Lundi 24 juin 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Indice de perception de la corruption : la Corée du Sud à la 51e place

Par Pierre | Publié le 05/03/2018 à 03:00 | Mis à jour le 05/03/2018 à 03:45
Indice perception de la corruption_Transparency International

La Corée du Sud se situe à la 51e place dans l’indice de perception de la corruption établi par l’Organisation non gouvernementale (ONG) Transparency International. Parmi les pays de l’OCDE, le pays du Matin calme pointe à la 29e place (sur 35 pays) avec un score de 54 points sur 100. À savoir que l’ONG considère qu’un pays aura du mal à se débarrasser de la corruption lorsque son score est inférieur à 50.

En 2016, la Corée du Sud avait obtenu 53 points en terminant à la 52e place. Ce point supplémentaire obtenu en 2017 est le résultat des révélations du scandale de trafic d’influence qui avait entraîné la destitution de l’ancienne présidente Park Geun-hye.

La France est classée 23e avec 69 points sur 100. Tandis que la Nouvelle-Zélande occupe la tête du classement avec un score de 89 points.

Pour établir un tel rapport, Transparency International évalue la perception de la corruption grâce à des données récoltées par des experts en gouvernance et en affaires. Mais aussi à partir de données collectées par une douzaine d’organismes internationaux, dont le Forum économique mondial ou encore la Banque mondiale.

Nous vous recommandons

Sans titre 1

Pierre

Étudiant en journalisme, je porte un intérêt tout particulier à l’actualité internationale. À travers mes divers stages et voyages, notamment en Asie, je m’efforce de comprendre la mosaïque de religions et de cultures qui composent ce continent.
0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

LEPETITJOURNAL.COM

Participez à notre enquête lecteurs (et gagnez un voyage)

Vous êtes de plus en plus nombreux à consulter lepetitjournal.com. Afin d’apprendre à mieux vous connaître, nous vous proposons de répondre à notre enquête lecteurs et peut-être gagner un voyage

Vivre à Séoul

Entreprendre, la solution de Florie pour travailler en Corée

Expatriée en Chine depuis 10 ans, Florie Deswaziere De Castro choisit de « suivre l’amour » jusqu’en Corée du sud en 2016. Œnologue, la Française pense retrouver un  travail rapidement. Sans succès...