Vendredi 21 septembre 2018
São Paulo
São Paulo
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

CULTURE - Un musée consacré à la Mémoire de la Résistance à São Paulo

Par Lepetitjournal Sao Paulo | Publié le 28/09/2016 à 22:05 | Mis à jour le 05/01/2018 à 08:30

Les anciennes cellules du Département de l'ordre politique et social (Deops), scène d'un des pires moments de l'histoire du Brésil, abrite le Mémorial de la résistance de São Paulo.

"Olavo Hanson est mort ici", est écrit sur le mur de la cellule. L'ancien édifice de briques rouges du Département de l'Ordre Politique et Social (Deops), au Largo General Osorio, aujourd'hui devenu l'Estação Pinacoteca, de l'extérieur peut bien être un bel exemple de revitalisation du centre de São Paulo.

Pourtant, il a été le théâtre d'actes cruels lors des "années de plomb". Dans ce lieu, les opposants à la dictature ont été emprisonnés, torturés et même assassinés. Aujourd'hui, il abrite le Mémorial de la Résistance, qui honore les victimes et la mémoire de la résistance et de la répression.

Quatre cellules rénovées

À l'intérieur, quatre cellules rénovées remémorent la trajectoire du Dops, fondé en 1924 pour combattre les mouvements sociaux jugés dangereux pour l'ordre national, comme l'anarchisme et le syndicalisme. Les salles de tortures demeurent toutefois verrouillées. La restauration a été faite à partir des souvenirs d'ex-prisonniers qui contèrent comment était la vie de ce lieu sinistre. "Les gens nous remercient d'avoir créé cet espace à la mémoire des résistants. Beaucoup nous avouent qu'ils ignoraient que cela avait existé", raconte Ivan Seixas, directeur du Forum des ex-prisonniers politiques de l'État de São Paulo. Une des cellules a été reconstituée comme au temps de la répression, tandis que les autres sont représentées sur une maquette exposée dans la deuxième salle. La ligne du temps reproduite sur ses murs est un véritable cours d'histoire. La suite du parcours amène vers quatre des dix cellules restantes du complexe, puis dans le corridor où les détenus prenaient leurs bains de soleil. 

Cellules
Oubliés les toilettes infectes, les murs sales, les inscriptions gravées par ceux qui y ont séjourné, tout a été effacé lors de la rénovation de 2002. Cette belle peinture moderne peut donner l'impression que les cachots paraissaient de confortables chambres d'hôtel. Mais des photos, des inscriptions et des témoignages enregistrés relatent tout le calvaire vécu par ses résidents.

La première cellule raconte en images le processus de la conception du mémorial. Sur les murs, diverses citations révèlent leur quotidien. "Moi, Josée Paiva, 12/06/69, était ici. Il y a avait plusieurs inscriptions de ce type ici". Justement, où sont-elles ? Certains murs avaient encore des messages, paraît-il. Dommage, qu'ils aient été effacés, puisque cela aurait donné plus d'authenticité. La troisième cellule reconstituée à partir de photos et les inscriptions gravées par d'ex-prisonniers eux-mêmes donne tout de même une idée de ce à quoi ressemblait l'espace.

Comment était-ce vivre dans un tel lieu ? Et les repas ? Les prisonniers pouvaient-ils prendre un bain ? Comment se passait le bain de soleil ? Était-il permis de recevoir de la visite ? Réponse : cellule suivante. Sept ex-résidents narrent leur quotidien et le climat de solidarité qui y régnait. On en ressort touché et mieux éclairé sur cette page sombre de l'histoire du Brésil.

Marc GALLICHAN (www.petitjournal.com - Brésil) Rediffusion

Informations : http://www.memorialdaresistenciasp.org.br/memorial/ / Ouvert tous les jours (sauf le mardi) de 10h à 17h30 / Entrée gratuite / Largo General Osorio, 66 - Santa Infigênia

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Sao Paulo

#MAVIEDEXPAT

S’installer à l'étranger : 8 bons réflexes

Vous débutez une nouvelle aventure à l’étranger ? Où en êtes-vous dans vos démarches ? Pas de panique, nous avons listé les 8 incontournables à traiter dans les meilleurs délais.

Que faire à Sao Paulo ?

VARILUX - 20 films français dans 60 villes du Brésil en juin

Au-revoir là haut, L'échange de Princesses, Le Brio ou encore Tout le monde debout seront à l'affiche très bientôt au Brésil. Le Festival Varilux de Cinéma Français au Brésil revient du 7 au 20 juin

Sur le même sujet