Jeudi 19 juillet 2018
Stockholm
Stockholm
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Accropark ? Un moment de partage au milieu d’un cadre magnifique

Par Kristen Collie | Publié le 08/05/2018 à 07:00 | Mis à jour le 08/05/2018 à 07:00
Photo : C’est avec bienveillance et bonne humeur que Nicolas accompagne petits et grands dans les différents parcours d’Accropark. ©Kristen Collie
Nicolas Main Accropark Stockholm Suède

C’est au sein du cadre idyllique de la réserve naturelle de Lida, au sud de Stockholm, que les français Nicolas Main et son associé Julien Lelarge ont ouvert le 21 mai 2016 leur parc accrobranche, Accropark. Entre valeur de partage et succès grandissant, Nicolas nous offre un panorama de ce projet singulier.

Depuis le 14 avril dernier, Accropark a ouvert ses portes pour sa troisième saison consécutive. Et le succès est au rendez-vous ! Concept français apparu dans les années 70 à Chamonix, l’accrobranche semble à travers le parc de Nicolas plutôt bien s’exporter en Suède. Ouvert en 2016, Accropark, se voulant familial et accessible à tous, a très vite connu le succès et ne cesse de se développer. De 4 parcours à son ouverture, le parc en compte aujourd’hui 10 et l’on pourrait très bientôt assister à l’inauguration d’un nouvel Accropark au nord de Stockholm. C’est du moins l’ambition de Nicolas Main, expatrié français fondateur du parc et avec lequel Le Petit Journal Stockholm s’est entretenu.

LPJ Stockholm : Bonjour Nicolas. Tout d’abord pouvez-vous nous raconter les prémices de ce projet d’ouvrir un parc accrobranche en Suède ?

Nicolas Main : Ce projet a germé pendant 3 ans avant de se réaliser. En France, avant mon expatriation, j’étais animateur-éducateur dans une commune à côté de Pau. Avec mon collègue et associé Julien Lelarge, on avait monté en 2012 un projet de voyage découverte avec 12 jeunes où l’on est parti en Suède. Comme un déclic, on a alors essayé d’importer une activité qui pouvait marcher et au vu de la topographie du pays avec ses nombreuses forêts, on s’est très vite tourné vers l’accrobranche. Par la suite, on a eu la chance de nouer de bons contacts avec le CIC de Stockholm qui a de suite été emballé par notre projet. Soutenus financièrement, nous sommes partis à la recherche d’un terrain. On avait le choix entre plusieurs communes mais avec mon associé on a eu un véritable coup de cœur pour la réserve naturelle de Lida.

La réserve naturelle de Lida, un cadre idyllique pour l’implantation d’un parc accrobranche. ©Kristen Collie
La réserve naturelle de Lida, un cadre idyllique pour l’implantation d’un parc accrobranche. ©Kristen Collie

Situé au sein du magnifique cadre de Lida dans la commune de Botkyrka au sud de Stockholm, pourquoi avoir choisi cet endroit en particulier ?

N.M : Le cadre avant tout, avec ce lac rendant le paysage absolument magnifique. Ensuite, d’un point de vue plus logistique, on avait également accès aux hangars et au matériel déjà présents sur le site. C’était vraiment l’endroit idéal.

Pratiques réputées et populaires en France, ces parcours aventures en forêt ou parcours acrobatiques en hauteur semblent plutôt bien s’exporter en Suède (en témoigne le succès de votre parc). Comment expliquez-vous cette effervescence autour de l’accrobranche ?

N.M : Effervescence ? Je ne sais pas, car l’accrobranche n’est pas éminemment développé en Suède, mais c’est dans notre projet de contribuer à ce développement. Pour preuve, on travaille actuellement sur la construction d’un autre parc au nord de Stockholm où la demande est importante. Concernant Accropark, il est vrai qu’au niveau de l’affluence on est en constante progression et on réalise un très joli début de saison.

Des raisons particulières à ce succès grandissant ?

