Dimanche 25 février 2018
Nouvelle-Calédonie
Nouvelle-Calédonie
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

La province Sud, un des plus anciens partenaires de l'ADIE

Par ADIE Nouvelle-Calédonie | Publié le 13/02/2018 à 06:58 | Mis à jour le 13/02/2018 à 07:04
creabusiness

La province Sud, partenaire de l’ADIE depuis 1999, a mis en place Créa’business en se basant sur le dispositif CréaJeunes. Martine Lagneau, Vice-Présidente de la province Sud nous présente, dans une interview la place de l’ADIE dans le paysage économique calédonien

propos recueillis par Claudia Rizet-Blancher

 

Lepetitjournal.com Nouvelle-Calédonie: La province Sud est l'un des plus anciens partenaires de l'ADIE. Dans quel cadre ce partenariat entre-t-il ?
Martine Lagneau : ce partenariat avec l’ADIE date de septembre 1999 ! La Province sud avait alors demandé à l’ADIE de créer une antenne en Province sud afin que les prêts accordés par l’ADIE à ceux qui ne peuvent emprunter aux banques, puissent compléter les dispositifs de subventions provinciales aux porteurs de projets, 17 ans après, cette relation est toujours forte et efficace.
Ce partenariat entre donc dans le cadre de la volonté de la province sud de faciliter la création d’entreprises, en particulier à ceux qui n’ont pas au départ de leur projet les moyens de se lancer.
La DEFE, direction de l’économie et de l’emploi de la PS est en charge d’assurer le lien permanent avec l’ADIE

LPJNC : Vous renouvelez cette année votre financement auprès de l'ADIE. Au-delà de ce partenariat financier, quel est le rôle de la province Sud auprès de l'ADIE ?
ML : La Province sud a un rôle de financeur, sous plusieurs aspects : nous finançons le budget de fonctionnement de l’ADIE pour la part de son activité en province sud, nous financions jusque ces dernières années le fonds de prêts d’honneur de l’ADIE et nous accordons aux prêts faits par l’ADIE la garantie de la province sud au travers du FGPS. Cela permet de limiter l’érosion des fonds que l’ADIE engage dans ses prêts. Pour la petite histoire, sans cette garantie du FGPS l’ADIE n’aurait sans doute pas pu démarrer puisqu’au début de ses activités l’ADIE prêtait des fonds qui lui étaient mis à disposition par la BCI, celle-ci ne l’aurait sans doute pas fait sans une garantie de la province.
L’autre rôle auprès de l’ADIE est de partager nos analyses de la situation économique, des difficultés des entreprises afin de faire évoluer les dispositifs pour mieux les adapter à la réalité.


LPJNC : Diriez-vous qu'aujourd'hui l'ADIE est devenu en Nouvelle-Calédonie un partenaire incontournable pour les créateurs d'entreprises ?
ML : Oui, très sincèrement, je pense que l’ADIE fait partie du paysage économique de la province Sud, c’est un partenaire de grande qualité pour nos services.
Toutefois, son rôle cantonné au micro business pendant des années a évolué et ses interventions permettent également de faciliter l’accès à l’emploi, ce qui rejoint l’autre grande mission de la DEFE : l’emploi avec en particulier une forte action d’accompagnement des demandeurs d’emploi pour mieux les adapter au monde du travail.


LPJNC : La province Sud est à l'initiative de Créabusiness, anciennement Créajeunes. Pourriez-vous expliquer ce qui a motivé la province pour la mise en place de ce dispositif ?
ML : Ce dispositif permet de présenter aux demandeurs d’emploi qui seraient intéressés par l’auto-entreprenariat toutes les facettes de la gestion d’une micro-entreprise. Cela leur assure d’être informés et, si leur projet prend corps, d’être formés et accompagnés. C’est indispensable pour la réussite de ces « aventuriers » de l’entreprise. On ne naît pas chef d’entreprises, il y a un minimum de savoirs à acquérir pour éviter les pièges les plus courants.
Les réunions d’information, de présentation de créa-business qui sont organisées dans les locaux de la DEFE sont de vrais succès, généralement entre 30 et 40 personnes y assistent, cela est porteur d’espoirs sur la volonté des Calédoniens en quêté d’activité.
L’ADIE est donc un partenaire de l’insertion par l’économie et l’activité avec lequel nous allons pouvoir développer nos filières d’économie sociale et solidaire.


LPJNC : Vous avez été vous-même chef d'entreprise, quels conseils donneriez-vous aujourd'hui à toute personne souhaitant créer sa propre structure en Nouvelle-Calédonie ?
ML : De la volonté, de la persévérance et un soutien sans faille de ses proches ! Sans eux beaucoup de projets n’auraient pu être réalisés.


La prochaine session Créabusiness aura lieu du 15 février au 02 mars 2018.

Pour s’inscrire :
Contact Isabelle – tél. : 75.50.06
https://www.province-sud.nc/demarches/creabusiness

 

0 CommentairesRéagir
Sur le même sujet