Jeudi 23 mai 2019
São Paulo
São Paulo
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

NORDESTE - Le Brésil paradisiaque sans vous ruiner

Par Lepetitjournal Sao Paulo | Publié le 14/10/2015 à 22:05 | Mis à jour le 15/10/2015 à 10:00

De plus en plus de voyageurs ne se contentent plus de visiter le sublime État de Bahia pour s'imprégner de la douceur du nord-est du pays. Les Etats du Pernambouc, du Rio Grande do Norte et du Ceará attirent un nombre croissant de curieux, enchantés par les magnifiques plages de sable fin, les villes coloniales et le monde de la nuit. Lepetitjournal.com vous emmène en road trip d'Olinda à Jericoacoara en passant par la Praia da Pipa.

Le principal problème rencontré par les backpackers de cette région, c'est le choix. En effet, cette région vaste comme plusieurs fois la France regorge de lieux inoubliables, un véritable casse-tête lorsqu'on ne dispose que d'une dizaine de jours sur place. Le plus simple est de commencer votre voyage à partir de la ville de Recife, dans le Pernambuco.

Il est évidemment conseillé de prendre un avion (comptez plus d'une quarantaine d'heures de bus depuis Rio pour la somme de 100 euros). N'attendez pas le dernier moment pour réserver votre vol intérieur, les compagnies aériennes locales comme Gol ou Azul n'ont aucune pitié quant aux retardataires à l'égard de leurs prix. Une fois sur place, le meilleur conseil est encore de vous rendre directement dans le village qui juxtapose cette métropole : Olinda.

Olinda, village grandiose
Pourquoi se rendre à Olinda ? Tout simplement parce que ce village perché sur plusieurs collines est absolument grandiose. Classé au Patrimoine mondial de l'Unesco, le temps semble s'être arrêté dans cette bourgade, magnifiée par ses nombreuses églises d'époque et par ses ruelles dignes des plus beaux villages du Minas Gerais. Un cocon d'histoire et d'architecture, aux portes d'une ville tentaculaire et agressive.

Pour les plus fauchés, l'auberge de jeunesse Casa de São Bento, au 184 de la rue du même nom, propose des dortoirs convenables au centre du quartier historique, pour seulement un peu plus de dix euros. Lors de votre visite, ne ratez sous aucun prétexte l'église de la Miséricorde et celle de Nossa Senhora do Amparo, sans oublier la basilique São Bento ainsi que le Convento de São Francisco et l'église da Sé. Une journée entière suffit pour vous imprégner du lieu, malgré le nombre impressionnant d'édifices religieux parfaitement préservés. Petit bémol, le centre historique ne regorge pas de restaurants.

Direction Praia da Pipa
Mais les promenades sous le soleil pouvant être fatigantes, rien de tel qu'une baignade via une superbe plage pour se ressourcer. Cependant, il faudra être patient. Il est recommandé, après Olinda, de se rendre à la magnifique Praia da Pipa. Mais il faut souffrir pour bronzer, car le trajet n'est pas de tout repos. Rendez-vous à la station de bus d'Olinda (qui est plutôt un arrêt de bus tout court), près de la rua do Sol, non loin de la poste.

Comptez entre 30 minutes et une heure de transport selon l'état de la circulation pour arriver à la rodoviária de Recife. De là, offrez-vous un ticket de bus de la compagnie Autoviação Progresso pour vous rendre à Goianinha (une douzaine d'euros pour environ quatre heures de trajet). Une fois arrivé, il ne vous reste plus qu'à prendre un minibus pour la modique somme de R$ 2, qui vous amènera à votre point de chute tant fantasmé. De toute façon, rassurez-vous, le trajet en vaut la peine.

Le paradis des surfeurs
Praia da Pipa est une station balnéaire perdue au milieu de nulle part, qui se compose de kilomètres de plages plus sublimes les unes que les autres, bordées par une formation rocheuse plutôt impressionnante. Un véritable havre de paix pour les baigneurs amateurs d'eau chaude et de tranquillité. Ce spot est également le paradis des surfeurs en raisons des vagues du coin qui se prêtent parfaitement à cet exercice (en particulier à la Praia do Amor). Et dernier atout loin d'être négligeable, il est possible de nager avec les dauphins sans dépenser le moindre sou, ces derniers nageant régulièrement non loin du rivage (évitez les tours touristiques en bateaux sans intérêt).

