Jeudi 14 novembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

RACISME - La première Miss Japon métisse se bat pour la peau des autres

Par Lepetitjournal Tokyo | Publié le 12/05/2015 à 19:00 | Mis à jour le 06/01/2018 à 14:34

 

Lorsqu'elle a été sacrée Miss Japon, Ariana Miyamoto, une métisse noire de 21 ans, a été abreuvée d'injures sur Twitter sous prétexte qu'elle n'était "pas assez Japonaise".

Aujourd'hui, elle veut porter haut sa couronne au concours de Miss Univers 2015 pour vaincre les préjugés raciaux au Japon, à la façon dont Naomi Campbell a révolutionné l'image des mannequins dans les années 1980. "Je suis pugnace", confie la reine de beauté, née de père afro-américain et de mère japonaise. "Je m'attendais aux critiques et je mentirais en disant qu'elles ne blessent pas du tout. Je suis Japonaise. Mais elles n'ont fait que renforcer ma motivation", témoigne-t-elle. Née à Sasebo, base navale américaine proche de Nagasaki, où se sont rencontrés ses parents, Ariana a subi des brimades à l'école.
 
Stupeur et calomnies
Si la jeune Afro-Asiatique a participé au concours de Miss Japon, c'est à cause du suicide d'un ami de même couleur, victime du racisme ordinaire. "Mon but était d'attirer l'attention sur la discrimination raciale", souligne-elle. "En tant que première Miss Japon noire, je dispose maintenant d'un tremplin pour faire passer mon message. Il est toujours difficile d'être le premier et, à cet égard, ce qu'a fait Naomi Campbell était incroyable", complimente-t-elle. D'ascendance jamaïcaine, Campbell a été la première mannequin noire superstar depuis Joséphine Baker. Ariana a mis le feu aux réseaux sociaux en mars en décrochant le titre de Miss Japon, beaucoup d'internautes se plaignant que la couronne aille à une "hafu" - de l'anglais +half+ (moitié) - à une "demi-Japonaise" plutôt qu'à une Japonaise "pure". Dans la rue, on ne manque jamais de la dévisager, avec sa peau caramel et son mètre soixante-treize, et au restaurant, elle se voit systématiquement offrir un menu en anglais. Parlant couramment japonais, elle reconnaît s'être endurcie: "Gamine, j'avais l'habitude d'être stigmatisée mais je suis devenue plus forte mentalement pour me protéger", se souvient-elle. "Quand j'étais petite, je me distinguais des autres. Mais j'ai toujours senti qu'il fallait m'adapter. Je m'efforçais de ne pas me faire remarquer. Aujourd'hui, je dis ce que je pense et je fais ce que je veux", insiste la jeune métisse.

Faire une révolution
Ariana rêve de "lancer une révolution". "Je sais bien que je ne vais pas changer les choses en un jour mais dans un siècle ou deux il restera très peu de +Japonais purs+. Il faut donc commencer à changer notre façon de penser", plaide la mannequin. L'hostilité qu'elle rencontre contraste avec la volonté affichée par les autorités japonaises de promouvoir l'image d'un "Japon cool" et d'attirer les touristes étrangers, notamment à l'occasion des JO de Tokyo de 2020, pour des raisons il est vrai économiques. Ariana Miyamoto n'est pas la seule métisse célèbre au Japon. La popularité de Rola, une modèle d'ascendance bangladaise, japonaise et russe, et de Becky, chanteuse pop et animatrice TV de père britannique, laisse penser que les mentalités évoluent. Mais la diversité est toute relative. Afro-asiatique, Ariana regrette qu'en raison des préjugés anti-noirs, seules des Eurasiennes aient pour le moment une chance de percer au Japon, un archipel ethniquement homogène, longtemps isolé, où les enfants de mariages mixtes représentent 2% des naissances annuelles. "Au Japon il n'y a pratiquement pas de mannequins ou d'animatrices TV noires", déplore-t-elle, avant de positiver: "J'espère contribuer à créer un Japon où tout le monde peut réussir". "Il est possible que les plus conservateurs considèrent qu'Ariana Miyamoto ne convient pas à l'image traditionnelle qu'on se fait du Japon", admet la psychologue Yoko Haruka, une habituée des débats télévisés. "Mais c'est dû au choc de la nouveauté. Miyamoto a la chance d'être une pionnière. Et c'est une excellente occasion pour le Japon de s'intégrer dans la mondialisation", observe Mme Haruka. Si elle devient Miss Univers, Ariana passera un an au coeur de New York, dans le faste de la Trump Tower - le magnat de l'immobilier américain qui parraine ce concours -, où elle gagnerait grandement en visibilité pour mener son combat. Mais en dépit de ses nobles intentions, elle n'a - pour l'instant - pas l'intention de se lancer en politique. "J'aimerais me servir de ma position pour devenir leader", sourit-elle, "mais je ne pense pas encore sérieusement à la politique. Il est un peu tôt pour envisager d'être Premier ministre".
(http://www.lepetitjournal.com/tokyo avec AFP) mercredi 13 mai 2015

logofbtokyo

Lepetitjournal Tokyo

Le media des Français, francophones et francophiles à l'étranger. Pour recevoir des informations quotidiennes, abonnez-vous gratuitement à la newsletter!
0 Commentaire (s)Réagir

JO 2020

SPORT

Les JO de Tokyo 2020 dans la région du Tohoku

C'est au cours du "Tohoku Media Tour" organisé en août et septembre 2019 que nous avons pu visiter les lieux qui accueilleront ces événements pour pouvoir en donner plus de détails.

Vivre à Tokyo

VIE PRATIQUE

Le tri sélectif au Japon

Au Japon, le tri sélectif peut devenir un vrai casse-tête lorsqu’on ne comprend pas son fonctionnement. Petits conseils pour essayer d’y voir plus clair.

Expat Mag

Valence Appercu
ÉVÉNEMENT

Quelle moustache portez-vous en ce mois de Movember ?

De nombreuses célébrités participent au mouvement international qui réunit 5 millions de personnes se laissant pousser la moustache pendant 1 mois. Et vous ? Plutôt Brad Pitt ou Jennifer Gardner ?

Sur le même sujet