Mercredi 24 avril 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

PILULES POLONAISES - Deuxième tome et toujours plus de questions!

Par Lepetitjournal.com Varsovie | Publié le 26/09/2016 à 22:00 | Mis à jour le 26/09/2016 à 16:05

Tout « expat » à Varsovie se retrouve un jour ou l'autre confronté à des questions farfelues sur sa patrie d'adoption. Pourquoi dit-on que les Polonais sont pessimistes ? Pourquoi le choucas des toits est-il un « petit café » ? Pourquoi les Polonais offrent-ils des fleurs le 8 mars ? Êtes-vous rond ou triangle ? Fanny Vaucher, dessinatrice et bloggeuse, apporte quelques éléments de réponse dans ses Pilules Polonaises dont le deuxième tome vient de paraître.

A propos de Fanny Vaucher
Si vous avez manqué le premier tome des Pilules Polonaises, voici ce qu'il y a à savoir sur son auteure et son aventure varsovienne. Après des études de lettres à l'Université de Lausanne, Fanny décide de se consacrer à sa passion pour le dessin en intégrant une formation en Arts appliqués, à Genève. A la suite d'une rencontre et sans attaches à la fin de ses études, elle décide de venir s'installer à Varsovie, une histoire qui durera deux ans et donnera naissance à un blog. Aujourd'hui, elle vit à Lausanne pour les besoins de son métier d'illustratrice, rêve de s'installer à Marseille, mais revient régulièrement à Varsovie pour suivre ses cours intensifs de polonais : « beaucoup de vieilles personnes à Varsovie ne parlent que polonais ; j'ai toujours voulu être en mesure de pouvoir aller leur parler, leur poser des questions » explique la dessinatrice. Une curiosité inépuisable. 


Curiosité, dessins, et rencontres
Si la barrière de la langue a tout d'abord été déroutante, elle s'est ensuite transformée en tremplin : « je me posais beaucoup de questions sur la culture polonaise, avec parfois des réponses un peu burlesques, puisque je n'en trouvais pas d'autres, ne parlant pas le polonais au début » avoue Fanny. Ainsi naît le blog Pilules polonaises : rapidement, elle emploie son temps libre au dessin et lie cette passion avec ses interrogations d'expatriée. Son propos décalé s'accorde avec son style de dessin, sur le vif, à l'encre et à l'aquarelle. Chaque planche est un récit, une question, dans lesquels tout visiteur curieux de Varsovie peut se reconnaître. Une ouverture d'esprit que Fanny a pu observer au fil de ses rencontres : « les expats ont une telle curiosité pour la ville, ils veulent réellement rencontrer les Polonais, découvrir, tout le temps ».

Si Fanny a tout d'abord créé son blog afin de partager son expérience avec ses amis restés en Suisse, elle a su toucher une communauté bien plus large ? expatriés à Varsovie mais également Polonais francophones.

 

Poser toutes les questions 
Toucher un lectorat polonais a évidemment suscité des interrogations chez Fanny : « j'avais un peu peur de faire des bourdes, de dire des choses maladroites ou blessantes. Mais j'ai de toute façon adopté le prisme personnel ». Interroger sans se limiter est pour l'auteure une nécessité : « j'ai toujours été politisée. Ne pas aborder des sujets, même s'ils étaient polémiques, m'aurait donné l'impression de faire quelque chose de mou et inintéressant. C'est intéressant pour moi de creuser le nationalisme, ou, comme dans ce tome, l'avortement ». 

Avoir un point de vue d'expatrié révèle nécessairement des divergences culturelles entre pays d'origine etd'accueil. Le thème de la religion a été, pour Fanny, sujet à débat : « en Suisse, la religion, c'est vraiment discret. Dans mon premier livre, j'avais fait une partie sur Radio Maria, la radio catholique. Une petite communauté polonaise présente à Lausanne a refusé d'acheter mon livre parce qu'elle trouvait ce que je disais choquant ! ». Les ressentis de lecteurs restent cependant majoritairement positifs et engendrent un véritable dialogue. Témoins d'un véritable attachement à la Pologne, les dessins de Fanny Vaucher sont une invitation à la réflexion, au débat, à la découverte. 

Alors si vous vous posez encore des centaines de questions sur Varsovie (savez-vous donc ce qu'attendent les mouettes dans le port de Bielany ?), rendez-vous dès maintenant chez Bec Zmiana (Mokotowska 65, Varsovie) dès le 30 septembre, ou chez votre meilleur libraire français ou suisse à partir de début 2017. 

                                                  

 

Océane Herrero (lepetitjournal.com/Varsovie) - Mardi 27 septembre 2016

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

Suivez-nous sur Facebook

 

0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet