Mardi 21 septembre 2021

Au Chili, les hommes plébiscitent la vasectomie

Par Lepetitjournal Santiago | Publié le 05/08/2021 à 02:00 | Mis à jour le 05/08/2021 à 11:02
Photo : unsplash.com
Un docteur homme tient un stéthoscope dans sa main

La vasectomie, la nouvelle méthode de contraception en vogue au Chili ? La démarche a de quoi surprendre, mais c’est pourtant un phénomène qui touche de plus en plus de Chiliens.

 

Selon le ministère de la Santé, 23 220 hommes ont eu recours à cette opération en 2017, alors qu’ils étaient seulement 7 207 en 2010. Une nette progression, que les professionnels de la santé expliquent par une volonté des hommes de prendre en charge, eux aussi, la contraception au sein de leur couple.

 

Vers une contraception paritaire au Chili ?

"Les nouvelles générations ont joué un rôle actif dans ce phénomène, car il n’y a jamais eu aucune campagne, publique ou privée, incitant à recourir à cette méthode", expliquait à La Tercera Juan Carlos Frias, urologue à la Clinica RedSalud de Santiago. Dans un contexte de lutte anti-machiste, "la vasectomie est petit à petit apparue comme une véritable déclaration d’égalité", renchérit Cristián Palma, urugologue à la Clínica Las Condes, qui rappelle également qu’Internet a permis de rendre l’information plus accessible autour de cette opération longtemps entachée de préjugés. Indolore ou presque, peu coûteuse, et sans effet notoire sur la sexualité, la vasectomie s’avère rapidement plus attrayante pour les couples que la ligature des trompes, son équivalent féminin, nettement plus douloureux et onéreux. "Les deux méthodes sont permanentes, très efficaces et sûres pour les couples qui ne veulent plus avoir d’enfants [...] Toutefois, il est recommandé de préférer la vasectomie, plus simple, sûre, facile et moins chère que la stérilisation féminine", détaille l’OMS.

 

La vasectomie, avec ou sans enfants

Âgés en moyenne de 37 à 44 ans, les hommes qui choisissent de se soumettre à une vasectomie sont généralement déjà à la tête d’une famille d’un ou de plusieurs enfants, à l’image de Rodrigo qui explique les raisons de sa décision au magazine chilien Paula : "Ma femme et moi avions déjà deux enfants et nous n’en voulions pas d’autres. Quand mon médecin m’a parlé de la vasectomie, cela m’a paru une bonne alternative. Cela permettait aussi d’épargner le corps de ma femme, qui prenait la pilule depuis ses 20 ans." 

À l’inverse, certains couples optent pour la vasectomie tout simplement parce qu’ils ont pris la décision de ne jamais avoir d’enfants. C’est le cas par exemple de Carolina et Javier, presque quadragénaires, qui après des années d’incertitude ont exprimé, l’un à l’autre, leur non-désir d’être parents. "Ensemble, nous avons décidé que cela ne ferait pas partie de notre projet de vie", confient-ils dans le supplément du journal La Tercera

 

En France, 3 000 hommes ont eu recours à une vasectomie en 2017

Récemment, c’est en Colombie qu’un couple s’est fait connaître sur les réseaux sociaux en célébrant le fait qu’ils n’auront jamais d’enfant. Refusant d’imposer à la planète, qu’ils estiment déjà surpeuplée et sur-polluée, un nouvel être humain. Andrès et Natalia ont ainsi annoncé sur Facebook qu’ils avaient fait le choix de la vasectomie, ne manquant pas de s’attirer les foudres des internautes les plus conservateurs.

Pour rappel, la vasectomie est une intervention chirurgicale facultative consistant à couper les canaux déférents qui transportent les spermatozoïdes du testicule à la prostate. L’opération est généralement réalisée sous anesthésie locale ou ambulatoire, la plupart des patients restant conscients durant l’intervention. Selon Le Figaro Santé, en France, 3 000 hommes ont eu recours à une vasectomie en 2017.

Nous vous recommandons
logofbsantiago

Lepetitjournal Santiago

L'édition de Santiago de Lepetitjournal.com, le média des Français, des francophones et des francophiles à l'étranger
0 Commentaire (s) Réagir