Mercredi 20 novembre 2019
Singapour
Singapour
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

L’ASIE VUE DE France - L’OR à l’honneur au Musée Guimet

Par Lepetitjournal Singapour | Publié le 11/07/2017 à 13:00 | Mis à jour le 12/07/2017 à 08:27

Après le jade, c'est au tour de l'or d'être à l'honneur au Musée national des arts asiatiques Guimet qui consacre à ce noble matériau une grande exposition du 21 juin au 18 septembre. Une exposition à ne pas manquer cet été si vous passez par Paris.

Sophie Makariou, la dynamique conservatrice générale du Musée, a orchestré cette exposition à ne pas manquer pour les amoureux de l'Asie, de toute l'Asie. Vous y verrez  113 chef d'?uvres, tous issus des réserves du Musée. L'exposition puise dans ses collections ces objets petits ou grands qui relèvent de toutes les traditions asiatiques de l'Afghanistan à la Corée,  de l'hindouisme au bouddhisme en passant par l'Islam, qu'il s'agisse de statues, de tissus et de vêtements, de céramiques, de bijoux, de monnaies, d'?uvres sur papier, de peintures ou de paravents?
Au fil des salles, on y découvre aussi bien des  monnaies d'Afghanistan kouchane que des  paravents nanban japonais - destinées aux Occidentaux et représentant l'arrivées des Portugais , des manuscrits sur papier chinois  du 12e siècle où le Sutra du Lotus de la Bonne Loi est couché sur un papier noir à l'encre d'or que des statues d'Avalokiteshvara (Guanyin) coréenne et vietnamienne aux multiples bras,  des rois gardiens de l'ouest tibétains que des pendants d'oreille d'Inde du Sud  des costumes de cour birman que des miniatures indiennes.

Non seulement le Musée Guimet a entièrement puisé dans ses propres collections pour présenter ce feu d'artifice mais il en a profité parfois pour reconstituer des parties éparpillées dans les inventaires comme c'est le cas pour une très belle statue de Thê Am (Guanyin) à mille bras vietnamienne de la fin du 18e qui a retrouvé son socle et se dresse aujourd'hui telle qu'elle apparaissait lors de l'exposition universelle de 1889 qui vit naitre la tour Eiffel.

Sophie Makariou souligne que l'or n'a pas eu la même place partout en Asie, ne serait-ce que pour des raisons de rareté. S'il est bien présent sur les versants occidental et septentrional de l'Asie, en Inde et en Asie du Sud-est et dans une moindre mesure au Tibet et au Japon, il est très rare dans le monde chinois et n'y a jamais fait fonction de monnaie. 

Arhat BhadraFougèresBoite a décor d'oiseauxTsuba   

Dans toute l'Asie, rare et incorruptible, inoxydable et d'un bel éclat, ductile et facile à travailler, l'or est associé à la recherche d'excellence artistique.  Mais selon ses usages, il prend une signification différente.  

En Inde, c'est un métal sacré qui a des propriétés protectrices et prophylactiques. Il est utilisé dans la médecine ayurvédique et sert à la confection de talismans et d'amulettes. Assimilé au souffle vital, il est présent dans des rites de passage et parce qu'il ne s'oxyde ni ne se corrompt, l'Inde a fait de lui un symbole d'immortalité.

Dans le Bouddhisme il est utilisé très tôt  pour matérialiser la carnation et la puissance rayonnante du Bouddha, ce qui explique son omniprésence dans l'art bouddhique.

Dans son usage dans l'écriture, il sublime la quête d'éternité et c'est ainsi qu'il était utilisé en Chine  pour des écrits philosophiques ou politiques  appelés à survivre à leurs auteurs.
Enfin, au Japon,  il était utilisé par l'aristocratie puis par la bourgeoisie pour la décoration, notamment sous forme de feuille d'or et de poudre d'or et d'argent. L'or symbolisait le soleil et l'argent la lune et ces deux matériaux furent utilisés sur tous les supports notamment pour els laques et les porcelaines qui firent le succès de l'artisanat japonais en Europe.

Anne Garrigue (www.lepetitjournal.com/singapour) mardi 12 juillet 2016

Légende des photographies (de gauche à droite et de haut en bas)

1. L'arhat Bhadra, disciple de Buddha
Chine, dynastie Ming (1368-1644), fin du 14e siècle
Laiton doré
H. 11,5 cm ; L. 12,2 cm
MG 9729
Photo (C) RMN-Grand Palais (musée Guimet, Paris) / Thierry Ollivier

2. Zenmai (« fougère »)
Hitomi Hosono (née en 1979)
Japon / Angleterre, 2016
Biscuit de porcelaine, feuille d'or
H. 28,5 cm ; D. 29,5 cm
Achat 2016
MA 12799
Photo (C) RMN-Grand Palais (musée Guimet, Paris) / Michel Urtado

3. Boite à décor d'oiseau et fleurs

4. Garde de sabre (tsuba) à décor de serpent mordant une aigrette
Signée en laque maki-e d'or : Mizutani Shutoho
Japon, Époque d'Edo, 18e siècle
Laque d'or avec parcelles d'or larges (gyobu nashiji) et laque métallique en relief
H. 8,2 cm ; L. 7,4 cm
Don Mme Hazebroucq, 1990
MA 5909
Photo (C) RMN-Grand Palais (musée Guimet, Paris) / Mathieu Rabeau

 

 

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Singapour

Épopée des naturalistes français à Singapour au XIXeme siècle

A Singapour, le 8 novembre 2019, a été lancé le livre « Voyageurs, Explorateurs et Scientifiques, The French and Natural History in Singapore ». Ce recueil d’histoire fournit une description détaillée

Expat Mag

TÉLÉTHON

Jonas : "La maladie m'emprisonne, mais je crois au traitement"

Jonas, jeune étudiant de 22 ans, a été diagnostiqué d’une calpaïnopathie à l’âge de 6 ans. Une maladie qui s’est installée progressivement et qui depuis l’adolescence grignote peu à peu ses muscles

Sur le même sujet