y a quelques années, avec ses sculptures d'anges bleus, exposées dans des endroits insolites du quartier. 

Praga anges bleus

Des fleurs ont également orné tout un temps le palais de la culture.

Fleurs roses palais de la culture

Plus récemment, c’est un bateau bleu qui s’est posé sur les flots de la Vistule ainsi qu’un deuxième, en imitation papier, à quai.

bateau bleubateau papier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Actuellement et jusqu'à la fin du mois, au rond-point Charles de Gaulle, un des vastes espaces est occupé par une œuvre temporaire qui, à l’occasion de l’anniversaire de l’insurrection, a été investie par des gens venus y planter des fleurs.

sculpures rougessculptures fleurs

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce globe, créé à l’occasion de l’exposition « Cool Globes : Hot Ideas for a Cooler Planet » en juin 2016, se trouve
maintenant devant l’hôpital des enfants pour qui Marek a réalisé un projet d’envergure : 200 poissons en plâtre colorés suspendus qui viennent égayer les lieux.

globe vertpoissons

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il a eu également l’excellente idée de réaliser ses anges, mais aussi des sirènes et bateaux en petits formats afin de les proposer comme souvenirs de Varsovie. Ceux-ci ont rencontré un vif succès dans le complexe de Soho Factory ainsi qu’au Festival du design, à tel point que la ville de Varsovie souhaite coopérer avec Marek afin de développer le projet.

souvenirs

 

Artiste éclectique, Marek Sulek est également peintre et photographe. Il est aussi à l’origine d’un concept, "Stolarnia Design", soit des plateaux qui servent de support à des collages de ses dessins, photos, tableaux et autres réalisations. Les compositions sont ensuite recouvertes d'une couche de résine synthétique.


Marek a des projets plein la tête et une imagination intarissable: une toile ronde représentant le ciel et posée sur l’eau, une autre à Paris installée, dans une rue, sur laquelle des milliers de passants apposeraient un petit coup de pinceau dans des variations de bleus afin de représenter le ciel, ou bien de grandes fleurs colorées qui se détacheraient de la grisaille de la ville…
Il partagera prochainement son savoir-faire en organisant des cours.


Merci à Varsovie Accueil pour cette belle rencontre !


Pour plus d’informations sur le travail de Marek et pour le joindre:

https://www.facebook.com/Marek-Su%C5%82ek-Official-490265307784761/

La Rédaction (lepetitjournal.com/Varsovie) – Mercredi 8 novembre 2017

 

 

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Varsovie !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Bénédicte Mezeix

Rédactrice en chef de l'édition Varsovie.

À lire sur votre édition locale