Consentement sexuel : le Parlement de NSW va recevoir une formation

Par Emile Brehant | Publié le 19/03/2021 à 10:48 | Mis à jour le 19/03/2021 à 11:02
Photo : Le bâtiment du Parlement de NSW, où ses membres recevront bientôt une formation sur le consentement sexuel. (Wikipédia)
consentement sexuel parlement nsw sydney australie

Le Parlement de NSW fera appel à une organisation externe pour donner une formation sur le consentement sexuel au personnel de l’assemblée, et les interroger sur leurs expériences sur leur lieu de travail.

La députée écologiste Abigail Boyd a présenté une motion, mercredi soir, en faveur de l'idée de la mise en place d’une formation, par un organisme extérieur, sur le consentement sexuel au sein du Parlement.

Cette idée a été présentée après que la Première ministre de la Nouvelle-Galles du Sud, Gladys Berejiklian, a révélé qu'elle avait commandé une enquête le mois dernier sur l'intimidation et l'inconduite sexuelle dans les bureaux ministériels.

Mme Boyd a évoqué sa propre agression sexuelle, alors qu’elle n’était qu’une enfant de huit ans, disant qu'elle était « furieuse de savoir que nous vivons toujours dans une société où les gens sont victimes de blâme, où ils ne remettent pas en question les mythes sur le viol ».

« Aucun lieu de travail n'est à l'abri des problèmes systémiques qui permettent la violence contre les femmes, il est donc vraiment positif de voir notre Parlement se réunir pour reconnaître le problème et prendre les mesures nécessaires pour l'éradiquer », a ainsi ajouté Mme Boyd.

Bien que la motion ait été adoptée sans opposition, Mark Latham, leader de One Nation NSW, a déclaré qu'il trouvait « irréaliste » que, à l'âge de 60 ans, il doive suivre une formation sur le consentement sexuel.

Un pas en avant a donc été effectué, bien qu’une mince partie des politiciens du Parlement ne semblent pas encore être totalement conscients des immondices susceptibles d’entourer leur corps de métier.

 

Emile Brehant Le Petit Journal Auckland

Emile Brehant

Étudiant en journalisme, je suis ravi de couvrir l’actualité néo-zélandaise pour nos expatriés français. Actuellement en France, j’espère pouvoir un jour venir voir de plus près ce pays à l’histoire et à la culture aussi passionnante qu’intrigante.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Sydney !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Nicolas Roger

Rédacteur en chef de l'édition Sydney.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale