Vendredi 21 septembre 2018
Santiago
Santiago
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Paula Forteza - "Je suis là pour aider les Français de l'Etranger"

Par Lepetitjournal Santiago | Publié le 02/08/2018 à 17:00 | Mis à jour le 02/08/2018 à 18:01
Paula Forteza

Elue députée des Français d’Amérique Latine et des Caraïbes en juin 2017, Paula Forteza réalise cette semaine son premier déplacement officiel au Chili. L’occasion de faire le bilan de sa première année de mandat, mais aussi d’évoquer ses projets pour les Français de l’étranger. 
 


Cela fait aujourd’hui un peu plus d’un an que vous avez été élue à la tête de cette 2e circonscription des Français de l’étranger. Quel premier bilan faites-vous de votre mandat ? 

C’est un mandat particulier, car j’ai un travail différent de celui de mes collègues. J’ai, d’une part, une activité assez dense à Paris, au sein de la commission des lois, mais aussi cette immense circonscription que je dois sillonner d'autre part. 

Un an après, je fais un bilan très positif. J’aime beaucoup mon mandat. Je sens que j’arrive à représenter ce que les Français de l’étranger attendent, car je l’ai vécu moi-même. J’ai eu cette expérience et je peux, disons, transmettre au niveau des autorités les besoins des Français. On a fait un grand effort pour mettre mon expertise numérique au service de mon mandat, ce qui est clé dans cette circonscription aussi dense géographiquement. Cela passe par des newsletters, des permanences virtuelles pour échanger directement, des consultations en ligne, etc. On essaie ainsi d’utiliser toute la puissance du numérique pour rester au plus proche des Français de l’étranger.

Concernant les domaines sur lesquels je m’étais engagée, à savoir la transformation institutionnelle au niveau français, j’ai pu m’engager sur la loi Confiance, une loi très importante du début du mandat. Nous avons travaillé sur la transparence, la rénovation des mandats parlementaires et sur la moralisation de la vie politique. J’ai également pu travailler sur la RGPD et le projet de réforme constitutionnelle. En circonscription, j’ai pu me déplacer sur place et visiter notamment beaucoup d’établissements scolaires. C’est l’une de mes priorités, en lien avec la réforme de l’enseignement français à l'étranger qui approche. 

Enfin sur le numérique - un sujet qui me tient à cœur - j’ai pu travailler à la transformation du fonctionnement de l'Assemblée nationale, en essayant de l’ouvrir, de la rendre plus transparente, notamment par le biais de consultations et de formations pédagogiques auprès de mes collègues.

 


Quels sont les objectifs de votre mandat concernant les Français de l’étranger ? 

Concernant les lycées de l'Étranger, une mission parlementaire a été lancée aujourd’hui sur le sujet par Samantha Cazebonne, qui a été directrice d’école et qui, par conséquent, connaît très bien le réseau. Elle a eu cette responsabilité de pouvoir travailler en amont cette réforme, alimentée par tous les députés de l’étranger. Cette annonce va être suivie d’une série de consultations ouvertes aux Français de l’étranger, mais aussi par des concertations plus ciblées, permettant de réunir les parties prenantes au projet. Cette méthode - qui est la même pour toutes les réformes que nous entreprenons - débouchera sur des propositions de réforme. Le but est de consolider l’existant - le réseau tel qu’il existe ne sera pas remis en cause, contrairement à ce qui a pu être dit pendant la campagne - et de pouvoir l’étendre. Dans de nombreux discours, Emmanuel Macron a précisé vouloir doubler la quantité d’étudiants dans les établissements français dans le monde. L’idée est de pouvoir atteindre ces objectifs en développant des modèles hybrides, avec des financements du secteur privé ou des autorités locales. Beaucoup d’acteurs, qui croient en l’éducation à la française, sont prêts à investir.


Qui seraient ces acteurs par exemple ?

Nous avons des entreprises françaises mais aussi des autorités locales qui,  dans leurs écoles, aimeraient avoir des classes dédiées au programme français ou des filières qui permettraient d’enseigner le français et d’attribuer le bac par exemple. L’idée est d’être créatif et de trouver des solutions pour faire croître la francophonie dans le monde.


Quel est le projet du gouvernement concernant les Français de l’étranger, notamment sur les questions de fiscalité ? 

Parmi les députés des Français de l’étranger, chacun a sa spécialité afin de pouvoir mutualiser nos compétences et travailler ensemble. Concernant la fiscalité, c’est ma collègue Anne Genetet qui est en charge de ces questions. L’objectif de sa mission est de remettre à plat le système existant afin d’éviter les doubles impositions, faciliter les retours en France et obtenir un système plus juste, plus lisible. Les recommandations et les conclusions seront publiées à la rentrée et déboucheront sur un ensemble d’actions à entreprendre.

