Mercredi 20 novembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

UNIVERSITE (2)– Guide de survie pour les étudiants français en Italie

Par Lepetitjournal Turin | Publié le 09/03/2011 à 00:00 | Mis à jour le 14/11/2012 à 11:30

Après l'aspect relatif aux démarches à accomplir pour une inscription dans une université italienne, voici le deuxième volet de notre dossier pratique qui nous permettra d'examiner les différences les plus importantes entre les systèmes universitaires français et italien

La faculté Palazzo Nuovo à Turin (photo C.D.)

Entre cours et examens, quelques différences majeures
La plupart des cours à l'université sont magistraux, surtout en ce qui concerne les Sciences humaines ou le Droit. Le professeur donne une liste d'ouvrages à se procurer et les commente durant son cours. Il est important de savoir dès le début que les examens portent sur ces mêmes livres et que le cours ne suffit pas pour réussir son évaluation. Le cours est un complément aux livres et non le contraire (comme on peut y être habitué en France).
Le système italien est très différent du système français. Valider sa licence (Laurea triennale) signifie valider un certain nombre d'examens et non trois années. Ce qui veut dire que les examens doivent être tous validés indépendamment les uns des autres, dans l'ordre choisi par l'étudiant (sauf précisions particulières) et peuvent être repassés un nombre de fois indéterminé. Inès, 21 ans, étudiante française à la Sapienza explique que cela peut être avantageux par rapport au système français : " le système de "fuori corso" est intéressant car on peut repasser l'examen autant de fois que l'on veut si on a été recalé". C'est pour cela que l'on trouve des étudiants fuori corso de 25 ou 26 ans qui n'ont toujours pas passé leur licence. Mieux encore, les étudiants ont la possibilité de passer le même examen plusieurs fois dans l'année car il y a deux sessions qui comportent plusieurs appels (deux à quatre appels pour le même examen pour chaque session de janvier et juin). Si ce système convient à certains, d'autres au contraire se laissent aller à ne passer qu'un examen ou deux par an.

S'inscrire pour passer un examen
Pour s'inscrire à un examen, il suffit de s'enregistrer sur internet plus ou moins 15 jours avant. En Italie les examens sont le plus souvent oraux. 150 étudiants convoqués tous à la même heure qui attendent dans un amphithéâtre pendant que devant eux le professeur et un bataillon d'assistants les appellent un à un pour les interroger. Autant dire que cela change du grand silence des écrits à la française qui se terminent à une heure précise.
La notation des examens est également surprenante pour un Français habitué à être noté sur 20. Si en France on valide un examen en ayant 10 sur 20, en Italie il faut avoir minimum 18 sur 30. Les étudiants ont également la possibilité de refuser une note qu'ils jugent insuffisante et peuvent repasser l'épreuve en vue d'améliorer leur moyenne générale (qui leur rapporte des points le jour de la Laurea). Il n'est donc pas rare de croiser des étudiants qui valident leur examen avec 22 sur 30, et qui refusent leur note pour refaire l'évaluation et obtenir un résultat plus élevé.

Savoir relativiser en toute circonstance
Une fois tous ces éléments assimilés, il reste une chose importante à comprendre : inutile de stresser ! Si l'administration peut en inquiéter plus d'un, en Italie il y a toujours une solution à tout. Pour un examen, en tant qu'Erasmus il est tout à fait possible de négocier pour valider ses crédits (ECTS). Après la date limite de rendu d'un dossier, il est également possible de négocier (selon les cas bien entendu). Cependant il faut savoir que comme en France la différence de niveau entre les différentes universités et notamment entre la France et l'Italie peut être particulièrement importante, il faut donc bien choisir son université d'accueil.
Elise Bonnardel (www.lepetitjournal.com / Turin) mercredi 9 mars 2011

Lire également :

UNIVERSITE (1)- Guide de survie pour les étudiants français en Italie

ERASMUS - Ce qu'il faut savoir sur Turin

0 Commentaire (s)Réagir

Que faire à Turin ?

Milan Appercu
ÉVÉNEMENT

MiTo 2019 : le grand festival de musique qui unit Milan et Turin

Au programme du 3 au 19 septembre : 128 concerts répartis entre Milan et Turin, la plupart avec des musiciens de renommée internationale. Première date incontournable à Milan, ce mardi à La Scala.

Vivre à Turin

Commuter : expat à temps partiel !

On l'aura compris, les expatriés au sens classique du terme sont bel et bien en voie d'extinction ! De nouvelles formes de mobilité internationale, dont le commuting, sont fortement appréciées

Expat Mag

TÉLÉTHON

Jonas : "La maladie m'emprisonne, mais je crois au traitement"

Jonas, jeune étudiant de 22 ans, a été diagnostiqué d’une calpaïnopathie à l’âge de 6 ans. Une maladie qui s’est installée progressivement et qui depuis l’adolescence grignote peu à peu ses muscles

Sur le même sujet