Lundi 20 septembre 2021

GROUPE HUMANITAIRE LFS – Pédagogie en action

Par Lepetitjournal Singapour | Publié le 27/11/2013 à 20:00 | Mis à jour le 27/11/2013 à 11:14

Lorsqu'on mène une existence confortable à Singapour, comment donner aux enfants l'opportunité de sortir de leur bulle, de prendre conscience des difficultés auxquelles sont confrontées d'autres enfants ailleurs dans la région, et trouver des moyens d'agir concrètement à son niveau ? C'est tout le défi du groupe humanitaire du LFS dont Lepetitjournal a rencontré la responsable, Charlotte de La Tullaye.

Lepetitjournal.com - Que représente le groupe humanitaire du LFS ?
Charlotte de La Tullaye. Le groupe humanitaire a été créé en 1998, c'est une entité du Lycée Français de Singapour. Il est composé d'une quarantaine de parents bénévoles ainsi que de nombreux professeurs. Sa mission est de sensibiliser les élèves aux difficultés que vivent les enfants en dehors de Singapour, au travers de projets menés au profit de plusieurs associations. C'est une mission d'abord pédagogique. Elle est ouverte à l'ensemble des élèves du lycée, de la maternelle à la terminale. Concrètement, le groupe réalise un certain nombre de projets, petits et grands, tout au long de l'année et organise des événements pour lever des fonds comme les ventes de livres ou le walkathon. C'est l'aspect pédagogique de chaque projet qui compte, plus que sa taille et ses résultats. Nous nous efforçons de valoriser tous les projets de la même manière.

Comment ces projets sont-ils mis en ?uvre ?
Les professeurs sont au c?ur du dispositif. Ils montent les projets avec leur classe et les bénévoles. Cette participation des professeurs avec leur classe se fait sur la base du volontariat. Nous avons la chance d'avoir un soutien très fort de la part de la direction de l'établissement et particulièrement du Proviseur, M Pujol, qui est président du groupe humanitaire.

 

Projection d'ILO ILO au profit de l'association les Oursins aux Philippines

Le jeudi 5 décembre à 14h, le LFS organise une projection privée du film ILO ILO pour les élèves de 2nde, 1ère et Terminale, suivie d'une rencontre avec le réalisateur Anthony Chen.

A cette occasion, l'établissement offre 200 places au groupe humanitaire afin qu'elles soient vendues au prix de 20$ minimum au profit de l'association les Oursins pour financer ses projets de reconstruction pour les victimes du typhon.


ILO ILO


Si vous souhaitez bénéficier d'une place pour assister au film puis à la rencontre avec Anthony Chen, les informations sont disponibles sur http://www.lfs.edu.sg/


Quels types de projets les enfants réalisent-ils ?
Ils sont très variés. Nous pouvons donner comme exemple l'instauration d'une correspondance entre des élèves et des enfants de l'association la Roue de Secours en Inde,  la conception et la vente de torchons  pour l'association les Oursins, sur lesquels chaque élève de CP a écrit un mot et fait un dessin représentant ce qui est pour lui essentiel pour être heureux. C'est l'opportunité pour eux de faire un parallèle entre leur vie à Singapour et celle de ces enfants qui vivent dans des bidonvilles de Manille. Un autre projet consiste à récupérer les savons non utilisés, les fondre pour en recréer de nouveaux vendus pour Klang Leu. Nous mettons également en place un atelier sur la cécité avec l'association Krousar Thmey. Sans parler des concerts, de la fabrication de bijoux à partir de perles recyclées? En ce moment, par exemple, a lieu dans tout le lycée un concours de dessins sur le thème « la maison de vos rêves » qui servira à éditer un calendrier vendu au profit de Blue Dragon. Aucun projet n'est réalisé sans qu'il y ait, au préalable, une présentation aux élèves pour leur expliquer leur implication dans le financement d'un projet précis. Le groupe humanitaire organise aussi de gros projets fédérateurs tels que le Walkathon, Photos For Life et les ventes, trois fois dans l'année, de livres de seconde mains qui permettent de lever des fonds pour toutes nos associations.

Quelles sont les associations que soutient le groupe humanitaire ?
A ce jour, nous soutenons huit associations, qui ont pour point commun de soutenir l'enfance défavorisée en Asie  à savoir : Blue dragon, children foundation in Vietnam ; Couleurs de Chine, en Chine ; la Roue de Secours, en Inde ; les Oursins, enfants des Trottoirs aux Philippines ;  ReAct, en Indonésie ; Krousar Thmey, Art & craft et les enfants de Klang Leu, au Cambodge. Ces associations sont  sans affiliation politique ou discriminatoire. A but non lucratif, elles sont  transparentes et peuvent fournir des états financiers réguliers (impliquant un état annuel d'utilisation des fonds)et restent accessibles pour des visites de membres du groupe humanitaire, de parents?

Avec quels résultats ?
L'année dernière, grâce aux projets des élèves, aux ventes de livres, à Photos For Life et au Walkathon, nous avons levé 116.000 S$. Mais, encore une fois, tous les projets ont pour nous la même importance. De la même manière, les efforts des uns et des autres permettent de soutenir, de manière solidaire, toutes les associations partenaires et nous faisons en sorte qu'il n'y ait aucune compétition entre les projets.

Comment se fait le lien avec les associations ?
Chaque association est suivie, au sein du groupe, par deux correspondants. Ces correspondants sont en lien direct avec le fondateur/fondatrice de l'association. Elles se tiennent au courant de l'actualité de l'association, de ses besoins et  s'assurent que les fonds donnés sont bien utilisés pour financer les projets validés. Pour certaines associations, le soutien que nous apportons est loin d'être négligeable : les dons financiers peuvent représenter jusqu'à 20% de leur budget.

Comment réagissent les élèves du LFS ?
A chaque conférence ou événement, les enfants sont captivés et les questions fusent. Très vite, ils comprennent qu'ils peuvent être au c?ur des projets et réussir à faire de belles actions pour pouvoir lever des fonds. Ils se sentent vraiment concernés par les problèmes des autres enfants et ont donc envie de s'impliquer dans des projets pour les aider. Nous avons même parfois des témoignages d'enfants qui ont organisé chez eux une vente ou un spectacle pour apporter leur propre contribution. Et il ne faut pas oublier qu'ils ont été plus de 700 l'année dernière à courir le jour du Walkathon alors que la pluie était au rendez-vous !

Comment impliquez-vous les parents ?
Les bénévoles s'impliquent directement. Le groupe a la chance de fédérer des personnes qui ont des compétences et des sensibilités différentes. Nous attendons des parents, s'ils le souhaitent, qu'ils relayent auprès de leurs enfants les informations sur les associations et les encouragent à participer et à s'investir dans les projets proposés.  

Depuis la rentrée de septembre, nous avons revu notre communication externe pour plus de fluidité et de transparence. Outre la mise à jour de notre page sur le site du LFS, nous avons lancé depuis ce mois de novembre notre premier magazine bimestriel en ligne « Un lycée pour l'espoir », qui permet d'informer de façon précise et conviviale sur les activités du groupe, les projets réalisés et les associations soutenues. Mais également de valoriser le travail des enseignants et la parole des élèves de la maternelle à la terminale car tout ceci ne pourrait se faire sans l'engagement fort de tous !

Propos recueillis par Bertrand Fouquoire (www.lepetitjournal.com/singapour) jeudi 28 novembre 2013

Retrouvez Le groupe humanitaire sur le site internet du LFS
Lire le Magazine « Un lycée pour l'espoir »

0 Commentaire (s) Réagir
Sur le même sujet