Mardi 31 mars 2020
São Paulo
São Paulo
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

EXPRESSION DE LA SEMAINE - Rodar a baiana

Par Lepetitjournal Sao Paulo | Publié le 18/04/2017 à 22:03 | Mis à jour le 08/02/2018 à 13:03

Lepetitjournal.com vous présente, chaque semaine, une expression brésilienne. De quoi améliorer son portugais tout en se divertissant ! Cette semaine : "rodar a baiana"


"Rodar a baiana" signifie en français "tourner la Bahianaise".

Il faut remonter au début du 20e siècle pour en comprendre l'origine. A Rio, les célèbres blocos du carnaval défilaient déjà. Certains hommes avaient parfois des gestes déplacés envers les jeunes filles déguisées, nommées Baianas.

Afin de faire cesser ces troubles, des capoeiristas (hommes pratiquant la capoeira) revêtaient aussi des déguisements bahianais et se mêlaient aux femmes. Ainsi, lorsqu'un homme s'apprêtait à toucher l'une d'entre elles, le capoeirista réalisait une figure visant à frapper l'oreille du malotru. La foule, de loin, ne voyait que la Bahianaise tourner !

Ainsi, on utilise l'expression pour dire que l'on fait un esclandre, que l'on réagit violemment, de manière démesurée et que l'on dit tout ce qui nous passe par la tête dans un moment d'énervement. En français, on pourrait le traduire par : "faire un scandale", "exploser".

Exemple 
"Ontem, precisei rodar a baiana para encontrar o gerente da loja" qu'on pourrait traduire ainsi en français : "Hier, j'ai dû faire un scandale pour voir le directeur du magasin".

A la semaine prochaine !

APB (www.lepetitjournal.com - Brésil) Rediffusion

0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

Comment entretenir un lien familial pendant le confinement ? 

En tant qu’expatriés, nous entretenons un lien de proximité avec nos proches. lepetitjournal.com vous dévoile ses bons plans pour renforcer ces échanges pendant cette période de distanciation sociale.

Expat Mag

Noho Travels « Je voulais voir plus, je voulais vivre plus »

Après avoir travaillé dans le marketing et la publicité, Arnaud décide de parcourir les routes du monde, ordinateur sous le bras. C’est avec son blog Noho Travels que ce Marseillais nous fait voyager

Sur le même sujet