Dimanche 17 janvier 2021

VGE et le Chili : entre l'accueil des réfugiés et l'opération Condor

Par Naïla Derroisné | Publié le 03/12/2020 à 16:56 | Mis à jour le 04/12/2020 à 14:23
Photo : Licence Creative Commons
valéry giscard d'estaing chili

L’ex-président français Valéry Giscard d’Estaing est mort de la covid-19 ce mercredi 2 décembre. Il était âgé de 94 ans. Valéry Giscard d’Estaing a été l’un des trois présidents français à avoir reçu des réfugiés chiliens après le coup d’état militaire du général Augusto Pinochet. C'est également sous sa présidence que des généraux français auraient participé à l'opération Condor dans les dictatures d'Amérique Latine, dans les années 1970-1980.

Le 11 septembre 1973, lorsqu'Augusto Pinochet prend le pouvoir, c’est Georges Pompidou qui est aux manettes du gouvernement français. Ce dernier réagit avec beaucoup de distance au putsch qui a lieu au Chili. Neuf mois plus tard, en mai 1974, les Français élisent leur nouveau président qui n’est autre que Valéry Giscard d’Estaing. Durant la seconde moitié des années 1970, sous la présidence de VGE, la France a largement ouvert ses portes aux réfugiés chiliens. Dans une interview réalisée en 1977 à propos de la politique étrangère de l'hexagone, Valéry Giscard d’Estaing répond aux questions de journalistes de la presse écrite et de la radio. Il présente la France comme une terre d’asile précisant qu’elle "a reçu 5.000 Chiliens qui sont actuellement sur [le sol français]."

VGE et le Chili, l'ombre de l'opération Condor

Mais l’histoire entre l’ex-président de la République Française et le Chili comporte aussi une part d'obscurité. Selon la journaliste, réalisatrice et lauréate du Prix Albert-Londres en 1995, Marie-Monique Robin, le gouvernement de Valéry Giscard d’Estaing aurait secrètement collaboré avec celui d’Augusto Pinochet dans le cadre de l’opération Condor. Après deux années d’enquête en Amérique Latine et en Europe, Marie-Monique Robin raconte cette histoire dans un livre et un documentaire intitulés Escadrons de la mort, l’école française. La journaliste explique comment au cours des années 1970-1980, d’anciens généraux français ont été impliqués dans cette opération Condor en enseignant leurs méthodes de lutte anti-subversive à leurs homologues latino-américains. Cette mission consistait en une vaste campagne d’assassinats de sympathisants de la gauche latino-américaine, et de lutte anti-guérilla. Un travail réalisé conjointement par les services secrets des dictatures du Chili, d'Argentine, de Bolivie, du Paraguay et d’Uruguay, auquel ont secrètement pris part des pays européens, dont la France sous la présidence de Valéry Giscard d'Estaing. 

naïla Derroisné

Naïla Derroisné

Journaliste de formation Naïla mène divers projets d’investigation et audiovisuels au Chili, où elle vit depuis 2019. Correspondante pour des médias francophones elle est aussi la rédactrice en cheffe de Lepetitjournal.com à Santiago.
0 Commentaire (s)Réagir