Lundi 25 mars 2019
Rio de Janeiro
Rio de Janeiro
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

ENVIRONNEMENT - Ce que cache le singe des villes…

Par Lepetitjournal Rio de Janeiro | Publié le 19/10/2010 à 00:05 | Mis à jour le 14/11/2012 à 09:28

Quoi de plus attendrissant, pour ceux qui ont la chance de loger le long d'une rue bordée de verdure à Rio de Janeiro, que d'observer les acrobaties des singes, chaque jour plus nombreux, qui peuplent les arbres des travées urbaines. Ne leur donnez surtout pas à manger ! Ces singes sont une menace pour la diversité biologique

 Le « mico de cheiro » et le « sagui » ces petits singes très communs à Rio, ne font pas partie de la faune locale. Natifs du Cerrado et du Nord-est, ils ont été introduits par la main de l'homme et prolifèrent au détriment de la population des espèces locales. Ils occupent la cime des arbres des villes et chassent les oiseaux et les insectes qui en vivent. Seules les chauve-souris résistent. Et encore, difficilement !

L'arbre qui s'invite où il ne doit pas
Les singes de Rio ne sont pas les seuls prédateurs de la région. Un arbre aussi se multiplie et fait des ravages dans la forêt de Tijuca, le jacquier avec ses gros fruits nauséabonds qui pendent le long de son tronc : « Ses racines semblent contenir des substances chimiques qui modifient la composition des sols et empêchent la croissance des autres plantes » explique la biologiste Helena Bergallo, qui étudie la prolifération des espèces prédatrices dans l'Etat de Rio. « Du coup, la présence de jacquiers attire des animaux qui se nourrissaient jusque-là d'insecte et se mettent à manger les fruits de la plante. Cela provoque un grand déséquilibre dans la population de certaines espèces. »

Autre atteinte à la biodiversité de la région de Rio, les chats ! C'est surtout un problème dans les îles de la Costa Verde, comme Ilha Grande, où certains endroits sont envahis par plus de 1.500 félins redevenus sauvages, qui expulsent toute la faune native.

11.000 types de prédateurs potentiels
« C'est d'autant plus préoccupant que les îles sont plus fragiles, poursuit Helena Bergallo. Vu leur isolement, les espèces natives se défendent moins bien contre leus envahisseurs exogènes. » Ces félidés envahisseurs sont introduits à Ilha Grande par les touristes, qui les abandonnent ensuite dans la nature où ils se reproduisent rapidement.
L'ONU estime que 11.000 espèces d'animaux représentent une menace à la biodiversité dans le monde lorsqu'elles se reproduisent en dehors de leur habitat naturel. C'est la seconde menace en importance, après celle de la destruction de cet habitat natif par la croissance des zones peuplées par l'homme.

Jean-Jacques FONTAINE (www.lepetitjournal.com - Rio de Janeiro) Mardi 19 octobre 2010

Tous les articles de Jean-Jacques Fontaine sur http://visionbresil.wordpress.com

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Rio

São Paulo Appercu
FISCALITÉ

Automobilistes français au Brésil, vous êtes redevable de l’IPVA

Vous avez une voiture et circulez sur le territoire brésilien, vous devez payer l’impôt sur la propriété des véhicules automobiles, l'IPVA !

Communauté

São Paulo Appercu
ENQUÊTE

Projet PROSUB : une alliance France-Brésil menacée

Depuis 2008, La France et la Brésil ont mis en place un programme de développement de sous-marin, le programme PROSUB. Ce programme vise à protéger la zone maritime « Amazônia Azul »

Que faire à Rio ?

São Paulo Appercu
CONCERT

Francophonie: La chanson française mise à l’honneur avec The Rodeo

« The Rodéo » a été choisi pour la semaine de la Francophonie avec un album de chansons françaises portées par une pop sucrée et vintage. L’interprète Dorothée Hamilton a répondu à nos questions

Sur le même sujet