Dimanche 26 mai 2019
Nouvelle-Calédonie
Nouvelle-Calédonie
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

MAËL NGUYEN - 15 ans, violoniste surdoué

Par Lepetitjournal Nouvelle-Calédonie | Publié le 02/05/2017 à 17:32 | Mis à jour le 17/07/2017 à 12:53
Mael-2

Ce sourire épanoui et ces yeux pétillants sont ceux de Maël NGuyen. Retenez bien son nom. Mon petit doigt me dit que ce jeune Calédonien n'a pas fini de nous épater avec son violon? A moins que ce ne soit avec le solfège, la composition musicale, ou encore les formules mathématiques, qu'il manie aussi bien que son archet !

 

« Mes différences, c'est ma force ! »


En mathématiques, Maël Nguyen collectionne les très bonnes notes. Il étudie via les cours du CNED (Centre national d'Enseignement à distance) depuis septembre 2016. Ses parents et lui-même ont estimé que c'était la meilleure option pour pouvoir disposer de plusieurs heures par jour pour ? la musique !

Maël ne passe pas par quatre chemins, sa priorité, « c'est le violon ! ».

Cet enthousiasme et cette détermination sont l'aboutissement d'un parcours difficile pour Maël et ses parents, et aussi le début d'une imminente nouvelle vie au Canada?

Après des retards de langage observés dans la prime enfance, les séances chez l'orthophoniste débutent alors que Maël a vingt mois. L'autisme est évoqué pour la première fois. Les débuts à l'école sont très difficiles?

Désarroi familial, vie sociale mise de côté. Jusqu'à ce que l'intuition maternelle entre en contact avec Tomatis.

Dès qu'elle entend parler de cette méthode, Isabelle, la mère de Maël, se précipite sur Internet : elle écrit un mail-fleuve à Françoise Nicoloff, une spécialiste exerçant à Sydney. Maël a 5 ans et demi lorsqu'il part en Australie suivre une première session d'une trentaine d'heures. Il y a en aura une deuxième, un an plus tard. Objectif : stimuler le cerveau et l'aider progressivement à mieux analyser le message sensoriel. Les audio-thérapeutes disent que de cette façon, « l'oreille se met à l'écoute »?

Répertoire majoritairement diffusé alors par le casque Tomatis : les ?uvres de Mozart. « En raison de la prédominance des sons aigus »?

Non seulement l'oreille s'est « mise à l'écoute », mais Maël, lui, s'est mis à l'écoute de son âme? de musicien !

 

La musique, langage prédestiné

2012, Maël est en consultation, à Brisbane cette fois, à la clinique de Tony Attwood, réfé-rent mondial en matière d'autisme Asperger. Le syndrome d'Asperger est établi.

« Le spécialiste m'indique que les Asperger sont réputés pour avoir des dispositions pour apprendre la musique. Dans le cas de Maël, cela s'est révélé on ne peut plus vrai. Il y a vraiment eu un avant et un après le traitement Tomatis. La vie de Maël, et la nôtre avec, a complètement changé ! »

De retour à Nouméa, les parents de Maël proposent plusieurs instruments à leur fils, qui choisit : le violon ! Maël commence à prendre des cours privés auprès d'Amandine Dang, qui, lorsqu'elle constate l'énorme motivation de Maël et apprend qu'il voudrait en faire son métier, pousse son jeune élève à entrer au Conservatoire de Nouméa (CMDNC).

Mars 2015, Martine Vignoud, professeur de violon au Conservatoire de Nouméa, prend le relais. Elle observe rapidement que Maël est « différent » ; elle adapte son enseignement à son nouvel élève, dont les capacités sont hors du commun : la progression fulgurante.

« Je me suis rapidement rendu compte de son énorme potentiel », dit-elle.

Dès la première année au conservatoire, le jeune violoniste intègre d'emblée le second cycle, l'ensemble Les Petits Violons et l'orchestre des élèves. A la fin de la première an-née, il obtient les meilleures appréciations du jury. En 2016, le parcours de Maël a été tel que son professeur le présente à l'examen de fin de second cycle. En seulement quatre ans d'apprentissage, le jeune violoniste atteint le niveau de 3e cycle, alors que cela demande à la plupart des élèves entre huit et dix ans d'apprentissage?

Les aptitudes de Maël au solfège sont tout aussi exceptionnelles.

Oreille absolue, sens du rythme? Dans ce domaine aussi, il a passé ses examens en deux ans au lieu des neuf ans habituels. Meilleures notes et appréciations !

Fin 2015, il avait confié à sa mère : « La clé de sol, c'est comme ma langue maternelle, les autres clés sont comme des langues étrangères que j'apprends. ».

 


Nouvelle vie au Canada

« Maël est doué d'une grande sensibilité musicale, il est capable de travailler des heures durant, sa capacité de concentration est considérable ! » Martine Vignoud appuie la candidature du jeune Calédonien au Conservatoire de Québec.
La bonne nouvelle est tombée. Maël est admis à Québec ! Une nouvelle aventure commence.

« Beaucoup de tracasseries administratives, pour le moment, mais quel bouleversement positif, quelle joie ! », témoigne Isabelle, qui va quitter le Caillou pour accompagner son fils au Canada.

