Mardi 22 octobre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

#balancetonporc : Sandra Muller condamnée pour diffamation

Par Rachel Brunet | Publié le 25/09/2019 à 15:38 | Mis à jour le 25/09/2019 à 17:14
Photo : Sandra Muller, fondatrice de #balancetonporc
Sandra Muller procès

C’est depuis New York, en plein affaire Weinstein et parallèlement au mouvement planétaire #metoo que Sandra Muller, journaliste à La Lettre Audiovisuelle, a lancé le hashtag #balancetonporc, il y a près de deux ans. Celui qu’elle a présenté comme « son porc », Eric Brion, l’a attaquée en justice, laquelle vient de lui donner raison. Sandra Muller est condamnée pour diffamation et à payer 15,000 euros d’amende de dommages et intérêt au titre du préjudice moral. Son avocat Francis Szpiner a indiqué qu’il entendait faire appel.

 

« On parle de moi comme le premier des porcs »

Eric Brion et Sandra Muller étaient ensemble sur les bancs de la salle de la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris - dédiée notamment aux poursuites en diffamation - le 29 mai dernier. Le premier, nommé publiquement sur les réseaux sociaux par Sandra Muller et accusé de harcèlement sexuel par cette dernière pour lui avoir dit, lors d’un cocktail cannois en 2012 "Tu as des gros seins. Tu es mon type de femme. Je vais te faire jouir toute la nuit". Suite au tweet de la journaliste, devenu viral, l’ancien patron de le chaîne Equidia est devenu, selon ses propres mots « le premier porc de France ». Il avait donc attaqué la Française installée à New York et la justice française vient de lui donner raison en condamnant Sandra Muller pour diffamation.

 

Libération de la parole versus appel à la délation 

Il y aura bien évidemment un second volet au procès de Sandra Muller, son avocat ayant déclaré depuis son cabinet parisien qu’il faisait appel. Aujourd’hui, la justice française reconnaît que le nom et la réputation d’Eric Brion ont été salis par la fondatrice de #balancetonporc. Si Eric Brion n’est plus le « premier porc de France » qu’advient-il d’un mouvement - appelant à balancer - qui est à son tour éclaboussé par une condamnation en diffamation ? 

 

Nous vous recommandons

Rachel Brunet

Rachel Brunet

Après avoir travaillé de nombreuses années dans la presse économique et spécialisée, Rachel Brunet est la rédactrice en chef de l’édition New York du Petit Journal
4 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Lise mer 25/09/2019 - 22:19

Par ce jugement, la Cour Française démontre clairement que les femmes n'ont plus rien a dire, en France, et que les hommes conservent tous les droits. y compris de prendre la première jeune femme rencontrée dans un cocktail pour une pute. Madame Muller, vivant aux USA, n'est pas habituée a ce comportement, et sa réaction est saine et compréhensible ; elle ne peut plus - et c'est tant mieux ! - se glisser dans la peau d'une française qui va se plier de plus en plus aux ordres de n’importe quel ... porc. Elle a eu beaucoup de courage de dire tout haut ce que tant d'autres pensent tout bas et de raconter son histoire. Mais en France, nous sommes loin, en 2019, du respect et de l’égalité appelés par Beauvoir et les autres militantes du siècle dernier, en matière de relations égalité hommes-femmes. La France régresse, à tous points de vue, et surtout sur ce point là. Un homme ne devrait jamais pouvoir avancer de tels propos sur n’importe quelle femme, et n'importe quand, même pas dans l’intimité : c'est grossier, vulgaire, dégradant pour la femme qui reçoit ces jolis mots, sortis tout droit de ... la porcherie. Tout ceci est lamentable ; c'est aussi un échec cuisant pour les femmes françaises qui se respectent et voudraient être respectées.

Répondre
Commentaire avatar

D'accord avec vous...lamentable mar 01/10/2019 - 13:45

D'accord avec vous.. Lamentable!

Répondre
Commentaire avatar

Kriss jeu 26/09/2019 - 14:43

Il faudrait peut-être déjà que les femmes se respectent elles-mêmes et entre elles-mêmes ensuite ! Or le manque de simple éducation fait que la vulgarité est aujourd’hui partout et partouze ! Alors en matière de « respectabilité » bonjour Beauvoir ! Donc peut être déjà redéfinir quelles sont les bases de la respectabilité aujourd’hui vues par soi femme, pour obtenir un consensus agréé par les autres femmes ensuite et ensuite seulement ainsi valorisé, le faire valoir aux hommes pour respect! Si porcs il y a malheureusement, pas mal de cochonnes sont là tout autant et bœufs ou vaches faut pas mettre la charrue devant c’est tout ! Tous les animaux peuvent être malades de la peste, laissez tomber Simone ma chère et lisez La Fontaine svp !

Répondre
Commentaire avatar

Emily jeu 26/09/2019 - 12:39

Tellement vrai et bien dit !

Répondre