L’autre sujet important est la rénovation du système de représentation des Français de l’étranger. Je me suis spécialisée sur le dossier, car ce sont des sujets que je traite à la commission des lois. Dans le cadre de la réforme constitutionnelle, une première proposition de l’exécutif vise à créer une circonscription unique, avec un système à la proportionnelle. Un modèle plus semblable à celui des sénateurs en somme, dans lequel tous les élus représentent tous les Français de l'étranger. De notre côté, nous voudrions faire une contre-proposition, car nous pensons vraiment que les circonscriptions ont un rôle spécifique à jouer. C’est important de connaître ses régions, d’avoir une proximité culturelle avec elles, de comprendre leurs enjeux et de faciliter le travail avec les Ambassades, les conseillers consulaires, etc. L’idée est aussi de faire évoluer le système des conseillers consulaires afin d’en réduire le nombre, mais de leur donner plus de moyens pour se déplacer, aller à la rencontre des Français ou encore se rendre à Paris.


Jeudi soir, vous avez prévu de rencontrer la communauté française installée au Chili. Qu’attendez-vous de cette session ? 

Nous réalisons ces réunions publiques lors de tous mes déplacements. Ce sont les moments que je préfère, car cela me permet de rencontrer les Français, d’avoir des discussions ouvertes et informelles, de faire connaissance, d’écouter des cas concrets de problématiques qui peuvent par la suite nourrir nos réflexions. Je veux vraiment leur faire sentir que je suis à leur disposition et que je suis là pour les aider.

 

Réunion publique en présence de Paula Forteza
Jeudi 2 août, à 19h30 à l'Institut Français,
Francisco Nogueira 176, Providencia. 

Nous vous recommandons

logofbsantiago

Lepetitjournal Santiago

L'édition de Santiago de Lepetitjournal.com, le média des Français, des francophones et des francophiles à l'étranger
4 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Kristhian mar 07/08/2018 - 15:49

Parfaite notre représentante, on essaye d'éviter la double imposition pour les français résidents á l'étranger, j'ai contacté après son élection cette dame sur le fait avéré que les français de l'étranger payent en France un impôt sur le revenu égal au double de celui qu'ils auraient á payer en étant résidents en France avec le même revenu, la direction des impôts en France m'a répondu par des références á des textes inconnus du public, quant á notre représentante elle m'a informé qu'elle s'en occuperait sous peu... depuis rien! Il suffit sur le site de la Dir. des Impôts, avant de se connecter, de simuler votre impôt sur le revenu en donnant une adresse quelconque en France. C'est facile et ça ne rapporte rien. Merci beaucoup.

