Dimanche 9 décembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

« ZERO WASTE » – Béa Johnson à la rencontre des Polonais

Par Lepetitjournal.com Varsovie | Publié le 07/12/2016 à 23:00 | Mis à jour le 08/12/2016 à 10:00

Béa Johnson, française vivant aux Etat-Unis, experte du mouvement « zero waste » (« zéro déchet ») a donné sa première conférence en Pologne. Avec humour, elle y a distillé des conseils pratiques mais surtout transmis sa philosophie de vie : elle et sa famille produisent moins d'un litre de déchets par an!

Carton plein pour Béa Johnson, invitée par Little Greenfinity, agence de consulting polonaise en environnement, pour une conférence, dimanche 4 décembre, au Novotel Centrum à Varsovie. 270 personnes étaient présentes pour y assister et 14 entreprises ont assuré le sponsoring : la limitation des déchets, un enjeu touchant l'ensemble de la société !

 

Sensibiliser sur des gestes du quotidien

Béa Johnson a véritablement défriché la voie du « zero waste ». Française d'origine, elle a déménagé aux Etats-Unis pour un séjour en tant que fille au pair, avant d'y rencontrer son mari et d'y rester. C'est juste après la crise de 2008 qu'un mode de vie minimaliste s'impose à elle et à sa famille. Amenés à déménager et à placer la plupart de leur mobilier dans un garde-meuble pendant un an, ils prennent cette déconvenue comme une opportunité. Lorsqu'ils dénichent finalement leur maison définitive, ils constatent que leurs meubles ne leur ont absolument pas manqués et que le strict nécessaire suffit à leur quotidien. Une prise de conscience qui conduit Béa Johnson, son mari et leurs deux fils à s'intéresser à l'écologie et au désencombrement. Un mode de vie qui leur fait produire aujourd'hui moins d'un demi-litre de déchets par an quand, en moyenne, un Européen en produit 480kg et un Américain 700kg !

C'est avec humour que Béa Johnson raconte ses expériences et ses ratés : sa quête d'un shampooing sans shampooing, d'un lip plumper (gloss donnant l'impression de lèvres plus charnues) naturel, d'une mousse à raser pour son mari? Mais au fil de ses découvertes, elle laisse tomber le lip plumper ? dont la version naturelle peu concluante était à base d'orties- et le vinaigre de cidre en guise de shampooing, lorsqu'elle s'aperçoit que son épicerie en vrac propose un pain de savon pouvant servir à la fois pour les cheveux, le corps et le rasage. Un exemple traduisant un second aspect de la démarche de Béa Johnson : elle est économique.

 

Se questionner sur ce dont on a besoin

Les images de l'intérieur de Béa Johnson et sa famille sont parlantes. Rien de superflu, les tiroirs sont vidés de tout ce qui n'a pas d'utilité quotidienne. Nous ne porterions, selon Béa Johnson, que 20% du total de notre garde-robe ! Le résultat ? La penderie de chacun des membres de sa famille tient dans une valise cabine? Ce qui leur permet, lorsqu'ils partent en vacances, de louer leur maison et ainsi de payer leurs voyages !

 

C'est là une devise de Béa Johnson : être plutôt qu'avoir. Grâce aux économies réalisées dans la consommation matérielle, la famille peut s'offrir des voyages et des expériences. En effet, elle ferait 40% d'économies en privilégiant les achats « sans emballages » et n'achète ses vêtements que dans des friperies. « Si vous êtes parents, vous savez certainement à quel point il est difficile de voir un sourire sur le visage de votre ado. Le mode de vie ?'zero waste'' m'a permis d'offrir à mon fils un saut en parachute. C'est cela, le ?'zero waste''. Du bonheur pur », affirme-t-elle.

 

L'Europe, plus sensible que les Etats-Unis ?

La conférence de Béa Johnson à Varsovie fait partie d'une tournée européenne dans 11 pays : conférences, lancement de son livre, photoshots? La promotion est intense. « Je ne me déplace qu'en fonction des invitations, je ne demande pas vraiment à prendre la parole », explique-t-elle, malgré les sollicitations nombreuses.

Vivant dans la banlieue huppée de San Francisco (Californie), elle n'a pas eu de mal à faire accepter son mode de vie mais considère l'Europe plus sensible à sa cause. « Aux Etats Unis, tout le monde veut une belle voiture, une belle maison, des preuves de réussite ostentatoires et rutilantes? » estime-t-elle.

La conférence de Varsovie a su trouver son public - en majorité féminin, une constante lors des interventions de Béa Johnson, et souvent déjà sensibilisé à la cause. Dans l'assemblée, plusieurs membres du groupe Facebook « Zero Waste Polska », dont la création est inspirée par l'expérience de Béa Johnson, étaient présents. Un groupe qui ne compte aujourd'hui que 1 800 personnes, mais qui semble rassembler de plus en plus de partisans. La Pologne, future pionnière du « zero waste » ? Affaire à suivre.

 

 

 

Lire aussi : ENVIRONNEMENT - Pollueurs, les Polonais ?

Retrouvez Béa Johnson sur son site Internet

Little Greenfinity, consulting en environnement et organisation d'événements écoresponsables

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Océane Herrero (lepetitjournal.com/Varsovie) - Mercredi 7 décembre 2016

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

Suivez-nous sur Facebook

 

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Varsovie

RECETTE – Et si vous prépariez des "pierniczki"?

En cette période de Noël, une douce odeur de pain d’épices flotte dans les foyers polonais, celle des pierniki, ces petits biscuits délicieux qu’on retrouve aussi décorés et suspendus au sapin.

Sur le même sujet