ITALIE/PRATIQUE – Ce qui change en 2011

Par Lepetitjournal Turin | Publié le 12/01/2011 à 00:00 | Mis à jour le 14/11/2012 à 10:46

De la hausse des tarifs des péages autoroutiers aux procédures simplifiées pour les bornes Wi-Fi publiques en passant par la lutte à l'évasion fiscale, ce qu'il faut savoir sur quelques nouveautés introduites en Italie en 2011

Autoroutes, les tarifs revus à la hausse
Anas, la société qui gère l'ensemble du réseau routier et autoroutier de la péninsule, a annoncé une hausse des tarifs des péages autoroutiers italiens à partir du premier janvier 2011. Ces augmentations s'élèvent en moyenne à 3,3% et varient en fonction des concessionnaires d'autoroutes : signalons par exemple +1,39% sur l'Autoroute du Brennero, +7,08% Brescia-Padova, ou +12% de Novara Est à Milan ou Turin.
Pour connaître le détail des augmentations de tarifs, cliquez ici

Bornes Wi-Fi publiques, procédures simplifiées
Une véritable révolution concernant les points d'accès Wi-Fi publics en Italie est annoncée. Depuis le premier janvier 2011, les normes très sévères dans la matière introduites en 2005 par le décret Pisanu ne sont plus en application : dorénavant, l'identification des utilisateurs du réseau Wi-Fi et l'enregistrement de leur trafic ne seront plus obligatoires dans les cafés, les restaurants ou les hôtels. Les démarches administratives et les coûts qui décourageaient jusqu'à présent la mise en place d'une connexion gratuite dans les établissements publics - souvent indiqués comme l'une des raisons principales du retard italien dans la diffusion de l'internet gratuit en Italie- ont été éliminés. Seules restent quelques restrictions concernant les "internet points". 

Le ?Spesometro?,  une nouvelle procédure pour lutter contre l'évasion fiscale
Pour essayer de lutter contre l'évasion fiscale, l'Agenzia delle Entrate vient d'introduire une nouvelle procédure concernant toutes les transactions soumises à l'IVA (l'équivalent de la TVA en France) d'un montant égal ou supérieur à 3.600 euros (le plafond est donc fixé à 3000 euros hors taxes. Cette mesure concerne aussi bien les opérations avec facture (dans ce cas, la mesure sera rétroactive pour 2010, avec un plafond de 25.000 euros) que les opérations sans facture, comme les achats dans un magasin. A partir du 1er mai 2011, pour tous les achats d'un montant égal ou supérieur à 3.600 euros, le client sera tenu de fournir son code fiscal ; s'il ne réside pas en Italie, il devra donner ses coordonnées et indiquer son domicile fiscal. Les transactions seront ensuite communiquées au fisc avant le 30 avril de l'année suivante.


Luisa Gerini (www.lepetitjournal.com/Turin) mercredi 12 janvier 2011

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Turin !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition internationale