Elle est bien loin, désormais, cette « petite lumière au fond du tunnel » qu'évoquait Isabelle lorsque le couple a pu commencer à communiquer avec Maël, lorsqu'il avait commencé à sortir de sa bulle.

« La nouvelle vie au Canada, je sais que cela ne sera pas forcément tous les jours facile, mais je sais que ce sera beau ! », assure Isabelle.
 

Deux concerts avec le Rotary

Le Rotary-club Nouméa-Ducos-Boulari a invité Maël NGuyen à participer, le 20 mai, au spectacle qu'il organise au Centre culturel de Boulari à l'issue de la 9e édition de la « Semaine Handicapable », programmée par la Ville du Mont-Dore. Entre autres intervenants (la programmation est impressionnante, LePetitjournal.com reviendra sur cet événement), Maël sera à l'affiche au sein des Petits Violons.

Les bénéfices de ce spectacle du Rotary sont destinés à aider financièrement un programme de projets liés au handicap (parmi lesquels les études de Maël au Conservatoire de Musique de Québec).

Et comme une bonne nouvelle n'arrive jamais seule, il y aura un deuxième rendez-vous musical programmé par le Rotary : un concert à la cathédrale de Nouméa, le 8 juillet. Un rendez-vous qui promet, avec un ensemble de cuivres, le trompettiste renommé Nicolas Baronnier, les Petits Violons, ? On nous dit dans l'oreillette que Maël y interprétera en solo la Méditation de Thaïs? En tous cas, cet événement sera l'occasion de lever des fonds cette fois spécialement dédiés au projet d'études du violoniste calédonien.

Maël, aux yeux qui étincellent lorsqu'il évoque la musique. Elle a résolu non seulement la manière d'aborder le monde, mais une forme de dualité : « La musique, c'est le lien entre les mathématiques et le littéraire, entre le solfège et les émotions », estime Maël, qui résume sa vie d'autiste Asperger en ajoutant : « Mes différences, c'est ma force ! »
 

 


Carole de Kermoysan - (http://www.lepetitjournal.com/nouvelle-caledonie) - mercredi 3 mai 2017


Liens utiles
La clinique de Tony Attwood - Minds and Hearts Clinic : http://www.mindsandhearts.net/contact
Tomatis : http://www.tomatis.com.au/francoisenicoloff.php

 



Pas une « maladie »

Le syndrome d'Asperger est un trouble du spectre autistique, pas une maladie.
Les symptômes sont plus discrets que pour l'autisme classique, à tel point qu'on parle d'un « handicap invisible » : les personnes atteintes du syndrome d'Asperger (surnommées les « Aspies ») éprouvent principalement des difficultés majeures dans leurs interactions sociales. Elles décodent avec difficulté les situations de la vie quotidienne. Leur corps, leur cerveau et leurs cinq sens reçoivent les informations correctement, mais un défaut d'analyse empêche un traitement de ces données. Il en résulte, pour la personne atteinte, une appréciation confuse de la vie et de l'environnement. Elle a donc besoin d'être guidée dans la complexité de la vie sociale.
Ce syndrome a été décrit pour la première fois en 1943 par le pédiatre viennois Hans Asperger puis remis en valeur par la psychiatre Lorna Wing, en 1981.


Le chiffre : 31

Asperger, ce Trouble du Spectre Autistique (TSA), concernerait aujourd'hui 31 millions de personnes dans le monde (en France, l'autisme touche 600 000 personnes).
La population masculine est plus particulièrement touchée, avec environ 8 hommes pour une femme.


A découvrir

Le blog d'Alexandra Reynaud
Diagnostiquée aspie à l'âge adulte, elle témoigne de son parcours diagnostique et de ses questionnements. Elle aborde ses difficultés au quotidien, mais aussi ce que sa différence lui apporte.
Son dernier ouvrage publié : « Asperger et fière de l'être ».
http://les-tribulations-dune-aspergirl.com

 


Une BD pour témoigner
Marguerite se sent décalée et lutte chaque jour pour préserver les apparences.
Ses gestes sont immuables, proches de la manie. Son environnement doit être un cocon. Elle se sent agressée par le bruit et les bavardages incessants de ses collègues. Lassée de cet état, elle va partir à la rencontre d'elle-même et découvrir qu'elle est autiste Asperger. Sa vie va s'en trouver profondément modifiée.
« La Différence invisible », de Julie Dachez, chez Delcourt.

 


Le roman d'Hugo Horiot
« Je n'ai pas guéri de l'autisme, j'ai appris à vivre avec », estime Hugo Horiot, comédien et écrivain. Il a reçu le Prix « Paroles de patients », qui récompense des auteurs racontant leur rapport à la maladie et à la guérison. Ce trentenaire atteint du syndrome d'Asperger raconte comment il est sorti du silence.
« L'Empereur, c'est moi », chez L'Iconoclaste.
 

 

0 Commentaire (s)Réagir

Entreprises d'ici

EMPLOI

Evénement : salon des métiers, de l’emploi et des compétences

Le forum de l’emploi et de la formation change de nom : il s’agit à présent du salon des métiers, de l’emploi et des compétences. Organisé par Les nouvelles calédoniennes, le salon se tiendra le ...

Sur le même sujet