Dimanche 15 décembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

POLITIQUE - Pourquoi peu de femmes sont maires au Chili ?

Par Lepetitjournal Santiago | Publié le 19/08/2016 à 11:44 | Mis à jour le 10/10/2018 à 14:06
femmes maires chili

A deux mois des élections municipales au Chili, une étude du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) révèle que les inégalités de genre sont particulièrement fortes dans l'accès au poste de maire.

Si la parité hommes-femmes est loin d'être acquise au sein du parlement chilien, elle l'est encore moins dans les mairies. Selon les chiffres du PNUD publiés fin juillet, alors que 15,8% de femmes occupent actuellement un siège au Sénat ou à la Chambre des députés, seulement 12,5% des maires du Chili sont des femmes.

Avec un pourcentage de 12,9% en 2000, la tendance s'est même aggravée lors des quatre dernières élections municipales. Ces résultats démontrent la persistance d'un « plafond de verre » pour les femmes chiliennes qui souhaitent accéder au pouvoir politique, et particulièrement au niveau local.

Peu de femmes sont candidates

Mais pourquoi peu de femmes deviennent maires au Chili ? L'une des principales réponses est que peu d'entre elles sont candidates. En 2004, 17% se sont présentées aux élections municipales, contre seulement 15% en 2012.

La faible nomination de femmes candidates aux mairies est une pratique commune à tous les partis politiques. Lors du scrutin de 2012, le Parti progressiste (PRO) et le Parti radical (PR) ont présenté moins de 10% de candidates et seulement l'Union démocrate indépendante (UDI) et le Mouvement vaste social (MAS) en ont présenté plus de 20%.

Le pourcentage de femmes candidates n'est pas forcément proportionnel au pourcentage de femmes élues, indique cependant le PNUD. En 2012, sur 17% de personnes de sexe féminin nommées sur les listes électorales du Parti socialiste (PS), seulement 3% ont été élues maires alors que sur les 14% nommées par le Parti communiste (PC), 25% ont été élues.

La responsabilité des partis politiques

Cette différence s'explique par la stratégie des partis, précise le PNUD. Certains nomment des femmes pour se porter candidates dans des communes où elles n'ont aucune chance de remporter les élections.

Interrogés par le PNUD sur les raisons pour lesquelles ils ne désignaient pas davantage de femmes pour candidater aux élections municipales, les partis ont répondu qu'il n'y avait « pas de femmes ». Pourtant, selon les registres du Service électoral du Chili (Servel), près de la moitié des militants des organisations politiques sont des femmes. Le Servel en dénombre plus de 50% dans les rangs du PR, du PRO et du MAS, et même jusqu'à 60% au sein de la UDI.

Les partis ont donc un rôle primordial à jouer dans la défense de la parité en politique. Mais à l'approche des élections municipales de 2016, il semble qu'ils ne soient pas encore disposés à briser le « plafond de verre » subies par les femmes. Lors des primaires de juin, 23% de chiliennes étaient candidates et seulement 19% ont été élues. Il paraît donc difficile que le pourcentage de femmes à la tête des mairies augmente à l'issue des élections d'octobre.

Alexandre Hamon (lepetitjournal.com/santiago) - Vendredi 19 août 2016

logofbsantiago

Lepetitjournal Santiago

L'édition de Santiago de Lepetitjournal.com, le média des Français, des francophones et des francophiles à l'étranger
0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet