NOUVELLE EXPOSITION - Il était une fois ….l’INDIAN HERITAGE CENTER

Par Lepetitjournal Singapour | Publié le 18/10/2016 à 11:00 | Mis à jour le 19/10/2016 à 07:03

 

L'Indian Heritage Centre (IHC) propose à l'occasion de la fête de Deepavali une nouvelle exposition « once upon a time » afin de mieux connaître l'histoire du quartier de Little India et de sa communauté indienne. Visite guidée au c?ur de cet édifice ultra-moderne et écologique  consacré à l'héritage de cette population à Singapour et dans le Sud-Est asiatique.

Un bâtiment écologique et moderne dans un quartier traditionnel  

 La communauté indienne est l'une des communautés ethniques constituante de Singapour. D'après le dernier recensement publié en juin 2016, elle représente 9,1% des citoyens. Comme chaque communauté de la cité-Etat, elle a son Heritage Center pour mettre en valeur son histoire et ses coutumes. Ce dernier a ouvert ses portes le 8 mai 2015 et il est le premier en Asie du Sud-Est à être consacré au patrimoine de la communauté indienne. Plus de 300,000 visiteurs ont arpenté ses allées depuis son ouverture.

 L'immeuble de 4 étages qui abrite l'IHC est situé au coeur du quartier de Little India et il est reconnaissable par sa façade translucide scintillante, subtil mélange d'architecture moderne, écologique et d'éléments de la culture indienne traditionnelle. Il a été construit en verre afin de pouvoir rester connecté avec le voisinage qui s'y reflète la journée, alors qu'à la nuit tombée, il se transforme en lanterne lumineuse de la communauté indienne grâce à l'éclairage d'une peinture murale très colorée située à l'intérieur de l'immeuble. Ladite façade s'est inspirée des escaliers indiens bâoli, lieux de collecte de l'eau, évoquant ainsi un lieu de réunion destiné à la communauté indienne de Singapour. En chiffres, sa construction aura duré 7 ans, coûté 21 millions SGD et sa surface s'étend sur 3,090 mètres carrés.

L'Indian Heritage Center est divisé en 5 galeries organisées chronologiquement. Le visiteur commence son parcours en découvrant les premières interactions entre l'Asie du Sud et l'Asie du Sud-Est qui se sont établies grâce au commerce, à la religion et à la diplomatie. Puis sont retracées les vagues de migration de la population indienne vers Singapour et l'Asie du Sud-Est du XIXème au XXIème siècle. La troisième section s'intéresse aux contributions apportées par les premiers Indiens à Singapour et en Malaisie alors que la quatrième retrace l'éveil politique et social des Indiens dans ces régions et notamment le développement du sentiment anticolonialiste. Enfin, la dernière galerie se concentre sur les contributions des Indiens dans la construction de Singapour en tant que nation moderne de la fin des années 50 aux années 80.

Il rassemble plus de 440 objets et artefacts provenant de la National Collection de Singapour ou qui ont été donnés ou prêtés par la communauté indienne. On y trouve des bijoux, des sculptures en pierre, des costumes, des sculptures sur bois et même des valises utilisées par des émigrants indiens. A signaler notamment un collier en or massif composé de 62 pièces victoriennes, réalisé  pour Noël pour l'épouse d'un des premiers marchands indiens établis à Singapour, originaire de Pondichéry et dont le fermoir est inspiré de la fleur de lys, affichant ainsi la loyauté du marchand à la France.

La technologie n'y a pas été oubliée; c'est en effet un des premiers musées à utiliser la réalité augmentée dans ses collections permanentes. Les visiteurs peuvent ainsi utiliser leurs téléphones portables ou les appareils portatifs du centre pour écouter une guide virtuel qui leur donnera de plus amples informations sur les objets présentés. L'IHC met également à disposition des visiteurs des écrans tactiles interactifs grâce auxquels on peut par exemple se mettre dans la peau d'un enfant Indien qui fait l'apprentissage de son futur métier de marchand en apprenant à compter. Enfin, un film d'une durée de 10 minutes couvre les thèmes abordés dans les cinq galeries et retrace l'histoire, les progrès et les réalisations de la diaspora indienne à Singapour et en Asie du Sud-Est. La musique du film est l'oeuvre d'un compositeur de Bollywood et le film, qui est en 5 actes, est raconté par un narrateur à l'instar du théâtre indien traditionnel.

L'exposition Once Upon a time EXPO ONCE UPON A TIME

A partir du 21 octobre 2016, l'exposition Once Upon a Time in Little India ouvrira donc ses portes à l'IHC et retracera l'histoire et l'évolution du quartier indien de Singapour à travers un prisme historique et contemporain. Trois oeuvres spécialement réalisées pour l'exposition seront présentées à cette occasion:

- 3 films sur Little India réalisés par K. Rajagopal, réalisateur et scénariste singapourien d'origine indienne,

- une installation en graines de santal rouge représentant la diaspora indienne réalisée par l'artiste malaisienne Kumari Nahappan,

- une mosaïque composée des visages de 300 personnes reliées au quartier par leur identité, oeuvre du plasticien thaïlandais Navin Rawanchaikul.

Une exposition à découvrir en marge des festivités de Deepavali.  

 Carole Aupoix (www.lepetitjournal.com/singapour), mercredi 19 octobre 2016

 

Indian Heritage Center - 5 Campbell Lane - ouvert du mardi au jeudi de 10h à 19h, les vendredis et samedis de 10h à 20h et les dimanches et jours féries de 10h à 16h

 

Crédits photos : Indian Heritage Center 

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Singapour !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition internationale