Et pour les clubbers, ne vous inquiétez pas, les nuits de Pipa sont sujettes à la fête. Pour ceux qui disposent d'un budget limité, l'auberge de jeunesse Pipa Hostel est tout simplement la meilleure adresse du coin (105 rua Arara, R$ 35 la nuit). Un établissement propre, jeune, fêtard et très accueillant. Un véritable coup de c?ur. Pour ce qui est des restaurants, la rue principale de Pipa regorge d'adresses pour toutes les bourses. Les pizzas et les fruits de mer étant particulièrement à l'honneur dans cette bourgade.

Longue route jusqu'à Jericoacoara
Ensuite, le dilemme. Nombreux sont les touristes qui souhaitent faire au minimum quatre ou cinq haltes sur une période d'une dizaine de jours. Mais sachez que les très nombreuses heures de bus gâcheront votre séjour, et vous empêcheront de réellement vous imprégner des lieux. Il est préférable de rester trois, quatre jours, à chaque fois sur place, pour "sentir" l'attrait de ces visites. Trois destinations sont largement suffisantes pour une telle période. Et rien de tel que Jericoacoara pour finir en beauté.

Mais pour cela, il faudra à nouveau souffrir. Sachez qu'il est évidemment conseillé de faire la plus grande partie du trajet de nuit. Pour la modique somme de R$ 15, empruntez le dernier bus (qui part vers 18h) pour vous rendre à Natal, à deux heures de route. Les bus à Pipa se prennent au bout de la rue principale. Une fois à Natal, achetez un ticket de la compagnie Viação Nordeste (R$ 85) pour vous rendre à Fortaleza, à environ huit heures de bus (et oui?). Mais ce n'est pas terminé ! Une fois arrivé, prenez un bus de la très bonne compagnie Fretcar (environ R$ 80) pour la destination finale. Comptez environ huit heures de bus et 1h30 de 4X4 dans les dunes de sable (paysages magnifiques, mais n'oubliez pas vos lunettes de soleil pour vous protéger du sable projeté). Mais cela en vaut la peine !

Le paradis sur terre
En effet, bienvenue au paradis sur terre. Un village isolé au milieu des dunes de sable blanc, tout droit volées du Sahara. Une mer magnifique et propre (petit particularité, on a pied sur plusieurs dizaines de mètres !). Un des meilleurs spots de kitesurf et de windsurf dans le monde pour les sportifs (en raison du vent très fort). Une plage large et grandiose. Des balades en buggy incroyable, qui vous emmènent vous baigner dans des lagons tropicaux absolument sublimes.

Sans oublier une nightlife géniale, une des meilleures et des plus reconnues du Brésil. Pour vous héberger, l'auberge Jericoacoara Hostel ? Pousada Tirol (rua São Francisco) est une adresse unique. Située au centre du village, à 200 mètres de la plage, cette dernière est connue pour son ambiance plus que festive et son accueil absolument parfait, à ne pas manquer (environ R$ 40 la nuit). Cette dernière propose d'ailleurs des tours en buggy supers pour la somme tout à fait correcte de R$ 50. C'est le point de chute des backpackers du coin.

Emportez des espèces
Et pour vous restaurer, plusieurs restaurants vous propose des poissons grillés (un peu chers cependant) à tomber. Attention par contre à l'absence de banque et de distributeur dans le village. Même si de nombreux commerces acceptent la carte de crédit, il est préférable de partir avec une bonne somme d'espèces. Dans le pire des cas, l'auberge Pousada Tirol permet d'obtenir des espèces en échange d'un paiement par carte avec commission.  

Pour ceux dont le voyage s'achève et qui souhaitent retourner à Rio, Sao Paulo ou autre grande ville, il ne vous reste plus qu'à faire le chemin inverse jusqu'à Fortaleza et à prendre l'avion. Et les autres, plus chanceux, pourront continuer leur route jusqu'à la ville de São Luis do Maranhão.

Nathan CAHN (www.lepetitjournal.com - Brésil) jeudi 15 octobre 2015

*Photos : Nathan Cahn / Jonathan Urbano / Jan Daldrop

0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet