Mercredi 19 septembre 2018
Santiago
Santiago
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

PSYCHOLOGIE-Les atouts des enfants bilingues

Par Lepetitjournal Santiago | Publié le 17/04/2007 à 02:00 | Mis à jour le 19/05/2018 à 01:30
Capture d’écran 2018-05-18 à 19.29.07

Le bilinguisme est une chance que connaissent beaucoup d'enfants parmi ceux de nos lecteurs. Hervine de Kersauson, psychologue française, et future maman, nous dit pourquoi; et comment en tirer parti.

Vicente et Thibaut, une maman française, un papa chilien;plein de mots pour jouer( photo C.G)


Être vraiment bilingue, c'est pouvoir s'exprimer et penser dans deux langues avec un niveau de précision identique dans chacune d'entre elles, c'est aussi se mouvoir dans deux cultures. Une chance que bon nombre d'enfants, parmi ceux de nos lecteurs, ont en naissant dans un foyer franco-chilien, ou simplement en grandissant au Chili entre des parents francophones. De plus, ce don très envié donne d'autres atouts. Mais attention, il ne va pas toujours de soi, nous explique la psychologue française installée à Santiago : Hervine de Kersauson

Quels sont les atouts de l'enfant bilingue ?
Les enfants bilingues seraient plus créatifs, plus ouverts et plus flexibles que les autres ! À condition bien sûr, qu'ils soient élevés dans un environnement affectif stable et culturellement riche. N'oublions pas que ce sont le sentiment de sécurité et les interactions avec les adultes qui comptent avant tout dans le développement d'un enfant. Moyennant quoi élevé par des parents « suffisamment bons », les enfants bilingues acquièrent très tôt une conscience métalinguistique (au delà du langage) : Ils comprennent alors mieux que les autres que chaque langue est un monde en soi avec ses codes propres. Passer d'un code à l'autre, implique d'avoir synthétisé les spécificités verbales et communicatives de chaque langue, et de les exprimer de manière contrôlée, adaptée. Ainsi, cette conscience leur permet d'acquérir un comportement linguistique, social, affectif, lié à chaque langue. Ils développent par là leur capacité d'adaptation, leur intelligence.
De plus, certaines recherches montrent que quand on parle bien une deuxième langue, on parle mieux sa langue maternelle. Cela serait dû à cette même croissance synaptique précoce et simultanée de deux aires de langage dans le cerveau. Le vocabulaire de ce fait est plus riche, les tournures sont plus libres. D'autres auteurs suggèrent que les enfants bilingues obtiendraient aussi de meilleurs résultats en mathématiques.

Mais le bilinguisme peut-il être source de difficultés ?
5 % des enfants de la population générale présentent des troubles du langage. Et les petits bilingues? Tout ce que l'on peut dire est que chez les enfants élevés dans une double culture, le langage est un moyen privilégié?d'exprimer un trouble qui chez un autre pourrait passer par le sommeil ou l'alimentation? Il ne faut pas oublier que le angage est aussi le vecteur de l'affectivité, l'identité, la transmission et la communication dans une famille. Ainsi des problèmes de langage chez un enfant bilingue devraient d'abord faire penser à des difficultés psychologiques avant d'être mis sur le compte du bilinguisme.

Une pratique qui s'entretient
Attention : garder deux langues à un même niveau demande des efforts. Une étude menée en Suède sur des enfants issus de couples mixtes binationaux a montré qu'il est très difficile, voire impossible, d'accéder à un bilinguisme équilibré si l'exposition à la langue 2 est limitée au seul contact avec les parents.
C'est pourquoi il est important que les deux langues jouissent du même prestige et du même intérêt. Pensez à proposer à vos enfants un environnement riche et stimulant dans chaque langue (livres, histoires, cassettes, amis,). En âge scolaire, les enfants n'aiment pas être différents de leurs camarades qui ne parlent qu'une langue. Si ils ne perçoivent pas l'autre langue comme valorisée dans la famille, ils auront vite fait de l'oublier.
Mais la meilleure arme pour faire de son chérubin un Etre prêt pour la mondialisation, c'est encore de lui offrir des échanges riches au sein de la famille, en lui faisant découvrir d'autres cultures avec une grande ouverture d'esprit. Si cela se fait en plusieurs langues, ce sera encore mieux.
Hervine de Kersauson , psychologue clinicienne (www.lepetitjournal.com) mardi 17 avril













 

logofbsantiago

Lepetitjournal Santiago

L'édition de Santiago de Lepetitjournal.com, le média des Français, des francophones et des francophiles à l'étranger
0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet