Samedi 20 avril 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

SEXUALITE - Une artiste arrêtée pour ses travaux subversifs sur le vagin

Par Lepetitjournal Tokyo | Publié le 16/07/2014 à 19:00 | Mis à jour le 16/07/2014 à 11:06

Une artiste japonaise spécialisée dans la création d'objets reprenant la forme des organes génitaux féminins vient d'être arrêtée pour infraction à la loi sur l'obscénité. Megumi Igarashi est accusée d'avoir, dans le cadre d'une campagne de financement participative pour l'un de ses projets, envoyé en compensation les données informatiques de son propre vagin

Certains artistes aiment bien avoir un thème de prédilection, mais pour la Japonaise Rokudenashiko - de son vrai nom Megumi Igarashi - ce dernier est un peu particulier : elle a décidé de se spécialiser dans les? vagins. L'été dernier, elle lance une campagne de financement participatif sur le site Campfire afin de construire, à l'aide d'un scanner 3D, un "bateau vagin", créé à l'image de sa propre personne. Elle récoltera en un peu plus d'une semaine près du double des 514.000 yens nécessaires, et le projet sera concrétisé en mai 2014. Comme compensation à ses 125 contributeurs, elle leur a envoyé les données de son vagin, permettant ainsi à ceux qui le souhaitent de le reconstituer avec une imprimante 3D. C'est ce qui lui vaudra cette semaine une arrestation pour infraction à la loi sur l'obscénité. Les réactions sur les réseaux sociaux japonais ne se sont pas fait attendre, et nombre de commentateurs ont pointé du doigt l'hypocrisie de cette arrestation, dans un pays où la mise en scène d'une forme de pornographie infantile dans les bandes dessinées et animés est toujours autorisée. Selon une activiste, Minori Kitahara, la police aurait fait une descente dans le bureau de Megumi Igarashi et confisqué une vingtaine de ses créations. "Le Japon est toujours une société où ceux qui essayent d'exprimer la sexualité des femmes sont opprimés, tandis que la sexualité des hommes est trop tolérée", dénonce-t-elle.

Démystifier l'organe féminin 
À l'origine de la démarche de Megumi, une interrogation au sujet d'elle-même : "Je ne savais pas à quoi ressemblait un vagin, et j'avais peur que le mien ne soit pas normal", explique l'artiste. "C'est un vrai tabou dans la société japonaise. Le phallus, par contre, a été utilisé dans de nombreuses illustrations et est aujourd'hui reconnu comme une partie de la pop culture. Mais un vagin n'est jamais considéré comme mignon. Il est vu comme obscène parce qu'il est trop caché, alors qu'il n'est qu'une partie du corps de la femme", argumente-t-elle. Megumi décide alors de créer une série d'objets sous le nom de "Deco-Man", la dernière syllabe étant une abréviation de "Manko", mot japonais très rarement utilisé et désignant les organes sexuels féminins. Ses premières créations sont des moulages en silicone de sa propre vulve autour de laquelle se battent des petits soldats, se déroule un festival populaire, ou encore un alunissage. "Je pensais que ce serait juste drôle de décorer un moulage de ma vulve et d'en faire un diorama. Mais j'ai été très surprise de voir comment les gens se mettaient en colère en voyant mes travaux, ou juste en m'entendant dire Manko", se rappelle-t-elle. Ces réactions seront toutefois loin de l'arrêter, et elle développera ensuite de nouvelles ?uvres, allant de la lampe de bureau dont le bouton prend la forme d'un clitoris, à des coques pour iPhone ou encore à une figurine de Gundam possédant un vagin surdimensionné.
(http://www.lepetitjournal.com/tokyo) jeudi 17 juillet 2014

logofbtokyo

Lepetitjournal Tokyo

Le media des Français, francophones et francophiles à l'étranger. Pour recevoir des informations quotidiennes, abonnez-vous gratuitement à la newsletter!
0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet