Mercredi 26 septembre 2018
São Paulo
São Paulo
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

PORTRAIT DE VILLE - Curitiba, la "ville modèle"

Par Lepetitjournal Sao Paulo | Publié le 15/06/2016 à 22:05 | Mis à jour le 25/06/2016 à 15:12

 

Louée pour son plan d'urbanisme, son souci de l'écologie et son dynamisme économique, la capitale du Parana fait souvent figure de bonne élève du Brésil.

Au 17e siècle, on découvre de l'or du côté de Paranagua : chasseurs d'or et mineurs sont attirés par la région. Dès 1668, des Portugais et des Indiens viennent peu à peu s'installer dans un petit village appelé Nossa Senhora da Luz dos Pinhais de Curitiba (Notre-Dame de la Lumière des Pinèdes de Curitiba). La ville est officiellement fondée le 29 mars 1693.

Elle devient au 18e siècle une étape pour les meneurs de troupeaux allant de Sao Paulo au Rio Grande do Sul. C'est également à cette époque que le village prendra le nom de Curitiba. Celui-ci viendrait d'ailleurs du tupi guarani, "curii" signifiant "le pin" et "itibo", "beaucoup", soit "beaucoup de pins", ce qui fait référence aux araucarias, l'arbre emblématique du Parana qui poussent en nombre aux alentours de la ville.

Le développement de la région se poursuit grâce à la culture du café et du maté. La croissance de Curitiba attire toujours plus d'habitants qui migrent d'autres régions. Le 29 août 1853, la ville devient la capitale de la province du Parana, récemment créée, qui prend ainsi son indépendance par rapport à celle de Sao Paulo.

A partir de 1870, des immigrants allemands, polonais, italiens, polonais, ukrainiens, japonais viennent également grossir les rangs de la population de Curitiba. La première université fédérale du Brésil y est édifiée et commence à fonctionner à en 1913. La ville est déjà placée sous le signe de l'éducation, une tradition qui ne se démentira pas les années passant puisqu'elle reste l'une des villes ayant le plus faible taux d'analphabétisme au Brésil, et une bonne qualité d'enseignement.

Urbanisme et écologie
Curitiba est une ville qui se distingue de ses consoeurs brésiliennes à bien des égards. Elle est tout d'abord l'une des rares à avoir pensé un plan d'urbanisme dès le milieu du 20e siècle, pour que la ville reste agréable à vivre malgré la forte croissance de la population. L'objectif est de préserver le centre historique et les espaces verts, tout en évitant que la municipalité soit perpétuellement engorgée. Dans les années 1970 ont été construites de grandes avenues orientées dans différents axes, agrémentées de voies de bus permettant que la circulation demeure globalement fluide. Dans le centre, plusieurs rues piétonnières ont été créées. Sur le plan architectural, la cohésion et l'harmonie ont toujours été recherchées.

Curitiba s'est également dotée d'un système de transports en commun qui est louée dans le monde entier, et a servi de modèle pour Mexico par exemple, et a inspiré Los Angeles. Son système de métro de surface et ses nombreuses lignes de bus, qui desservent toutes les zones de la ville, ont efficacement incité les Curitibanos à abandonner leur voiture.

Elle a également la réputation d'être une ville verte, tant pour ses nombreux parcs et jardins, que pour sa conscience écologique. Curitiba est notamment la première ville brésilienne dans laquelle le tri sélectif et le recyclage aient été instaurés. Ce programme, "Lixo que nao é lixo" ("ces ordures qui n'en sont pas"), a été distingué par l'ONU qui a remis à la capitale du Parana en 1992 le prix de l'Habitat Scroll of Honour.

En 1996, le sommet mondial des maires l'a également désignée comme la plus innovante au monde, et enfin en décembre 2009, la revue Forbes la classait comme la 3e ville "la plus intelligente au monde", derrière Singapour et Hong Kong, puisqu'elle se soucie à la fois de la qualité de vie, de l'écologie, du développement durable, ainsi que de la croissance économique.

