Édition internationale
Radio les français dans le monde
--:--
--:--
  • 0
  • 0

Suède: un tribunal acquitte un ancien général syrien accusé de crimes de guerre

Un tribunal de Stockholm rend son verdict jeudi concernant un ancien général syrien accusé de crimes de guerre dans son pays en 2012, le dirigeant étant l'un des plus hauts responsables militaires syriens jugés en Europe.

24d918b4e1c3454a1f3d0bf9642c94d8a0979ee024d918b4e1c3454a1f3d0bf9642c94d8a0979ee0
Écrit par AFP
Publié le 19 juin 2024, mis à jour le 20 juin 2024

Un tribunal de Stockholm a acquitté jeudi un ancien général syrien accusé de crimes de guerre dans son pays en 2012, jugeant insuffisantes les preuves de son implication.

Mohammed Hamo, âgé de 65 ans et vivant en Suède, a été jugé au printemps pour "complicité" de crimes de guerre entre janvier et juillet 2012.

L'armée syrienne a bien commis des "attaques aveugles, contraires au droit international" dans un quartier de Homs (centre) et dans la ville d'Al Rastan en 2012 mais "aucune preuve" n'a été présentée pour démontrer que la 11e division de l'ancien général "a participé à ces attaques", a estimé le tribunal dans un communiqué.

Les juges ont en outre estimé qu'il "n'est pas certain" que Mohammed Hamo "a été responsable de l'armement d'unités militaires" qui auraient pu participer à ces attaques.

afp

La guerre civile en Syrie entre le régime de Bachar al-Assad et des groupes d'opposition armés dont l'organisation jihadiste Etat islamique (EI), déclenchée en 2011 par la répression de manifestations en faveur de la démocratie, a fait plus d'un demi-million de morts et morcelé ce pays.

L'accusation estimait que l'ancien officier, l'un des plus hauts dirigeants militaires syriens jamais jugés en Europe, avait contribué, "par ses conseils et son action", aux agissements de l'armée "dont les attaques ont été systématiquement menées en violation des principes de distinction, de prudence et de proportionnalité".

- "Pas de preuves suffisantes" -

"Les principales questions étaient de savoir si la 11e division de l'armée syrienne a participé à des attaques aveugles dans certaines zones et si l'accusé a participé à l'armement de la division dans le cadre de ces attaques", a résumé la juge Kararina Fabian dans le communiqué du tribunal.

Or, selon le tribunal, "il n'y a pas de preuves permettant de clarifier ces questions. Les preuves présentées par l'accusation n'ont donc pas été jugées suffisantes pour condamner l'accusé pour une infraction pénale", a-t-elle ajouté.

La procureure Karolina Wieslander a indiqué à l'AFP qu'elle devait étudier en détails le verdict avant de décider d'un éventuel appel. Elle a jusqu'au 11 juillet pour prendre sa décision.

Cet acquittement montre les difficultés "pour enquêter sur ce type de crimes au sein de structures militaires", selon elle.

"Ce qui est positif est que la cour conclut que le régime syrien a conduit des attaques aveugles", a dit Mme Wieslander à l'AFP.

afp

L'accusation avait estimé que les attaques de l'armée avaient causé des dommages aux civils et à leurs biens "de façon disproportionnée par rapport aux avantages militaires généraux concrets et immédiats que l'on pouvait escompter".

En tant que général à la tête d'une division armée, Mohammed Hamo a participé à la coordination de ces opérations et fourni des armes aux unités impliquées, avait dit la procureure pendant le procès.

-"Déception"-

L'accusé avait nié ces accusations.

Il ne peut pas être tenu responsable de ses actions "car il a agi dans un contexte militaire et a dû suivre les ordres", avait déclaré son avocate, Mari Kilman, à la cour.

afp

Pour Aida Samani, conseillère juridique principale auprès de l'organisation de défense des droits Civil Rights Defenders, il s'agissait "du premier procès concernant la guerre menée par l'armée syrienne, c'est-à-dire la manière dont la guerre a été menée".

Aucun tribunal européen n'avait auparavant traité cette question et l'impact sur les vies civiles et les infrastructures, selon elle.

"C'est probablement une déception pour les victimes et les personnes touchées par ces crimes de guerre", a déclaré Mme Samani à propos du verdict.

Cependant, il est important que le tribunal ait conclu que "plusieurs de ces attaques constituaient des crimes de guerre", a-t-elle ajouté.

Fin mai, trois hauts responsables du régime syrien, jugés par défaut en France pour complicité de crimes contre l'humanité et de délit de guerre, ont été condamnés à la réclusion criminelle à perpétuité.

La cour d'assises de Paris a notamment jugé coupable Jamil Hassan, ex-directeur des services de renseignements de l'armée de l'air.

En mars, un oncle du président syrien Bachar al-Assad, Rifaat al-Assad, a été renvoyé en procès en Suisse pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité.

Agence_France-Presse_Logo.svg_
Publié le 19 juin 2024, mis à jour le 20 juin 2024

Flash infos

    Pensez aussi à découvrir nos autres éditions