N.M : La météo dont on dépend grandement (rires). Je me rappelle la saison dernière on avait ouvert un 15 avril sous la neige. Sinon je pense que le cadre de Lida plaide beaucoup en notre faveur. Le système de sécurité également rassure les gens et puis l’offre de nos parcours, plutôt vaste, où l’on en a vraiment pour tous les goûts et tous les niveaux. C’est vraiment une activité intergénérationnelle et familiale. Après on a vraiment une super équipe avec notamment Julien Pecastaing qui est vraiment au top. On est tous motivés, impliqués et on veut transmettre notre bonne humeur.

Accropark Lida Stockholm
Certains parcours culminent à plus de 10 mètres de haut. ©Kristen Collie

Vous-même expatrié français, n’est-il pas compliqué d’exporter un tel concept en Suède ?

N.M : Au départ, il fallait bien faire comprendre l’idée du projet. C’est vrai que c’est un projet nouveau et singulier, donc il fallait donner des garanties. Ensuite, il a fallu s’adapter aux préoccupations des Suédois. On a vraiment tout fait pour répondre à leurs attentes en minimisant notamment les risques sur nos parcours. Après on le savait, Lida c’était un coup de cœur mais c’est aussi une réserve naturelle. De ce fait, on a dû demander une dérogation pour s’installer précisément à cet endroit et donner des garanties quant à notre impact sur la nature. C’était compliqué mais là encore on a répondu à leurs attentes. Au final on se promeut mutuellement avec la réserve de Lida. Les gens viennent à Accropark pour le cadre et inversement ils viennent à Lida pour Accropark.

Quelles valeurs et vertus attribueriez-vous à Accropark et à l’accrobranche en général ?

N.M : C’est une activité familiale donc il y a évidemment la valeur de partage. Ensuite, l’accrobranche est une découverte tant avec l’activité qu’avec la nature. Enfin, il y a cette notion de dépassement de soi. Tu es en hauteur à parfois plus de 10 mètres de haut. Tu vois des personnes qui au début de la journée ont peur de monter sur une échelle puis après un ou deux petits parcours tu les retrouves sur la grande tyrolienne. Ils ont confiance en notre sécurité donc ça leur permet de se dépasser.

Accropark Lida Stockholm
La saison 2018 a démarré le 14 avril dernier et se termine le 4 novembre prochain. ©Kristen Collie

Ouvert depuis le 14 avril dernier, pour quelles raisons selon vous faut-il absolument passer une journée à Accropark ?

N.M : Avant tout pour passer un bon moment en famille, avec ses enfants, et leur faire découvrir une autre activité en pleine nature et dans un cadre magnifique. C’est une réelle activité de partage. Puis il y en a vraiment pour tous les goûts et tous les niveaux.

Que pouvons-nous vous souhaiter à vous et à votre parc à l’avenir ?

N.M : Continuer sur cette lancée et avoir des gens heureux qui repartent avec le sourire. On commence à avoir des habitué.e.s qui reviennent 5, 10 fois pendant la saison avec leurs enfants. C’est juste génial ! En parallèle on aimerait développer l’activité au nord de Stockholm avec un autre parc.

J’aimerais avant de conclure l’interview vraiment saluer l’équipe. Rien n’aurait été possible sans des personnes impliquées comme Julien Pecastaing ou toutes les autres personnes ayant travaillé avec nous depuis l’ouverture du parc. C’est des gens sur qui l’on peut compter et qui ont grandement contribué au succès d’Accropark.   

Pour plus d’infos :

http://www.lida.nu/att-gora/motion/accropark-hoghojdsbana/

Kristen Collie, 8 mai 2018

Kristen Collie

Kristen Collie

Franco-britannique diplômé d’un Master en Histoire sciences et techniques et étudiant en Master de journalisme sportif à l’Ecole du journalisme de Nice. Féru d'Histoire, de sports et de Scandinavie.
1 CommentairesRéagir
Commentaire avatar

Hexagoo mar 08/05/2018 - 12:31

Quelle réussite ce parc ! Félicitations à eux Ça donne tellement envie d'y aller :O

Répondre

Communauté

EDUCATION

Et si demain, j'enseignais en Suède ?

De nombreuses familles françaises sont expatriées à l'étranger. Or, qui dit familles dit aussi enfants... Mais comment les professeurs dans les écoles françaises à l'étranger vivent leur expat...

Sur le même sujet