Un dynamisme économique certain
La qualité de vie ainsi que la bonne image de la ville et de ses services ont attiré dès le début du 20e siècle de nombreuses entreprises. Son Produit intérieur brut (PIB), de 79,4 milliards de reais en 2013 (d'après des données de l'IBGE - Institut brésilien de géographie et de statistiques) est le cinquième plus important du pays, derrière São Paulo, Rio et Brasilia.

Alors que dans les années 1970 dominaient encore les activités tournant autour du bois, de l'agro-alimentaire et de la métallurgie, ce sont maintenant les industries de transport (Renault, Audi, Volvo), de mécanique, de télécommunications (Tim Sul) et de produits électroniques (Electrolux). Si l'industrie représente un peu plus de 35% du PIB, cette part s'élève à 65% pour le commerce et les services.

Les attractions touristiques
Ses nombreux parcs (Parque Tingui, Parque Tangua, Parque Sao Lourenço...), son jardin botanique, dont la serre à l'anglaise est l'un des monuments les plus connus de la ville, le centre historique piétonnier (Largo da Ordem, Rua das Flores, Praça Tiradentes, Rua 24 Horas, Paço da Liberdade, Memorial Arabe...), le musée Oscar Niemeyer, appelé "L'Oeil" en raison de sa forme, et le Bosque do Papa (un mémorial en hommage à l'immigration polonaise avec la reconstitution de quelques maisons typiques en bois) non loin, ou encore la tour panoramique Oi (qui permet de visualiser la ville à 360 degrés), sont les attraits de Curitiba sur le plan touristique.

La ville étant étendue et ses attractions éparpillées, si vous ne disposez pas d'une voiture, nous vous recommandons chaudement la "linha turismo", soit un bus à impériale qui les relie toutes de manière régulière (toutes les 20 minutes, ne fonctionne pas le lundi). Pour une quarantaine de reais, vous avez le droit à cinq arrêts.

Curitiba est également le point de départ pour une excursion en train à travers la Mata Atlantica à destination de Morretes, où la spécialité gastronomique est le barreado, une sorte de ragout de boeuf servi avec de la farofa et des bananes. Un voyage de trois heures impressionnant où s'enchaînent les tunnels creusés à même la montagne et les ponts surplombant de tumultueuses rivières ! A l'aller, privilégiez un siège du côté gauche, et au retour à droite. Si vous le pouvez, n'hésitez pas à opter pour une formule vous permettant d'aller en van jusqu'à Morretes, puisque la traversée de la Serra da Graciosa par la route vaut également la peine. Vous pourrez ensuite effectuer le trajet retour en train.

Amélie PERRAUD-BOULARD (www.lepetitjournal.com - Brésil) Rediffusion actualisée

Les infos en plus :?
Nombre d'habitants : 1.879.355 selon des données de l'IBGE de 2015, 8e ville la plus peuplée du Brésil?
Superficie : 435 km²
?Nom des habitants de la ville : curitibano/a?
Maire :  Gustavo Fruet (PDT - Parti Démocratique Travailliste)?
Sports : La ville possède trois équipes de football : le Clube Atlético Paranaense, le Coritiba Football Club et le Paraná Clube. Curitiba a été l'une des villes hôtes de la Coupe du Monde, les parties étant disputées à l'Arena da Baixada.

- Lire aussi les portraits de Salvador, Fortaleza, Palmas et Porto Alegre.

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Sao Paulo

#MAVIEDEXPAT

S’installer à l'étranger : 8 bons réflexes

Vous débutez une nouvelle aventure à l’étranger ? Où en êtes-vous dans vos démarches ? Pas de panique, nous avons listé les 8 incontournables à traiter dans les meilleurs délais.

Que faire à Sao Paulo ?

VARILUX - 20 films français dans 60 villes du Brésil en juin

Au-revoir là haut, L'échange de Princesses, Le Brio ou encore Tout le monde debout seront à l'affiche très bientôt au Brésil. Le Festival Varilux de Cinéma Français au Brésil revient du 7 au 20 juin

Sur le même sujet