Vendredi 17 septembre 2021

Bilan culturel du mois d’août

Par Quitterie Puel | Publié le 30/08/2020 à 00:00 | Mis à jour le 31/08/2020 à 01:46
exhibit

Nouvelle série pour le journal. Le concept ? revenir sur les évènements culturels qui ont marqué le mois d’août à Perth. Vous proposer une critique constructive et vous dire si la rédaction du journal vous les recommande ou pas. L’objectif de cette série est de donner des idées sorties à nos lecteurs afin qu’ils profitent au mieux de la vie culturelle en Western Australia.  

Souvent, on est à court d’idées et rares sont les sites qui proposent une offre culturelle de qualité dans la ville. Alors c’est parti ! 

 

Exposition : Panacea à l’Art Centre de Fremantle 


Panacea, ou Panacée en français, est un mot du grec ancien qui désigne un remède universel qui paraît-il, guérirait tous les maux.  Alors, l’art comme remède universel ? Cela semble tenir la route. Panacea est une exposition construite uniquement à partir des collections de la ville de Fremantle, qui cherche à apporter un soulagement -un remède- et pourquoi pas une réponse à cette période étrange de pandémie que nous traversons depuis le début de l’année 2020. 

André Lipscombe et Ric Spencer, les deux curateurs de cette exposition, ont choisi 150 œuvres d’art produites par 80 artistes locaux. 

 

PanaceaPanacea est un voyage au cœur du confinement qui relate la réduction géographique que chaque être humain a pu expérimenter suite à la pandémie mondiale. Notre monde s’est subitement limité à notre maison et ces lieux du quotidien ont regagné de leur superbe. 

Cette exposition cherche aussi à montrer les histoires que racontent les collections artistiques d’une ville et ce qu’elles révèlent d’une communauté et des ses habitants. 

Panacea sera exposée à l’Art Centre de Fremantle jusqu’au dimanche 20 septembre 2020. 

Plus d'info: ici

 

 

 

 

Lecture : The Alice Network  organisé par le Book Club : Rosie’s Rogue Readers, Women’s book club 

Le Rosie’s Rogue Readers Women’s book club se tient tous les mois à Northbridge.

C’est un book club australien, tenu par des femmes et pour des femmes. Chaque mois, un roman « féministe » (ou qui du moins parle des femmes et de leur condition) est mis à l’honneur. 

Ce mois-ci il s’agissait de The Alice Network écrit par la romancière américaine, Kate Quinn. Ce roman relate l’histoire du réseau Alice, une organisation sécrète d’espionnes mis en place durant la Première Guerre Mondiale. On y découvre les histoires de Charlie et Eve, deux femmes que tout oppose qui se retrouvent à mener une grande enquête main dans la main. Si le roman souffre de quelques faiblesses, notamment au niveau du mélange des strates temporelles, nous le recommandons chaudement. Les guerres sont montrées sous un autre jour car on y découvre le rôle de femmes courageuses et déterminées.

 

The Alice Network

Pour les femmes qui souhaitent rejoindre ce book club : Rosie’s Rogue Readers : Women’s book club se tient tous les mois à Northbridge. Le livre à l’honneur pour le mois de septembre sera : Girl, Woman, Other de Bernardine Evaristo. 

 

 

 

 

 

 

 

Conférence : Dundja Rmandic et Tom Mùller en discussion à l’Art Gallery

Le 15 août, nous avons aussi eu l’occasion de participer au talk qui se tenait à l’Art Gallery of Western Australia entre la curatrice de l’exposition Pulses Perspectives, Dundja Rmandic et l’artiste Suisse, Tom Mùller. 

Tom Mùller a réalisé l’œuvre Monolith Scores qui est actuellement exposée à la galerie. Une œuvre contemporaine et méditative. Dans ce talk, Dunja et Tom ont notamment échangé sur la relation entre l’art, l’espace et la méditation. Une discussion extrêmement riche au cœur de laquelle de nombreuses questions ont émergé : Comment créer à l’ère du Covid-19 ? 

Comment intégrer les Aborigènes dans le processus de création et de représentation ?  Une discussion passionnante donc. 

Découvrez l’œuvre de Tom Mùller : ici 

Compte Instagram : Mimiandjiinda 

Mimiandjiinda c’est un compte Instagram et, à plus grande échelle, une boutique en ligne, tenue par Lauren Jarrett , une maman aborigène et sa fille, Melissa Greenwood. Elles appartiennent aux tribus Gumbaynggirr, Dunghutti et Bundjalung qui se situent sur la Côte Est de l’Australie. 

 Elles y présentent leurs magnifiques œuvres aux couleurs pastel qui racontent ce que c’est que d’être une femme aborigène dans la société moderne australienne. 

Melissa est actuellement enceinte et vous découvrirez énormément d’anecdotes sur la grossesse et la place de l’enfant dans la société aborigène C’est fascinant. 

Mimiandjiinda

quitteriez puel

Quitterie Puel

Après avoir effectué un master en management de projets culturels à Sciences Po, j’ai décidé de m’expatrier pour trois ans à Perth. J’aime écrire sur des sujets de société, dénicher des bonnes adresses et découvrir des lieux insolites.
0 Commentaire (s) Réagir