Mardi 29 septembre 2020
Nouvelle-Calédonie
Nouvelle-Calédonie

Suzanne Wahngoj, aux racines du va’a

Par Véronique Mézille | Publié le 28/06/2018 à 01:03 | Mis à jour le 28/06/2018 à 01:25
Nouvelle-Calédonie pirogue polynésienne

À la voir un sourire réservé aux lèvres, on peine à imaginer que Suzanne est une véritable guerrière sur l’eau. Et pourtant… cette jeune lycéenne originaire de Lifou est déjà vice-championne du monde de va’a longue distance. Rencontre sur la plage de Carcassonne à Plum où elle s’entraîne quotidiennement.

Son nom est peu connu des médias et du grand public. Peut-être parce que c’est sur mer, une rame à la main et non devant les micros et les caméras, que Suzanne se sent le plus à l’aise et révèle tout son potentiel. Et du potentiel, il y en a ! À 17 ans, élève en bac pro au lycée Petro-Attiti, Suzanne est également en formation pour devenir jeune pompier volontaire, en plus de ses entraînements quotidiens au club des Piroguiers du Mont-Dore.

 

Des jeux du Pacifique aux championnats du monde

« Je fais du va’a depuis 8 ans. J’ai commencé en accompagnant une copine au club des Piroguiers du Mont-Dore et ça m’a plus tout de suite ; l’aspect cohésion et la sensation de glisse que j’ai sur ma pirogue. Je m’entraîne tous les soirs. C’est intense, mais quand on est passionné, on est toujours prêt. »

Et cette persévérance paye puisque lors de sa première grande compétition internationale en 2015, les Jeux du Pacifique en Papouasie, elle décroche, avec l’équipe de Calédonie en V6, l’argent sur 1 500 m et le bronze sur 500 m et en longue distance. En individuel, elle fait ses preuves avec une 5e place lors des mondiaux de vitesse en Australie en 2016.

Et bien sûr, ce titre de vice-championne du monde longue distance 2017 à Tahiti. « Les conditions étaient assez dures avec beaucoup de vent, mais j’ai l’habitude ici. Et les autres équipes, tahitiennes et néo-zélandaises, étaient très fortes. Mais mon atout est que je suis plus à l’aise sur les longues distances. »

 

Les longues distances

De l’endurance physique mais également mentale, Suzanne en a à revendre. « J’aime le long et l’individuel où l’important est de fatiguer puis de faire plier la fille qui est à côté en course. Je ne suis pas explosive au départ, mais ce n’est pas grave. J’aime analyser la course de derrière, échafauder des plans de course. »

Un modèle ? « Hinatea Bernardino, c’est l’exemple à suivre pour les filles dans le va’a. C’est une grande championne, j’aimerais bien suivre son parcours et arriver un jour à son niveau. »

Un conseil pour les débutantes ? « Il faut persévérer. Se fixer des objectifs et se donner les moyens de les atteindre.

 

Véronique Mézille

Véronique Mézille

Rédactrice en chef, ethnologue et journaliste de métier, Véronique avoue une passion : l'humain. Son domaine de prédilection : la vie des gens, le journalisme de proximité.
0 Commentaire (s)Réagir

Entreprises d'ici

EMPLOI

Evénement : salon des métiers, de l’emploi et des compétences

Le forum de l’emploi et de la formation change de nom : il s’agit à présent du salon des métiers, de l’emploi et des compétences. Organisé par Les nouvelles calédoniennes, le salon se tiendra le ...

Question santé

La Nouvelle Calédonie reste « confinée »

Les liaisons internationales au départ et à destination de la Nouvelle-Calédonie restent limitées jusqu’au 27 mars 2021 pour des raisons sanitaires liées au COVID 19

Expat Mag

CINÉ

Les Apparences, la bourgeoisie expatriée vue par Marc Fitoussi

Dans son dernier film, Marc Fitoussi s’attaque à la bourgeoisie expatriée. Karin Viard et Benjamin Biolay y campent un couple de Français vivant à Vienne dont la vie semble parfaite, en apparence