Répondre
Commentaire avatar

Kriss lun 06/08/2018 - 20:51

P. Forteza: "On ne peut pas gagner toutes les batailles en six mois" ….. Alors que fait-on quand la réalité démontre que de cinq ans en cinq ans les citoyens voient que vous creusez de plus en plus profond la tombe de la France car vous ne vous changez pas vous-mêmes. Le Peuple selon Michel Onfray est « ceux que l’on écoute pas » Permettez-moi de vous dire qu’aucun politicard aujourd’hui n’honore la fonction REPRESENTATIVE DU PEUPLE et je vais vous démontrer pourquoi pas même vous sur vos propres assertions : "…..faire évoluer le système des conseillers consulaires afin d’en réduire le nombre, mais de leur donner plus de moyens pour se déplacer…" Non chère madame car la fonction des Conseillers consulaires est inutile! Pas nécessaire ce n’est pas leur boulot! Les Instances consulaires ont justement été créées pour ça ! C’est un doublon administratif couteux, ce qu’ils font est tout simplement du Service au public travail dévolu au Consulat lui-même. Accumulation gabegie que vous persistez donc à ne pas comprendre et il y en a des centaines ainsi! Pourquoi? Tout simplement par la dégradation de la simple notion de service public qui n’est pas un dû syndicalisé privilégié, un droit acquis, mais un devoir citoyen envers les autres ! Pas la même chose! On en est loin ! Ainsi normal, avec une telle mentalité conservatrice réactionnaire de gauche, que vous n’en voyez pas le besoin d’économie! Or il s’agit des impôts des citoyens voyez-vous, ceux qui peinent, ceux qui travaillent avec les risques de ne plus travailler demain, pas de ceux bénéficiant d’avantages professionnels bien négociés! Les notions de service public depuis trop longtemps, ont été saccagées par des intérêts de clans professionnels! Résultat aujourd’hui il y a 6 millions de fonctionnaires inamovibles archi privilégiés et vous voudriez y ajouter les copains pour faire leur boulot alors que tous les économistes disent qu’il faut impérativement les enlever en plus de 3 millions de fonctionnaires ? Chiffres sur des faits devenus énormes aujourd’hui, pas des discours et vous, vous voudriez repartir de plus belle dans la gabegie ! Vous ne voulez toujours pas prendre le taureau par les cornes et alors vous faites …de la politique…ben oui à votre jeune âge avec votre ordinateur sous le bras … comme les vieux avec papier crayon rien ne change dans le fond! Un autre exemple de doublon tout chaud celui là, pour rire voulez-vous ? Cette patate brûlante que Jupiter refile à sa com pour la refroidir ! La vôtre sur laquelle vous et vos confrères ne dites surtout rien et qui alors en dit beaucoup! Je reprends ce que je disais plus haut et ainsi encore on pourrait dire de même du gros doublon BENALLA ce n’était pas son boulot non plus mais celui là à mal tourné car cet idiot n’a pas su garder sa patate chaude discrète pour lui, c’est sa tête qui a chauffé ! Imaginez-vous alors combien de champs de pommes de terre en France? Tous ceux qui se taisent comme vous et encaissent ? En avez-vous conscience ? Aussi svp ne nous leurrez pas de votre expertise numérique, votre joujou, un simple moyen, la n’est pas le problème. Votre « shit in » politicaille nous démontre par les faits et les chiffres que pas 6 mois mais un an après, que vous êtes irrémédiablement dans le « shit out » attendu ! Vous ne voulez comprendre vous aussi que si les principes sont bafoués, vous n’arriverez à rien, pas plus que les autres, que faire de la politique néfaste ! Les fonctions administratives, parlementaires, tous ces rouages d’ Etat corrompus dans lesquels vous êtes entrés sans rien changer sont devenus riches en se privilégiant sur le dos de l’état citoyen devenu pauvre par leurs fautes ! Voilà de quoi se meurt la France et Macron suit le même filon! Macron ou un autre peu importe voyez-vous, s’il n’était politicard comédien comme les autres, la France a besoin d’une énorme révolution sur l’immense chemin de notre Histoire et vous nous proposez une mignonette cueillette de pâquerettes en marche sur votre petit chemin avec ordre jupitérien de vous taire sans faire d’histoire! La honte non ? "....activité assez dense …. au sein de la commission des lois……la transformation institutionnelle… la loi Confiance….sur la transparence, la rénovation des mandats parlementaires et sur la moralisation de la vie politique….. la RGPD et le projet de réforme constitutionnelle...". Si j’ai bien perçu les débats délibérément tronqués de la Commission d’enquête parlementaire sur l’affaire BENALLA , les non-dits, les sous entendus, les sourires, les serments entre deux toussotements incertains , les évidences qu’on ne veut voir etc. etc. de « … la densité de votre activité.. » comme vous dîtes jointe à celle de vos confrères je n’en ai vu qu’une densité à serrer les fesses en laçant vos godillots ! Pas mal comme jeune commencement en politique, maintenant pas même la langue de bois ni même tournée 7 fois dans sa bouche mais coupée illico par ordre supérieur ! Alors épargnez-nous vos gros mots CONFIANCE …TRANSPARENCE… MORALISATION si vous n’avez pas même honte d’utiliser ces mots et vous taire quand ils sont bafoués? Or voilà le problème voyez-vous ! « …transformation du fonctionnement de l'Assemblée nationale, en essayant de l’ouvrir, de la rendre plus transparente, notamment par le biais de consultations et de formations pédagogiques auprès de mes collègues.. ». Ou-là-là madre mia ! Svp chère madame, la France a plus de siècles d’existence que votre âge ne sait compter ! Lisez Montesquieu svp! Avant de vouloir changer quoi que ce soit dans nos formes parlementaires bâties petit à petit commencez par vous plier à faire fonctionner celles qui existent et surtout en respecter les principes qui viennent de plus loin encore! Alors oui prenez votre ordinateur chéri, internet Wikipédia et lisez tout sur la Démocratie et nos grands décideurs …pour avoir une idée ...d'avant vous.

Répondre
Commentaire avatar

ours vaudois mar 14/08/2018 - 08:00

"Concernant la fiscalité, c’est ma collègue Anne Genetet qui est en charge de ces questions" Ce serait plus efficace de créer un comité Théodule ?

Répondre
Commentaire avatar

jeffig ven 03/08/2018 - 09:23

Elle a peur, la dame, d'annoncer sa formation politique??

Répondre
Sur le même sujet